Advertisements

EN DIRECT – Grève du 17 décembre : les syndicats dans la rue pour faire plier l’exécutif – Le Figaro

Spread the love

A VENIR : Début du direct :

EN COURS : Mis à jour

TERMINE : Fin du direct :

xxxxxx. xxx xxxx xxx.

Le groupe allemand FlixMobility, opérateur des autocars FlixBus, a annoncé le lancement d’un service de covoiturage moyenne et longue distance concurrent de BlaBlaCar – et sans commission -, baptisé FlixCar, en commençant dès mardi par la France. Le groupe allemand avait annoncé en juillet son lancement pour 2020, sans préciser par quel pays il commencerait.

“On a été plus vite que prévu, et pouvoir la lancer avant les fêtes de Noël c’est quelque chose qui a un intérêt car c’est un moment où les gens se déplacent énormément, et où ce type d’offre a beaucoup de sens”, a commenté Yvan Lefranc-Morin, le directeur général pour la France de la société.  “Il n’y a pas d’effet d’opportunité par rapport à la grève” car le projet était “calé” depuis un certain temps”, a-t-il assuré. “Mais il se trouve que ça tombe pas trop mal, car les gens ont besoin de se déplacer”, a-t-il aussitôt reconnu, évoquant “un assez bon alignement des planètes”.

Contrairement à son concurrent BlaBlaCar, FlixCar ne prélèvera ni commission, ni frais. Le passager ne paiera que le prix versé au conducteur, a relevé le directeur. FlixMobility a lancé des lignes de trains (sous la marque FlixTrain) en Allemagne en 2018 et compte arriver sur les voies ferrées suédoises l’an prochain. Le groupe a aussi annoncé son intention de se lancer sur ce marché des trains classiques grandes lignes en France en 2021.

Entre le 5 et le 14 décembre, soit depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites et la grève des transports en commun, le nombre d’accidents de vélo, scooters et trottinettes a nettement augmenté. Les pompiers de Paris ont réalisé plus de 600 interventions contre 450 habituellement, dévoile Le Parisien. En effet, nombre de Franciliens se sont tournées vers ces moyens de transports pour contourner la galère du métro, RER et TER.

On assiste, en raison de l’absence de transports en commun, à l’utilisation par beaucoup de gens de moyens de transport qu’ils ne connaissent pas. Je pense aux trottinettes en location, aux vélos, aux patins à roulettes… Ce qu’on constate, c’est que les premières utilisations sont les plus dangereuses”, confie sur France Info Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière.

Je ne crois pas au miracle. Dès le premier jour, on attendait que le rapport de force entre le gouvernement et les syndicats évolue mais il n’y a pas eu de miracle. Donc je ne crois pas davantage à un miracle aujourd’hui, ni dans les négociations ni dans la capacité à la SNCF à pouvoir opérer un transport demain avec un peu plus de la moitié de gréviste sur le réseau français”, explique ce matin sur RTL Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports. 

Ce dernier n’est pas plus optimiste concernant le trafic lors des fêtes de fin d’année. “Pour faire partir 8 millions d’usagers pendant la période de Noël, on ne le fait pas avec la moitié des conducteurs et avec un réseau qui n’a pas fonctionné depuis treize jours”, dévoile-t-il.

Lundi matin, des individus ont usurpé l’identité de contrôleurs RATP à la station de métro et de RER Auber, comme le rapporte BFMTV. 

“Ce ne sont pas de vrais contrôleurs, mais des gens qui ont usurpé leur identité”, a expliqué la RATP. Avant de préciser : “Nous sommes régulièrement confrontés à des groupes de vendeurs à la sauvette de faux titres de transport. Ce matin (lundi matin, NDLR), à la station Auber, ils ont apparemment tenté de se faire passer pour des agents, et de contrôler les usagers du métro. Nos équipes de sécurité RATP les ont chassé hors de la station”.

La RATP précise qu’en période de grève, le contrôle des titres de transport n’est pas la priorité de ses agents. Attention donc à d’éventuels faux contrôleurs…

Selon le site Sytadin, qui mesure l’état du trafic routier en temps réel, il y a actuellement 220 km de bouchons en Île-de-France. 
Les salariés du public, mais aussi du privé, sont attendus en nombre dans les cortèges de cette nouvelle journée interprofessionnelle de protestation contre le système universel de retraites par points.

Les cortèges verront défiler des cheminots, des enseignants, des fonctionnaires, des avocats, des magistrats en grève…

Il y aura aussi des internes, des médecins et des soignants mobilisés dans toute la France pour réclamer davantage de moyens pour l’hôpital.

Du côté des syndicats, la CGT, Force ouvrière, la CFE-CFC, Solidaires et la FSU marcheront pour réclamer le retrait pur et simple du projet tandis que dans le camp “réformiste”, la CFDT, la CFTC et l’Unsa, défileront non pas contre le principe d’une fusion des 42 régimes existants en un système universel, mais pour améliorer le contenu du projet. 

» LIRE AUSSI – Retraites : nouveau “mardi noir” contre la réforme Philippe

Une nouvelle manifestation a lieu ce mardi à Paris. Une semaine après la mobilisation du 10 décembre, celle-ci se déroulera cette fois du côté de la rive droite de la capitale. Après un rassemblement annoncé à partir de 11 heures 30, le cortège s’élancera aux environs de 13 heures 30 de la place de la République et arrivera, in fine, place de la Nation. Les manifestants emprunteront le boulevard du Temple (3e, 11e), le boulevard des filles du Calvaire (3e , 11e), le boulevard Beaumarchais (3e, 4e, 11e), la place de la Bastille (4e, 11e, 12e), la rue de Lyon (12e), l’avenue Daumesnil (12e), et le boulevard Diderot (12e).

» LIRE AUSSI – Grève du mardi 17 décembre : visualisez le parcours de la manifestation à Paris

Le “monsieur retraites” du gouvernement a démissionné lundi après une semaine de révélations en série sur ses activités parallèles, sources de possibles conflits d’intérêts. Jean-Paul Delevoye occupait 13 mandats, dont 11 bénévoles, en parallèle de son entrée au gouvernement, en septembre dernier.

Emmanuel Macron a indiqué avoir accepté “avec regret” la demande de Jean-Paul Delevoye, dont il a salué “la dignité” et l'”engagement personnel” dans les négociations sur l’avenir du système des retraites.

Mais sa démission ne signifie pas pour autant le retrait de la réforme, a souligné lundi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. Selon elle, un nouveau ministre serait nommé dans “les meilleurs délais“, sans qu’aucune date ne soit pour le moment précisée.

» À voir aussi – L’affaire Delevoye menace-t-elle la réforme?



» LIRE AUSSI – Retour sur les révélations qui ont mené à la démission de Jean-Paul Delevoye

Le Premier ministre a invité les organisations syndicales et patronales représentatives pour des réunions bilatérales de travail sur la réforme des retraites mercredi à partir de 14 heures a annoncé lundi Matignon.

Ensuite, jeudi, Edouard Philippe “les réunira toutes ensemble lors d’une multilatérale” à 16 heures. Puis, “en fin d’après-midi”, il recevra les dirigeants des entreprises publiques de transport pour faire le point sur le résultat des discussions engagées à la SNCF et à la RATP.

» LIRE AUSSI – Syndicats et patronat invités par Edouard Philippe mercredi

Pour ceux qui espèrent prendre un avion mardi, là aussi, vigilance! La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes de réduire de 20% leur programme de vols au départ et à l’arrivée de l’aéroport d’Orly ce 17 décembre.

En raison de préavis de grève déposés par des syndicats de contrôleurs aériens, la DGAC doit en outre mettre en place “les dispositions du service minimum” dans les centres de la navigation aérienne et les aéroports, “où la réglementation le permet.”

Des retards et d’autres potentielles perturbations restant à prévoir, les voyageurs sont invités à se renseigner auprès des différentes compagnies aériennes.

Mardi, le trafic RATP devrait être à nouveau “très perturbé”, selon les prévisions de la régie. Si les lignes automatiques 1 et 14 fonctionnent normalement, Il faut tout de même compter huit lignes de métro fermées (les lignes 2, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 12 et 13) et une circulation très réduite sur les autres lignes (3, 4, 7, 8, 9 et 11). 

Les RER A et B circuleront “uniquement” aux heures de pointe. Côté bus et tramways, le trafic sera “perturbé”, avec la moitié du trafic assuré pour les trams et “un bus sur trois en moyenne”.

Au treizième jour de la grève contre la réforme des retraites, le trafic annoncé doit encore se réduire par rapport à celui de ce lundi. La SNCF annonce en effet un TGV et un Ouigo sur quatre en moyenne. 

Il faut aussi compter sur à peine un tiers des TER, et une circulation “essentiellement assurée par bus”. Les Intercités et les lignes internationales (Eurostar, Thalys, Lyria, etc.) restent par ailleurs très impactées par les grèves.

Concernant le réseau d’Île-de-France, la SNCF prévoit un trafic à nouveau “très perturbé”, avec un Transilien sur cinq en moyenne. Il faut prévoir au maximum quatre trains par heure sur certains RER.

Par ailleurs, la SNCF présente mardi son plan de transport pour le premier week-end des vacances de Noël, “avec l’objectif d’avoir une offre de train pour tous ceux qui ont d’ores et déjà acheté un billet” a précisé la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Bonjour à tous, bienvenue dans ce live!

Au lendemain de la démission de Jean-Paul Delevoye, une nouvelle «journée noir» se profile mardi pour le gouvernement avec une mobilisation nationale contre son projet de loi sur les retraites, à l’appel de l’ensemble des syndicats. Le trafic des transports à la SNCF, à la RATP et aériens s’annonce très perturbé.

Tout au long de cette journée, la rédaction du Figaro vous accompagne et vous donne les dernières informations.

Advertisements

Leave a Reply