EN DIRECT – Élections régionales et départementales : la participation à 12,66% à midi, quasi identique à celle du premier tour – Le Figaro

Spread the love
Tout le monde sait, peu ou prou, à quoi sert un président de la République ou des députés. Pour les régions, c’est une autre affaire. Rares sont ceux qui connaissent toutes les prérogatives de ces élus, chargés pourtant de ce qui touche le plus à notre vie quotidienne : emploi, aide sociale, transports… On vous explique tout !

» Retrouvez notre article : Élections : à quoi servent les régions et les départements ?

A midi, seuls 12,66% des 48 millions d’électeurs de France se sont rendus aux urnes. Comme au premier tour, c’est dans la région Île-de-France que la participation est la plus basse à midi, avec seulement 8,59% de votants. Un taux également faible dans le Grand Est (10,99%) et en Normandie (11,83%).

Tout comme la semaine passée, la participation la plus importante a été enregistrée en Corse (24,87%), et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (16,54%), où le duel Muselier-Mariani semble prendre.

L’excellent score de la présidente sortante au premier tour a mené ses adversaires de gauche à faire liste commune derrière l’écologiste Julien Bayou. Sur Twitter, le photomontage de la tête de liste a suscité l’hilarité des internautes. Mais François-Xavier Bellamy, lui, ne rit pas de cette alliance de fortune, signe d’une gauche “en pleine dérive intellectuelle et politique”.

» Lisez notre article : François-Xavier Bellamy : «L’Île-de-France ne doit pas devenir le laboratoire des nouvelles tentations de la gauche»

À voir aussi – Régionales : l’union de la gauche de retour?

Plusieurs ténors de la vie politique sont déjà allés voter à a mi-journée. C’est le cas de l’ancien président Nicolas Sarkozy, avait d’ores et déjà déclaré son soutien à Renaud Muselier, «inquiet» d’une victoire du RN en PACA.
Le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts, Julien Bayou, a lui aussi voté à Paris. Il n’avait obtenu que 12,97 % des voix au premier tour, et mène désormais une liste d’union de la gauche, rejoint par Audrey Pulvar et Clémentine Autain, pour renverser Valérie Pécresse.

” class=”lazy”>

Dans son fief de Hénin-Beaumont, Marine le Pen était également au rendez-vous ce matin.

La jeunesse a été la grande absente du premier tour, avec 83% de non-votants chez les 25-34 ans. Pour changer la donne, Marlène Schiappa a lancé une campagne ciblée sur les réseaux sociaux. «Quinze minutes pour voter», c’est le temps de «checker tes notifs», «faire ses pronos», «trouver la playlist parfaite», affirment les vidéos gouvernementales à grand renfort de parler jeune et de tutoiement… une stratégie qui ne semble pas convaincre son auditoire.

 » Retrouvez notre article : Régionales : la campagne sur les réseaux sociaux pour inciter les jeunes à voter fait un flop

 Les premiers chiffres du ministère de l’Intérieur, très attendus, sont peu encourageants : 12,66% de participation dans toute la France à 12h, un taux quasi identique à celui du premier tour (12,22%). C’est une forte baisse par rapport à 2015 à la même heure (19,59%), chiffre déjà considéré comme très bas… Selon toute apparence, le “sursaut”  espéré par les responsables politiques n’est pas (encore) là.

Dans le territoire d’Outre-Mer, le taux de participation pour le deuxième tour des élections régionales était de 16,82% à midi, alors qu’ils n’était que de 11,8% à la même heure au premier tour. Est-ce de bon augure pour la participation en métropole ?

Le leader de la France Insoumise s’est rendu dans un bureau de vote de la cité phocéenne ce matin. Qui a-t-il soutenu ? La question se pose alors que dans la région PACA, deux finalistes de droite sont au coude à coude dans les sondages, après le retrait de la liste de gauche emmenée par Jean-Laurent Félizia (EELV/PS/PCF). Le président LR sortant, Renaud Muselier, est crédité de 51% des voix, contre 49% pour le candidat RN Thierry Mariani. Mais Jean-Luc Mélenchon est resté flou sur ses intentions de vote…

» Retrouvez notre article : Régionales en Paca : Mélenchon votera-t-il pour Muselier au second tour ?

Interrogés dans nos colonnes, les sondeurs penchaient cette semaine pour un léger regain de participation au deuxième tour. Ces pronostics seront-ils confirmés ? Dans l’attente des premiers chiffres, les bureaux de vote ne semblent pas constater de hausse particulière de fréquentation ce matin.

Le Premier ministre Jean Castex a mis son bulletin dans l’urne dans sa commune de Prades, en Occitanie. Dans cette région, la présidente sortante Carole Delga (PS) est sortie largement vainqueur du premier tour, avec 39,57% des voix. L’ancien chef du gouvernement Edouard Philippe a également voté dimanche matin dans sa ville du Havre. De sn côté, le numéro deux du Rassemblement national et tête de liste en Île-de-France, Jordan Bardella, s’est rendu dans une école de Saint-Denis.

” class=”lazy”>

Arrivée en tête au premier tour avec 35,94% des suffrages, la présidente sortante a mené le PS et LFI à sceller une alliance autour de l’écologiste Julien Bayou. Pour François-Xavier Bellamy, c’est là le signe d’une gauche «en pleine dérive intellectuelle et politique».

» Retrouvez notre article : François-Xavier Bellamy : «L’Île-de-France ne doit pas devenir le laboratoire des nouvelles tentations de la gauche»

Les candidats eux-mêmes commencent à se rendre aux urnes. Le président sortant de la région PACA, sorti deuxième dimanche dernier juste après le candidat du Rassemblement National Thierry Mariani, est parmi les premiers électeurs ce dimanche matin, dans une école du 8e arrondissement de Marseille.

À voir aussi – Élections régionales et départementales: «Maintenant aux électeurs de faire leur choix», déclare Muselier après avoir voté

Savez-vous qui se présente dans votre région, connaissez-vous les différents programmes ? Une plateforme spéciale permet d’accéder aux professions de foi des candidats et de vérifier que vous êtes bien inscrit sur les listes électorales.

» Retrouvez notre article :  Élections régionales : où trouver les programmes des candidats ?

Quel est le nouveau paysage politique de votre région ? Qui élit-on, où et comment vote-t-on ? Pour ce dernier rendez-vous électoral avant la présidentielle, Le Figaro vous explique les enjeux ici.

De Marine Le Pen à Richard Ferrand, les abstentionnistes du premier tour se sont fait remonter les bretelles par les politiciens cette semaine, déçus du manque d’investissement des citoyens. Vincent Trémolet de Villers, directeur adjoint de la rédaction du Figaro, dénonce «la culpabilisation et l’infantilisation» des Français, et diagnostique de son côté un «profond malaise démocratique».

» Retrouvez l’édito du 26 juin : «Examen de conscience».

À voir aussi – Abstention : Comment faire revenir aux urnes ?

Laminée au soir du premier tour, La République en marche (LREM) sait d’ores et déjà qu’elle pèsera bien peu dans les résultats de ce dimanche. Le parti de la majorité n’a même pas affaibli la droite comme il l’espérait. Pour le chef de l’Etat, c’est un revers auquel il est contraint d’assister, totalement impuissant, en ce deuxième tour.

» Retrouvez notre article : Emmanuel Macron anticipe la défaite des régionales et se projette dans la présidentielle

À voir aussi – François Patriat: «Le mouvement LREM est trop virtuel, trop dans l’entre-soi»

«Nos électeurs ne se sont pas déplacés». Déçue des maigres résultats du RN au premier tour, bien en deçà de ce qu’annonçaient les sondeurs, Marine Le Pen avait rejeté la faute sur ses électeurs, pas suffisamment mobilisés selon la présidente du parti. Est-ce réellement le cas ? Nous avons vérifié pour vous.

» Régionales : l’abstention a-t-elle explosé dans l’électorat de Marine Le Pen ?

À voir aussi – Thierry Mariani: «Si vous votez pour nous, vous savez ce que vous aurez»

Dans toute la France, les 65.000 bureaux de vote ouvrent leurs portes dès 8h ce dimanche matin. Quelque 48 millions d’électeurs sont appelés aux urnes jusqu’à 18h, 19h ou 20h selon les communes, avec un protocole sanitaire toujours strict face à l’épidémie de Covid-19.

L’organisation du premier tour avait déjà connu des couacs. Samedi, l’ancien maire de Bordeaux et tête de liste LR aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine a dénoncé de nouveaux problèmes dans l’acheminement de plis électoraux pour le second tour. Selon lui, il s’agit là d’une «faillite de l’État», alors que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a été auditionné cette semaine par la commission des Lois du Sénat au sujet de ces dysfonctionnements.

» Retrouvez notre article sur le sujet

À voir aussi – Distribution de la propagande électorale: «Adrexo a connu une attaque informatique», évoque Gérald Darmanin

Vous ne vous rappelez plus les résultats du premier tour ? Vous êtes perdu dans le déroulement du scrutin ? Enjeux, alliances, candidats et résultats : on vous explique tout, région par région.

» Retrouvez notre article : Tout ce qu’il faut savoir avant de voter dimanche

” class=”lazy”>

Bienvenue dans notre Live spécialement consacré à la journée du deuxième tour des élections régionales 2021. Après un tour d’abstention record dimanche dernier, les français vont-ils se mobiliser davantage ? Quels sont les enjeux de la droite, de la gauche et de la majorité après le premier tour ? Quels sont les nouvelles alliances dans les régions ? Suivez tout au long de ce dimanche 27 juin l’actualité politique de ce second tour, qui se déroule dans un contexte sanitaire particulier; et à un an de l’élection présidentielle de 2022.

Leave a Reply