EN DIRECT. Election du maire sous tension à Marseille – BFMTV

Spread the love

Ouverture du conseil municipal

Le conseil municipal débute à Marseille, présidé par l’élu LR Guy Teissier.

Un séance présidée par Guy Teissier

Hasard du règlement, la présidence de la séance de ce premier conseil municipal est assurée par le doyen d’âge de l’assemblée.

Ce sera donc Guy Teissier, élu LR, 75 ans. Le représentant de la droite est également chef de file de son mouvement et candidat à la mairie, face à Michèle Rubirola, du Printemps marseillais.

Martine Vassal entrée par la petite porte

Ancienne candidate cheffe de fil de Les Républicains, qui a jetté l’éponge cette semaine, Martine Vassal est arrivée à l’espace Bargemon de l’Hôtel de Ville. Mais l’élue LR est entrée par un accès secondaire, selon La Provence, ne traversant par la foule présente des militants du Printemps marseillais.

Guy Teissier, les élus LR, ainsi que les élus du Rassemblement national sont eux arrivés sous les sifflets de la foule, par l’accès principal.

Lionel Royer-Perreaut (LR) ne se présentera pas au premier tour

Le maire des 9e et 10e arrondissement de Marseille avait annoncé sa candidature pour la mairie, quand bien même Guy Tessier avait été choisi comme chef de fil.

A son arrivée à l’espace Bargemon ce samedi matin, l’élu a assuré, selon France 3, qu’il ne sera pas sur la liste de départ.

Les rangs se resserrent donc à droite, autour de Guy Teissier, qui peut compter sur 39 élus, face au 42 du Printemps marseillais.

Le scrutin se jouera à bulletins secrets

Dès 9h30, le nouveau conseil municipal de Marseille doit élire le ou la maire de la ville. Si la situation est tendue et indécise, elle l’est encore plus par le mode de scrutin.

En effet, les 101 élus du conseil municipal voteront sur deux ou trois tours, à bulletins secrets. Un mode d’élection qui permet d’imaginer des alliances invisibles dans le secret des isoloirs.

Il faudra donc 52 élus pour composer une majorité absolue.

Des chars en carton devant l’Hôtel de Ville

Des militants du Printemps marseillais sont rassemblés devant l’Hôtel de Ville et l’espace Bargemon, avant le premier conseil municipal devant élire le ou la maire de la ville.

Mouvement issu d’une Union de la gauche, avec des élus PS, PCF, insoumis, écologistes ou venus du monde associatif, il a rassemblé la majorité des voix sur l’ensemble de la ville. Mais l’élection sera difficile pour Michèle Rubirola, compte tenu du nombre de sièges obtenus par Les Républicains.

Ironisant sur les “chars” à l’entrée de la ville, des militants ont installés des chars en carton devant le conseil municipal, comme le montre ici un journaliste du Monde présent sur place.

Composition du conseil municipal

Alors que le conseil municipal doit débuter à 9h30, sa composition est particulièrement éclatée et aucune majorité absolue se dégagera simplement.

Voici les forces en présence :

  • Printemps marseillais (Union de la gauche), 42 sièges
  • Les Républicains, 39 sièges
  • Rassemblement national, 9 sièges
  • Divers gauche (Samia Ghali), 8 sièges
  • Divers droite (Bruno Gilles), 3 sièges

Du côté des élus LR, Guy Teissier sera le chef de fil, mais Lionel Royer-Perreaut, maire des 9e et 10e arrondissements, a également annoncé qu’il se présenterait à la tête de la mairie.

Samia Ghali revendique sa “liberté”

Dans la nuit de vendredi à samedi, Samia Ghali a publié un communiqué pour revendiquer sa “liberté”, avant le vote du conseil municipal à Marseille.

La sénatrice ex-PS Samia Ghali, dont les voix sont capitales pour l’élection du nouveau maire, a mis en avant le “refus incompréhensible” de Michèle Rubirola, la candidate de l’union de la gauche, d’accepter sa demande d’être première adjointe.

De son côté, la cheffe de fil du Printemps marseillais dénonce un “chantage” de l’ancienne élue PS.”Je ne serai l’otage d’aucun chantage”, après que Samia Ghali a annoncé qu’elle conditionnait son soutien à l’obtention du poste de première adjointe.

Samia Ghali compte sur un groupe de huit élus, qui pourraient faire la différence avant de voter entre le Printemps marseillais et Les Républicains, menés par Guy Tessier.

Stéphane Ravier accueilli sous les sifflets

Avant le conseil municipal, Stéphane Ravier et ses élus du Rassemblement national arrivent à l’espace Bargemon pour l’élection du maire de la ville.

Un arrivée sous les sifflets de militants du Printemps marseillais (gauche) venus soutenir la candidature de Michèle Rubirola.

Des militants du Printemps marseillais rassemblés devant la mairie

Pour apporter un soutien à la candidature de Michèle Rubirola, des militants du Printemps marseillais se sont retrouvés ce samedi matin devant l’Hôtel de Ville.

Selon La Provence, ils sont 200 rassemblés devant l’espace Bargemon, à Marseille, pour soutenir la candidate de l’Union de la gauche.

Comment va se dérouler le vote?

À Marseille, comme à Paris ou à Lyon, le conseil municipal est composé d’élus des différents secteurs de la ville. Ils sont 101, la majorité absolue est donc fixée à 51 sièges.

L’élection va se dérouler en trois tours, à partir de 9h30 ce samedi. Si à l’issue des deux premiers tours aucune majorité absolue ne se dégage, c’est la majorité relative qui l’emporte au troisième tour.

Pour le premier tour, Michèle Rubirola représentera le Printemps Marseillais (gauche), avec ses 42 élus. Guy Teissier doit mener les représentants de LR, au nombre de 39. Stéphane Ravier devrait se présenter pour le Rassemblement national, avec 9 élus.

Du côté de LR, Lionel Royer-Perreaut a également annoncé se présenter, refusant toute alliance avec l’extrême droite et mettant ainsi la pression sur Guy Tessier.

Samia Ghali pourrait aussi être présente au premier tour, avec ses 8 sièges.

En cas d’égalité finale, c’est le candidat le plus âgée qui l’emporte. En l’occurence, Guy Tessier, 75 ans.

Situation indécise à Marseille

Après des élections serrées à Marseille, la situation est tendue avant ce “troisième tour” que constitue le premier conseil municipal devant désigner le ou la maire de la ville.

Michèle Rubirola, arrivée en tête du vote sur l’ensemble de la ville, représente la gauche avec le mouvement du Printemps Marseillais. Elle compte sur 42 élus, quand la majorité absolue est de 51.

Derrière elle, Les Républicains ont rassemblé 39 élus, mais pourraient compter sur le soutien de Bruno Gilles, dissident LR, avec trois élus, dont Lisette Narducci, issue du PRG.

Du côté du Rassemblement national, Stéphane Ravier pourra compter sur ses 9 voix. Mais au cours de ses derniers jours, il a à plusieurs reprises, tendu la main aux Républicains depuis le retrait de Martine Vassal et la nomination de Guy Teissier comme leader chef de fil de la droite.

Leave a Reply