EN DIRECT – Covid-19 : près de 9000 nouveaux cas en 24 heures, un record – Le Figaro

Spread the love
Le match entre Oyonnax et Montauban, comptant pour la 1re journée de Pro D2 et prévu dimanche, a été reporté en raison de plusieurs cas positifs au sein de l’effectif d’Oyonnnax, a annoncé vendredi la Ligue nationale de rugby (LNR).

«Suite à plusieurs cas positifs au sein de l’effectif d’Oyonnax Rugby, en application du protocole médical Covid-19, la rencontre Oyonnax Rugby – US Montalbanaise, initialement prévue le dimanche 6 septembre 2020 à 14h, aura lieu à une date ultérieure», a expliqué la LNR dans un communiqué. La deuxième division a repris jeudi par la victoire de Biarritz devant Perpignan (21-12) mais les rencontres entre Rouen et Carcassonne (prévue dimanche) et entre Béziers et Mont-de-Marsan (prévue vendredi, qui devrait être jouée lundi) ont déjà été reportées.

Les Français sont une écrasante majorité à approuver le plan de relance de l’économie présenté par Jean Castex jeudi: 71 % d’entre eux jugent que c’est «un bon plan de relance», selon un sondage de l’institut Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo. 

> LIRE NOTRE ARTICLE – Les Français approuvent le plan de relance

Deux membres du groupe professionnel de l’AS Monaco sont suspectés d’infection au Covid-19, a annoncé vendredi le club de la Principauté, sans donner le nom des joueurs. «Leur état de santé n’inspire pas d’inquiétude», ajoute le club, précisant qu’«ils sont soumis au protocole sanitaire en vigueur et se trouvent sous la supervision du staff médical».

Il s’agit des cinq et sixième cas de nouveau coronavirus au club mais sur une période étendue, les premiers cas remontant à la période de confinement. Monaco doit recevoir Nantes le 13 septembre pour la 3e journée de L1.

Le préfet du Nord a décrété la fermeture des bars de minuit à 6H00 dans la nuit de samedi à dimanche à Lille, le week-end où devait se tenir la célèbre braderie, la circulation du Covid s’intensifiant tandis que les précautions se relâchent.

Devront rester fermés sur le territoire de Lille, «pour la soirée du samedi 5 septembre 2020 de 24h00 à 06h00», tous les bars, snacks, commerces d’alimentation ou établissements vendant de l’alcool ou de la nourriture, précise la préfecture dans un communiqué. Le préfet Michel Lalande a pris cette décision après avoir observé, «depuis la mi-août, un relâchement des comportements», notamment dans les «secteurs festifs de la ville de Lille». Michel Lalande a lui-même constaté jeudi en compagnie des forces de l’ordre des irrégularités concernant la capacité d’accueil des établissements et les règles de distanciation, dans un secteur animé de la ville.

«Ces constats préoccupants d’attroupements de consommateurs pourraient imposer, dans les jours à venir, de nouvelles mesures de précaution», avertit le communiqué. Ces manquements aux règles sanitaires interviennent alors que «le taux d’incidence du département a brusquement grimpé à 46,5 soit 10 points d’augmentation en une semaine» et a «passé la barre des 65 (cas de Covid-19) pour 100.000 habitants» dans la métropole lillois, s’alarme la préfecture.

Le cacique brésilien Raoni Metuktire est sorti vendredi de l’hôpital où il avait été admis fin août après avoir été contaminé par le Covid-19, dont il est déjà guéri, a annoncé l’établissement médical. «Il a passé une bonne nuit et est sorti de l’hôpital en bonne santé. Nous allons rester en contact avec l’équipe médicale qui le suit» dans son village, a déclaré le médecin Douglas Yanai, cité dans un communiqué.

«Il est sorti vers 12h30», a précisé une source de l’hôpital Dois Pinheiros de Sinop, dans le Mato Grosso (centre-ouest), à 200 km du village du chef indigène. Plus tôt dans la journée, l’Institut Raoni avait déjà annoncé que Raoni était «remis d’une inflammation cardiaque, effet collatéral du Covid-19», et qu’il était «guéri de la maladie» infectieuse.

Raoni, dont l’âge est estimé à 90 ans, avait été admis dans cet hôpital le 28 août, après avoir ressenti les symptômes d’une pneumonie. Le diagnostic de Covid-19 a été confirmé par la suite, ainsi que des problèmes d’arythmie cardiaque. Il avait déjà été hospitalisé dans le même établissement à Sinop pendant une semaine il y a un mois, pour soigner des ulcères gastriques et intestinaux.

La Ligue de football professionnel a annoncé vendredi avoir allégé le protocole médical face au Covid-19 en L1 et L2 «en lien avec les pouvoirs publics», autorisant les matches tant que 20 joueurs sur 30 sont testés négatifs. Jusqu’alors les matches pouvaient être reportés à partir de quatre cas sur huit jours glissants dans le groupe professionnel.

Si certains jouent le jeu, et se mettent à l’isolement dès le moindre doute, d’autres refusent toute contrainte.

> LIRE NOTRE ARTICLE – Les malades du Covid-19 et les contacts restent libres de s’isoler… ou non

Le match de la 3e journée de Ligue 2 de football entre Auxerre et Clermont, le 12 septembre au stade Abbé-Deschamps, pourra se disputer devant 7000 spectateurs après la dérogation accordée par le préfet de l’Yonne à la jauge de 5000, a annoncé vendredi le club auxerrois.

«Cette nouvelle positive est le fruit d’un important travail réalisé par les équipes de l’AJA en collaboration avec la préfecture de l’Yonne et les services de l’État à l’occasion des deux rencontres officielles organisées en août à l’Abbé-Deschamps: la finale de la coupe de France de football féminin PSG-OL et le match de la 1ère journée de L2 Auxerre-Sochaux», se réjouit l’AJ Auxerre. Plusieurs centaines de membres du personnel soignant du centre hospitalier d’Auxerre ainsi que leurs proches seront notamment invités à ce match, précise le club.

Deux passagers ont été condamnés au Canada à payer une amende de 1000 dollars (646 euros) chacun pour avoir refusé de porter un masque à bord d’avions de ligne pour prévenir la propagation du coronavirus, a annoncé vendredi le ministère des Transports.

Il s’agit des premières amendes de la sorte infligées au Canada depuis l’adoption d’un décret rendant obligatoire le port du masque à bord d’un avion, sauf pour manger, boire ou prendre un médicament, selon un communiqué du ministère. Les deux incidents ont eu lieu en juin et juillet sur des vols intérieurs de la compagnie WestJet, l’un entre Calgary et Waterloo (Ontario), l’autre entre Vancouver et Calgary. «Dans les deux cas, l’équipage (…) a demandé à maintes reprises aux personnes de porter leur couvre-visage pendant les vols et, dans les deux cas, les personnes ont refusé», a expliqué le ministère.

À voir aussi – Qui sont les anti-masques ?

L’OMS recommande «l’usage systématique des corticoïdes chez les patients atteints d’une forme sévère ou critique du Covid-19», à la lumière d’études montrant que ces médicaments réduisent la mortalité chez ces malades, selon des directives publiées vendredi dans la revue médicale BMJ. Ce document détaille des recommandations déjà mises en ligne par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur son site internet mercredi, après la parution d’une série d’études dans la revue médicale américaine Jama montrant l’efficacité de ces médicaments.

«Nous recommandons l’usage systématique des corticoïdes (…) pour le traitement de patients avec des formes sévères ou critiques du Covid-19», écrit le panel d’experts mandaté par l’OMS. En revanche, «nous suggérons de ne pas utiliser les corticoïdes dans le traitement des patients qui n’ont pas de forme sévère», poursuivent-ils, en soulignant que cela ne s’applique pas à des patients qui prenaient déjà ces médicaments pour d’autres raisons que le Covid-19.

Les études publiées dans Jama concluent à une réduction moyenne de 21% de la mortalité au bout de 28 jours pour les patients atteints de forme sévère de Covid-19. Les corticoïdes sont le seul traitement à avoir montré un effet significatif de réduction de la mortalité chez des malades du Covid-19.

Le taux d’incidence du Covid-19, qui avait dépassé 70 pour 100.000 habitants dans la Sarthe il y a quinze jours, est désormais en baisse à 41,6 pour 100.000, a indiqué vendredi l’Agence régionale de santé (ARS) lors d’une conférence de presse. Le taux de positivité aux tests est, lui, passé de 4,9% le 21 août à 2,5% vendredi dans ce département.

Dans la Sarthe, «désormais l’incidence et le taux de positivité ont une tendance à la baisse, ça se confirme. On verra bien sûr dans les jours qui viennent, mais on est dans une tendance à la baisse», a affirmé Jean-Jacques Coiplet, le directeur général de l’ARS des Pays de la Loire. La tendance à la baisse remarquée début août se confirme également en Mayenne, un autre département de la région qui avait connu un accroissement anormal de la circulation du Covid-19 en début d’été. Le taux d’incidence y est de 21,6 pour 100.000 habitants et le taux de positivité de 1,8%, a indiqué Jean-Jacques Coiplet. 

Le cacique brésilien Raoni Metuktire, atteint de Covid-19, va sortir vendredi de l’hôpital où il a été admis il y a une semaine, a annoncé à l’AFP une source médicale. «Il va bien sortir aujourd’hui», a confirmé la porte-parole de l’hôpital Dois Pinheiros de Sinop, dans le Mato Grosso (centre-ouest), à 200 km du village du chef indigène.

Raoni, dont l’âge est estimé à 90 ans, avait été admis dans cet hôpital le 28 août, après avoir ressenti les symptômes d’une pneumonie. Le diagnostic de Covid-19 a été confirmé par la suite, ainsi que des problèmes d’arythmie cardiaque. Il avait déjà été hospitalisé dans le même établissement pendant une semaine il y a un mois, pour soigner des ulcères gastriques et intestinaux.

Ce défenseur infatigable des droits des peuples autochtones et de la préservation de l’Amazonie, qui a parcouru le monde à plusieurs reprises ces 30 dernières années pour des tournées très médiatiques, a été très affecté par le décès de son épouse Bekwyjka le 23 juin, d’un accident vasculaire cérébral.

L’Organisation mondiale de la santé «ne cautionnera pas» un vaccin contre le coronavirus s’il n’est pas sûr et efficace, a assuré vendredi son directeur général, interrogé sur les préoccupations soulevées par le mouvement anti-vaccin. «Nous avons un bon nombre d’entre eux qui sont prometteurs. Ils ne seront utilisés que lorsqu’il aura été établi qu’ils sont efficaces et sûrs, c’est ce que je voudrais assurer au monde», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse, en rappelant que l’OMS et les autorités nationales se chargeront de l’évaluation des vaccins.

Alors que la pandémie de Covid-19 gagne ou regagne du terrain dans certains pays, La concurrence fait rage pour mettre au point un vaccin et les inquiétudes sur leur efficacité et sûreté se multiplient. «Je tiens à assurer le public que l’OMS ne cautionnera pas un vaccin qui n’est pas efficace et sûr», a assuré le chef de l’OMS. «En ce qui concerne le mouvement anti-vaccin, ils peuvent inventer des histoires pour lutter contre les vaccins, mais le bilan des vaccins» utilisés contre d’autres maladies «montrent une autre réalité», a-t-il avancé, en faisant valoir les succès des vaccins contre Ebola et la variole.

À voir aussi – Où en est-on de la course au vaccin contre le Covid-19?

8975 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés aujourd’hui contre 7157 la veille, selon les
chiffres quotidiens publiés par la Direction générale de la Santé (DGS),un record depuis le début de l’épidémie et le lancement des tests à grande échelle. Le précédent pic avait été atteint pendant le confinement le 31 mars avec 7578 cas. 

Les hospitalisations continuent également d’augmenter, avec 4671 patients en soins ce vendredi, soit 292 de plus que la veille, dont 473 en réanimation (46 au cours des dernières 24h). La DGS rapporte 20 décès liés au virus en France au cours des dernières 24h, portant le total depuis le début de l’épidémie à 30.686, dont 20.210 au sein des établissements hospitaliers et 10.476 en établissements sociaux et médico-sociaux (données du 2 septembre). Le bilan total des décès évolue à la baisse en raison des corrections de données portant sur les établissements sociaux et médico-sociaux dont les Ehpad, précise la DGS.

1640 «clusters» sont en cours d’investigation sur le territoire, dont 53 ont été détectés depuis le dernier bilan de l’autorité sanitaire. Le taux de positivité (proportion du nombre de personnes testées positives par rapport au nombre total de personnes testées) continue parallèlement d’augmenter: il a atteint 4,5% entre le 26 août et le 1er septembre, d’après la DGS, alors qu’il s’établissait à 4,3% mercredi et 4,4% jeudi.

À voir aussi – Coronavirus: est-ce déjà la deuxième vague?

L’activité touristique en France devrait reculer d’environ 25% au premier semestre, résistant mieux que ses voisins européens à l’impact de l’épidémie de coronavirus «grâce à un marché domestique solide», a estimé vendredi le secrétaire d’État en charge du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

«Quand on se regarde, on se fait peur, mais quand on se compare, on se rassure», a-t-il résumé, lors d’une conférence de presse téléphonique à l’issue d’un Comité de filière Tourisme, réunissant l’ensemble des acteurs du secteur. Au niveau des «recettes (touristiques) internationales cumulées de janvier à juin 2020 de la France», selon les premières estimations, la perte est de l’ordre «de 50%» avec 12,3 milliards contre 25,5 milliards l’an passé, alors que le recul devrait atteindre 98% en Espagne, a-t-il détaillé.

«Grâce à son marché domestique solide», a-t-il ajouté, la France «résiste mieux que ses voisins européens» et «se situera, je pense, plutôt autour de 25%», contre 50% pour l’Espagne et 75% en Italie. Cet été, «les Français ont répondu à l’appel pour un été bleu, blanc, rouge» ce qui «a permis de compenser en partie la moindre arrivée» des touristes étrangers, a-t-il poursuivi en faisant toutefois état «d’importantes disparités».

À voir aussi – En l’absence de touristes étrangers, les guides-conférenciers alertent sur leur précarité

La Suisse a enregistré vendredi plus de 400 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures pour la première fois depuis mi-avril, des contaminations qui concernent désormais en grande majorité les moins de 40 ans. Les 405 nouveaux cas ont porté le total à 43.552 malades depuis le début de l’épidémie dans ce pays de 8,5 millions d’habitants.

La situation demeure cependant stable et les hospitalisations et le taux de décès restent bas, a assuré le responsable de l’unité de maladies infectieuses du ministère de la Santé suisse, Stefan Kuster. Le taux de reproduction du virus, qui mesure le nombre moyen de personnes contaminées par un malade, est inférieur à un, selon lui. Alors que les moins de 40 ans représentent 39% des personnes infectées depuis le début de la pandémie en Suisse, elles comptent désormais pour les trois quarts des nouveaux cas, a déclaré Stefan Kuster, cité par l’agence de presse nationale ATS.

Malgré sa frontière avec le nord de l’Italie, épicentre du virus en Europe au début de sa propagation, la Suisse n’a pas été aussi touchée par le Covid-19 que d’autres pays européens, et n’a pas imposé de confinement strict.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi ne pas s’attendre à une vaccination généralisée contre le Covid-19 avant mi-2021, tandis que des chercheurs russes ont publié des résultats encourageants pour leur candidat-vaccin. 

«Comme vous le savez, un nombre considérable de candidats sont maintenant entrés dans la phase 3 des essais. Nous en connaissons au moins 6 à 9 qui ont déjà parcouru un long chemin en termes de recherche», a déclaré une porte-parole de l’OMS, Margaret Harris, lors d’un point presse à Genève. «Mais en termes de calendrier réaliste, nous ne nous attendons vraiment pas à voir une vaccination généralisée avant le milieu de l’année prochaine», a-t-elle ajouté, alors que les préparatifs pour la distribution d’un vaccin s’accélèrent notamment aux Etats-Unis.

La porte-parole a expliqué que la phrase 3 des essais cliniques – c’est-à-dire l’étape de tests massifs sur des volontaires – prenait du temps car les scientifiques doivent vérifier si le vaccin est efficace et sûr.

À voir aussi – Où en est-on de la course au vaccin contre le Covid-19?

Longtemps cité comme un modèle de la lutte contre le virus, le pays est de nouveau sur le pied de guerre avec une courbe des contaminations qui s’est emballée depuis la mi-août.

> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: la Corée du Sud poursuit sa stratégie de traçage agressive face au rebond

Le nombre de décès constatés en France depuis le 1er mai est légèrement inférieur à celui de 2019, ce qui confirme qu’«on ne constate plus d’excédent de mortalité» dû au Covid-19, a indiqué vendredi l’Insee. Entre le 1er mai et le 24 août, 178.598 décès ont ainsi été enregistrés sur le territoire, soit 1% de moins qu’en 2019 et le même niveau qu’en 2018, selon des chiffres encore provisoires, basés sur l’état civil et ne détaillant donc pas les causes des décès.

Fin juillet, l’Insee avait dressé un constat quasi similaire, avec des chiffres alors arrêtés au 20 juillet, soit six semaines plus tôt. La différence alors calculée entre 2019 et 2020 s’est cependant resserrée entre les deux dates, passant de -3% à -1%. Si l’on considère uniquement la période estivale – du 1er juillet au 24 août – on ne constate pas non plus de surmortalité particulière, note l’Insee. L’institut souligne cependant qu’il faudra attendre de connaître le bilan humain des épisodes de canicule de l’été 2020 pour pouvoir réellement comparer les chiffres avec ceux des étés 2018 et 2019 – marqués respectivement par environ 1500 et 2000 décès supplémentaires dus à la chaleur.

Le laboratoire pharmaceutique allemand CureVac, bien placé dans la course pour un vaccin contre le nouveau coronavirus, a annoncé l’obtention d’une subvention d’un maximum de 252 millions euros de l’État allemand, qui est déjà son actionnaire.

Outre la poursuite du développement d’un vaccin contre le Covid-19, une partie de l’argent sera affectée à l’expansion de la production du vaccin, avec des paiements échelonnés entre 2020 et 2021, précise dans un communiqué l’entreprise de Tübingen, dans le Bade-Wurtemberg. Le ministère allemand de la Recherche a lancé ces derniers mois un programme pour accélérer la recherche sur les vaccins contre le nouveau coronavirus.

À voir aussi – Vaccin: l’Union européenne promet 400 millions d’euros au dispositif Covax de l’OMS

Pour la première fois depuis sa création en 1979, la course pédestre Marseille-Cassis (20 km) n’aura pas lieu cette année, victime de la crise du coronavirus, ont annoncé les organisateurs dans un communiqué. «Après avoir tout tenté pour maintenir l’événement, nous sommes dans l’obligation d’annuler la course prévue le 25 octobre» face à «la complexité sanitaire et aux restrictions actuelles» expliquent les co-organisateurs, la ville de Cassis et le club d’athlétisme marseillais de la SCO Sainte-Marguerite.

«Jusque-là l’épreuve avait résisté à tout, que ce soit les intempéries ou les risques terroristes», a insisté auprès de l’AFP l’organisation de l’épreuve, qui devait accueillir 20.000 coureurs. Depuis 2017, menace terroriste oblige, l’arrivée de la course avait été déplacée sur les hauteurs de Cassis, l’arrivée classique au bord de l’eau, sur le port, étant jugée trop risquée et difficile à sécuriser. Faute d’avoir pu se dérouler en 2020, la 42e édition du Marseille-Cassis est d’ores et déjà fixée au 31 octobre 2021. Le cap des 20.000 inscrits avait été dépassé pour la première fois en 2018, pour la 40e édition de la course.

Le taux de chômage aux Etats-Unis est tombé à 8,4% en août, diminuant bien plus que prévu par rapport au mois de juillet, a annoncé vendredi le département du Travail.

Les analystes tablaient sur 9,8%. En juillet, le chômage était de 10,2%.

Par ailleurs, l’économie américaine a créé 1,4 million d’emplois en août, en ligne avec les attentes.

>> LIRE AUSSI : Le plan de relance français est-il «le plus massif» d’Europe ?

Le Premier ministre, Jean Castex, a reconnu vendredi qu’il y avait plusieurs fermetures de classes scolaires en raison de cas avérés de Covid-19, «mais ce n’est absolument pas généralisé», a-t-il souligné, en marge d’un déplacement à Châlons-en-Champagne.

«On ne peut pas dire qu’il y a de plus en plus d’école qui ferment. Il y a des endroits localisés – mais c’était tout à fait prévu – où l’on constate que des enfants et des personnels ont le virus», a fait valoir le chef du gouvernement.

«Parmi les réponses, il y a d’abord bien entendu l’isolement des élèves et de ce qu’on appelle des cas contacts, il peut y avoir la fermeture de classes, mais ce n’est absolument pas généralisé», a-t-il poursuivi, en estimant que «la rentrée s’est bien passée: très peu d’enfants manquaient à l’appel, très peu d’enseignants ont manqué à l’appel».

> LIRE AUSSI : Ces classes fermées depuis la rentrée pour cause de Covid-19

À voir aussi – Coronavirus: Blanquer annonce que 22 établissements scolaires sont fermés aujourd’hui en France

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a rejeté aujourd’hui les critiques de la Commission européenne envers la fermeture de ses frontières visant à endiguer le coronavirus et a prédit l’adoption de mesures similaires ailleurs sur le continent. 

«Les bureaucrates de Bruxelles peuvent dire ce qu’ils veulent mais – en toute modestie – nous les verrons suivre notre politique dans quelques jours, sans quoi ils n’ont aucune chance d’arrêter l’épidémie», a déclaré Viktor Orban à la radio publique hongroise. 

>> LIRE NOTRE ARTICLE : La Hongrie referme ses frontières

Mardi dernier, le gouvernement hongrois, souvent en conflit avec la Commission européenne, a interdit les entrées sur son territoire aux non-résidents jusqu’à la fin du mois de septembre, afin de tenter d’enrayer la hausse du nombre des contaminations par le nouveau coronavirus.

Face au nombre de nouvelles contaminations et d’hospitalisation grandissant dans la région de Madrid, la situation dans la région est «très, très préoccupante», admet le docteur Silvia Duran, porte-parole de l’association de médecins Amyts. 
En effet, sur les sept derniers jours, Madrid concentre 73 des 191 morts et 30% des cas détectés.

«Les centres de santé parviennent à contenir la deuxième vague» mais «les hôpitaux se préparent et 16% de leurs lits sont déjà occupés par des patients Covid» contre 6% pour le reste du pays, poursuit la docteure Silvia Duran.

«Nous sommes au bord de l’effondrement», confirme José Molero, du syndicat Csit. «La prochaine étape sera quand la population ira directement à l’hôpital, faute de pouvoir être reçue par le médecin» traitant. Manque de personnel, de ressources et… de repos : les médecins sont «exsangues», épuisés car ils reçoivent «jusqu’à 60 patients» quotidiens, ajoute-t-il.

À voir aussi – Le gouvernement espagnol annonce l’obligation du port du masque à l’école dès 6 ans

Une étude préliminaire publiée aujourd’hui montre que le vaccin contre le coronavirus en cours de développement en Russie déclenche bien une réponse immunitaire et n’a pas entraîné d’effets indésirables graves, ce qu’avait affirmé le gouvernement russe il y a un mois mais sans publier ses données.

Ces résultats ne prouvent pas encore que le vaccin protège efficacement contre une infection par le nouveau coronavirus, ce que devront encore montrer des études de plus grande ampleur, soulignent toutefois des experts.

Le 11 août, les autorités russes avaient annoncé l’entrée de leur candidat-vaccin dans la 3e et dernière phase des essais cliniques et leur volonté de l’homologuer dès septembre, sans attendre les résultats de cette 3e phase d’essais «sur plusieurs milliers de personnes».

> Lire aussi : Moscou a produit un premier lot de vaccin

Le tribunal administratif de Lyon a retoqué l’arrêté préfectoral imposant depuis mardi le port du masque obligatoire dans la ville ainsi qu’à Villeurbanne.

La justice demande au préfet du Rhône d’exclure les lieux «qui ne sont pas caractérisées par une forte densité de population ou par des circonstances locales susceptibles de favoriser la diffusion» du Covid-19. «Les périodes horaires durant lesquelles aucun risque particulier de propagation de ce virus n’existe» ne devront plus être soumise à cette obligation, écrit le tribunal. La préfecture a jusqu’au mardi «8 septembre à 12H00» pour édicter un nouvel arrêté faute de quoi celui en vigueur sera suspendu.

Mercredi, le tribunal administratif de Strasbourg avait rendu une décision similaire, enjoignant la préfète du Bas-Rhin de revoir substantiellement son arrêté qui imposait depuis samedi le port généralisé du masque à Strasbourg et dans les 12 autres villes du département de plus de 10.000 habitants.

À voir aussi – Qui sont les anti-masques ?

Après 200 jours de portes closes, pour cause de Covid-19, l’Olympia rouvre au public avec un concert de Brigitte Fontaine, dimanche soir, en configuration assise, avec distanciation physique et port du masque.

La salle aux fameuses lettres rouges précise sur ses réseaux sociaux qu’il n’y aura ni vestiaire, ni bar, ni entracte, ni première partie. Le public est appelé à se «présenter par groupe constitué (neuf maximum) pour être assuré d’être placé ensemble». Un siège séparera chaque entité (couple, famille, groupe, etc.). À la fin du show, les spectateurs sont priés d’attendre à leur place «afin d’être accompagnés vers la sortie» par le personnel.

L’application StopCovid satisfait désormais aux exigences légales en matière de protection de la vie privée, selon la Cnil qui a annoncé vendredi avoir mis fin à une procédure de mise en demeure de l’État entamée en juillet.

«Les éléments de réponse apportés par le ministère (de la Santé) au cours du mois d’août ont permis de démontrer que les manquements constatés» lors de contrôles de la Cnil «avaient cessé», a indiqué le gardien de la vie privée numérique des Français, dans un communiqué. «Le ministère a en effet pris les mesures nécessaires pour se mettre en conformité avec les injonctions de la mise en demeure», a-t-elle ajouté.

Le gouvernement britannique reconnaît une certaine «confusion» créée par les différentes exigences de quarantaine imposées par les nations du Royaume-Uni aux voyageurs, qui ont relancé la colère du secteur des transports concernant la gestion de la pandémie. Les provinces britanniques d’Écosse et du Pays de Galles ont réimposé aux voyageurs en provenance du Portugal et Grèce (pour certaines îles pour le Pays de Galles) de se confiner pendant deux semaines à leur arrivée, en raison d’une résurgence de cas dans ces pays. Le gouvernement central britannique, responsable de ce type de décision pour la seule province d’Angleterre, n’a lui pour l’instant pas suivi.

«Je me rends bien compte que cela crée de la confusion pour les gens de ne pas avoir une règle unique», a déclaré vendredi le ministre des Transports, Grant Shapps, sur Sky News, arguant que le Royaume-Uni «fonctionne de façon décentralisée» et qu’il ne pouvait en conséquence prendre des décisions que pour l’Angleterre. Selon le ministre, le gouvernement n’a pas remis la Grèce et le Portugal, destinations privilégiées des touristes britanniques, sur la liste des pays concernés par la quarantaine car les données dont il dispose montrent que le nombre de cas retournerait à la baisse.

Le gouvernement a annoncé vendredi que la Banque des territoires allait doubler sa contribution au programme Territoires d’industrie, à plus d’un milliard d’euros, pour soutenir l’attractivité industrielle des régions.

» LIRE AUSSI – Ces territoires qui pourraient accueillir les relocalisations

Dans le détail, les financements de la Banque des territoires, qui passeront de 500 millions d’euros à 1,05 milliard d’euros pour ce programme, seront destinés à deux priorités, précise Bercy dans un communiqué. D’une part, l’investissement dans l’aménagement et l’immobilier industriel «dans une logique de transition écologique et énergétique». D’autre part, le soutien en ingénierie des collectivités locales «pour accélérer la mise en oeuvre des projets des territoires».

Les médecins ont diagnostiqué une double pneumonie à l’ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, hospitalisé après avoir été testé positif au coronavirus, selon l’agence de presse ANSA.

La pneumonie double, ou bilatérale, affecte les deux poumons et peut entraîner des difficultés à respirer. Cette affection a été observée chez de nombreux cas de patients hospitalisés après avoir contracté le Covid-19.

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, s’est dit favorable au maintien du fonds de solidarité en faveur des petites entreprises et des indépendants des secteurs les plus touchés par la crise, tant que celle-ci est «à son plus haut». «Nous allons regarder (…) jusqu’à quand nous allons maintenir ce fonds de solidarité et avec quelles modalités. Je suis favorable à ce qu’on le maintienne tant que la crise est à son plus haut, c’est le cas actuellement», a affirmé Bruno Le Maire sur BFMTV.

» LIRE AUSSI – La récession sera «probablement un peu moins forte que prévu», selon Bruno Le Maire

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a réclamé ce matin que les comités sociaux et économiques (CSE) des entreprises recevant des aides du plan de relance «donnent un avis sur l’utilisation» de ces fonds publics pour un contrôle «au plus près du terrain».

La CFDT «veut que les entreprises qu’on aide (…) rendent des comptes» et que «le comité social et économique donne un avis conforme sur l’utilisation des aides», a déclaré Laurent Berger sur France Inter.

«On demande vraiment qu’il y ait un avis conforme du CSE, qui autorise d’une certaine manière l’utilisation de ces aides dans telle ou telle direction», a-t-il insisté, en plaidant pour «un rôle accru des représentants du personnel dans les entreprises».

Le plan de relance de 100 milliards «néglige la demande de justice sociale» qui s’exprime dans le pays et est «déséquilibré» en faveur du «secteur marchand», a jugé ce matin l’économiste Thomas Piketty, selon qui il aurait fallu «augmenter les salaires».

» LIRE AUSSI – Piketty, bénédictin des inégalités mondiales et activiste fiscal

Ce plan «néglige complètement la demande de justice sociale qui s’est exprimée dans le pays ces dernières années et qui est encore très forte, car la crise a précarisé encore plus une partie de la population», a commenté sur France Inter le professeur de l’École d’économie de Paris, auteur de best-sellers mondiaux dénonçant la progression fulgurante des inégalités depuis les années 1980.

«Le gouvernement, en disant que tout va bien du côté des ménages, qu’il y a 100 milliards d’euros d’épargne, a une vision très macroéconomique» car «il y a d’autres personnes plus bas» dans l’échelle sociale «qui ont perdu des revenus», a-t-il poursuivi.

En Espagne, la deuxième vague épidémique met à rude épreuve le système de santé, surtout dans la région de Madrid qui représente depuis le début de l’épidémie près d’un tiers des plus de 29.000 morts du Covid-19 dans le pays.

» LIRE AUSSI – Covid-19: l’Espagne à nouveau en première ligne

Sur les sept derniers jours, Madrid concentre 73 des 191 morts et 30% des cas détectés. La situation est «très, très préoccupante», admet la docteure Silvia Duran, porte-parole de l’association de médecins Amyts, évoquant «une rapidité de progression» de la courbe de contagion «similaire à celle du début de la pandémie».

«Nous sommes au bord de l’effondrement», confirme José Molero, du syndicat de soignants Csit.

D’après un sondage mené par l’institut Ipsos dans 27 pays, un quart des Français n’envisagerait pas de se faire vacciner. Ils font partie des plus réfractaires aux vaccins derrière les Russes, les Polonais et les Hongrois.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus : un quart des Français n’envisagerait pas de se faire vacciner

L’ancien chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, récemment testé positif au Covid-19, a été hospitalisé jeudi soir «par précaution» mais son «cadre clinique ne donne pas de préoccupation», indique ce vendredi matin un communiqué de son entourage.

«Le président Berlusconi a été hospitalisé à titre de précaution à l’hôpital San Raffaele de Milan après l’apparition de certains symptômes. Le cadre clinique ne donne pas de préoccupation», assure le bref communiqué.

Selon l’agence AGI, le Cavaliere, 84 ans à la fin du mois, a été hospitalisé dans la chambre qu’il occupe habituellement quand il se rend dans cet hôpital, ce que l’agence interprète comme signe que la situation n’est pas sérieuse, sinon il se trouverait en soins intensifs.

Invité d’Europe 1 ce matin, Jean-Michel Blanquer annonce que 12 établissements scolaires sont actuellement fermés en métropole à cause de l’épidémie. «Rapporté aux 60.000 écoles, collèges ou lycées que compte la France, c’est un chiffre relativement petit», relativise le ministre de l’Éducation nationale. À la Réunion, cela concerne une dizaine d’établissements, d’après lui.

«S’agissant des classes, c’est autour d’une centaine de classes. Ça varie chaque jour,
précise-t-il. Et nous déclenchons à peu près 250 protocoles par jour. C’est-à-dire 250 suspicions de Covid-19. Ce qui est intéressant à noter, c’est que ces suspicions sont liées à des facteurs externes à l’école.» Selon le ministre, trois cas de Covid-19 entraînent généralement la fermeture d’un établissement.

La Nouvelle-Zélande a enregistré son premier décès lié au coronavirus en plus de trois mois, a annoncé ce vendredi le ministère de la Santé. La victime, décédée vendredi dans un hôpital, était «un homme d’une cinquantaine d’années qui faisait partie du foyer épidémique apparu en août à Auckland», selon un communiqué du ministère qui, depuis le 24 mai, n’avait fait état d’aucun décès attribué au Covid-19.

» LIRE AUSSI – Nouvelle-Zélande: le Covid réapparaît après trois mois sans nouveau cas

Le Brésil a dépassé le seuil des 4 millions de cas confirmés de Covid-19, mais le nombre quotidien de morts commence enfin à baisser légèrement, alors que plus de 124.000 personnes ont déjà perdu la vie.

Après plusieurs mois de plateau interminable avec plus de 1000 nouveaux décès enregistrés presque tous les jours, le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis semble enfin voir le bout du tunnel.

Jeudi, le pays comptabilisait 4.041.638 cas confirmés, soit 43.773 de plus que la veille, et 124.614 décès (+834).

Au moins 7000 professionnels de la santé sont morts du Covid-19 dans le monde, le Mexique étant le pays le plus durement touché, selon un rapport d’Amnesty International.

«Le fait que plus de 7000 personnes meurent en essayant de sauver d’autres personnes constitue une crise d’une ampleur considérable», a déclaré Steve Cockburn, responsable du programme Justice sociale et économique d’Amnesty International, cité dans un communiqué.

Parmi ces décès, au moins 1320 sont survenus au Mexique, «le nombre le plus élevé connu pour un seul pays», note le rapport intitulé Le prix à payer pour soigner.

Le tournage du prochain film Batman a été arrêté au Royaume-Uni, a indiqué le studio Warner Bros., après qu’un membre de l’équipe a contracté le nouveau coronavirus. Il s’agirait selon le magazine Vanity Fair de l’homme chauve-souris lui-même, Robert Pattinson.

«Un membre de l’équipe de production de Batman a été testé positif au Covid-19, et a été placé en isolement conformément aux protocoles en vigueur», a fait savoir Warner Bros. dans un communiqué transmis à l’AFP. «Le tournage est temporairement suspendu», a ajouté le studio, sans donner l’identité de la personne contaminée.

Plusieurs dirigeants d’entreprises pharmaceutiques se sont engagés jeudi à respecter les normes de «sécurité» dans la course au vaccin contre le Covid-19, en dépit d’appels parfois insistants à lui préférer la rapidité.

» LIRE AUSSI – Vaccin anti-Covid-19: la course contre la montre de Sanofi

«Nous ne rognerons sur rien», a promis Albert Bourla, le directeur général de Pfizer, au cours d’un échange par visioconférence avec des journalistes. «Nous ne sacrifierons la sécurité sous aucun prétexte», a renchéri Kenneth Frazier, le PDG de Merck.

L’enquête sur la gestion de la pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a démarré jeudi. L’OMS, très critiquée pour sa réponse au Covid, a promis un accès complet à ses dossiers. Les États membres de l’Organisation mondiale de la santé étaient tombés d’accord en mai sur le principe d’une enquête indépendante. «L’OMS nous a clairement indiqué que ses dossiers étaient un livre ouvert. Tout ce que nous voulons voir, nous le verrons», a assuré Helen Clark, ancienne première ministre néo-zélandaise qui préside le comité chargé de cette évaluation.

La pandémie a fait au moins 864.510 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi jeudi soir par l’AFP à partir de sources officielles.

» LIRE AUSSI – Coronavirus : le point sur la situation en France et dans le monde

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec près de 187.000 décès. Suivent le Brésil (124.614 morts), l’Inde (67.376), le Mexique (65.816) et le Royaume-Uni (41.514).

Plus de 7000 nouveaux cas d’infection au coronavirus ont à nouveau été enregistrés au cours des dernières 24 heures en France, selon Santé publique France (SpF), tandis que le nombre de patients en réanimation a progressé significativement pour la 3e journée consécutive.

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau live du Figaro consacré au suivi de la pandémie de coronavirus. 

Vous pouvez retrouver notre direct d’hier en cliquant ici.

Leave a Reply