EN DIRECT – Coronavirus : le Conseil scientifique plaide pour un prolongement du confinement strict – Le Figaro

xxxxxx. xxx xxxx xxx.

Conséquence inattendue du coronavirus, une pénurie mondiale de préservatifs se profile à cause des nombreuses usines et circuits de distribution paralysés, a averti le principal fabricant du secteur: une situation qui pourrait se révéler «désastreuse» selon l’ONU. Alors même que les usines à l’arrêt et la fermeture des frontières chamboulent l’approvisionnement en préservatifs, la demande semble, elle, décoller.

» LIRE AUSSI – Le coronavirus conduira-t-il à une pénurie de préservatifs?

Le géant malaisien Karex, qui fabrique un préservatif sur cinq dans le monde, a été durement touché par les restrictions, se voyant obligé de fermer ses trois usines malaysiennes. «Le monde va sans aucun doute faire face à une pénurie de préservatifs», a expliqué le responsable de Karex. «C’est une inquiétude majeure, puisque les préservatifs sont un article sanitaire de première nécessité». 

«Une pénurie de préservatifs, ou de n’importe quel contraceptif, pourrait déboucher sur une hausse des grossesses non désirées, avec des conséquences désastreuses pour la santé et le bien être d’adolescentes, de femmes et de leurs partenaires et familles», a souligné le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). L’agence craint aussi une hausse des avortements risqués et un bond des maladies sexuellement transmissibles et notamment du VIH.

En pleine pandémie, le Festival d’Avignon, la plus célèbre manifestation théâtrale au monde, veut encore croire à une édition 2020. L’ensemble des festivals d’été en France, ceux de musiques actuelles comme ceux du lyrique (Festival d’Aix-en-Provence, Chorégies d’Orange, etc) attendent un miracle, celui d’un déconfinement début mai, suivi d’une ré-autorisation des rassemblements.

» LIRE AUSSI – Olivier Py: «Pour le Festival d’Avignon, je suis inquiet mais pas complètement pessimiste»

Pour l’heure, ils sont au pire menacés par le cauchemar de l’annulation, au mieux, de reports. Avec la grande question de savoir, même s’ils sont maintenus, si le public sera tout de même au rendez-vous. «On est inquiet mais on a encore de l’espoir», affirme à l’AFP le directeur du Festival d’Avignon Olivier Py, qui doit dévoiler mercredi après-midi, en ligne, la programmation «rêvée» de l’édition 2020 (3-23 juillet). Pour lui, il n’y a pour le moment qu’une certitude: «si le déconfinement n’intervient pas dans la deuxième quinzaine du mois de mai, il sera difficile d’organiser un festival». Mais, souligne-t-il, «il est de ma responsabilité de maintenir le plus longtemps possible cette possibilité car ça serait un manque de courage incroyable que de jeter l’éponge aujourd’hui».

Le nombre de cas de coronavirus en Russie a augmenté de plus de 1000 pour la deuxième journée consécutive, portant le total à 8672, a déclaré ce mercredi 8 avril le centre de réponse aux crises. Le nombre de cas signalés a augmenté de 1175, une augmentation quotidienne record, tandis que le nombre de décès a augmenté de cinq à 63, a indiqué le centre.» LIRE AUSSI – Anastasia Vassilieva, la voix des médecins russes à bout de souffle

Les premières données montrent un taux d‘immunité de la population française au coronavirus plus faible que prévu, «peut-être autour de 10 à 15%», a déclaré mercredi le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy. «On appelle ça l’immunité populationnelle : nous avons des éléments de début de réponse puisque nous avons commencé à tester dans l’Est, dans l’Oise», a-t-il souligné sur FranceInfo.
«Les premières données que nous avons montrent que l’immunité populationnelle, ce pourcentage de personnes qui ont été en contact avec le virus est plus faible que nous l’avions imaginé, de l’ordre peut-être de 10 à 15%», a-t-il ajouté. «Ça montre en tout cas que pour la sortie du confinement on ne va pas passer du noir au blanc, on va passer du noir au gris avec une poursuite du confinement en particulier pour certaines populations».

Boris Johnson se trouvait ce mercredi dans un état stable après une deuxième nuit dans une unité de soins intensifs d’un hôpital londonien, où il a eu besoin d’un apport en oxygène à la suite de complications liées à sa contamination au coronavirus.





Le premier ministre britannique, 55 ans, testé positif au COVID-19 il y a près de deux semaines, a été admis dimanche soir à l’hôpital St-Thomas, en raison d’une fièvre élevée et de toux persistantes. Il a demandé au secrétaire au Foreign Office, Dominic Raab, 46 ans, de le représenter partout «où cela est nécessaire».

» LIRE AUSSI – Coronavirus: forte inquiétude pour Boris Johnson, en soins intensifs
«Il (Boris Johnson) est à l’aise, il est stable, il est de bonne humeur», a déclaré mercredi Edward Argar, ministre adjoint de la Santé. «Bien qu’il ait eu besoin d’oxygène, il n’a pas été placé sous respirateur», a-t-il ajouté.

Le fabricant d’électronique taïwanais Foxconn va fabriquer des appareils d’assistance respiratoire pour les malades atteints de coronavirus en collaboration avec l’américain Medtronic, a-t-il annoncé ce mercredi 8 avril.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: une aide respiratoire conçue en urgence avec des ingénieurs de Formule 1

La firme, dont le nom officiel est Hon Hai Precision Industry, est surtout réputée pour assembler les iPhones d’Apple en Chine. Aux Etats-Unis, Ford a promis la semaine dernière d’en produire 50.000 en 100 jours dans le Michigan en coopération avec l’unité santé de General Electric. 

» LIRE AUSSI – Coronavirus: «Que les industriels participent à l’effort de guerre pour produire des respirateurs!»

Le porte-avions français Charles de Gaulle va rentrer en France plus rapidement que prévu en raison de la présence à son bord d’une quarantaine de marins présentant des symptômes compatibles avec ceux du coronavirus, a annoncé ce mercredi le ministère français des Armées.

«À bord du porte-avions Charles de Gaulle actuellement déployé en Atlantique dans le cadre de la mission Foch, une quarantaine de marins est aujourd’hui sous observation médicale renforcée», indique le ministère dans un communiqué. «Ils présentent des symptômes compatibles avec une possible infection par le Covid-19. Ces premiers symptômes sont apparus récemment. Après une mission débutée le 21 janvier 2020 marquée par son engagement au sein de l’opération Chammal, le porte-avions était dans sa phase de retour vers la Méditerranée. Il a été décidé d’anticiper son retour à Toulon, initialement prévu le 23 avril», ajoute-t-il.

Le recours aux techniques de traçage des données des téléphones (tracking), envisagé par le gouvernement contre le coronavirus pour accompagner le processus de déconfinement, «ne sert à rien» mais serait «catastrophique» pour «les libertés individuelles et le secret médical», a estimé ce mercredi Jean-Luc Mélenchon sur Europe 1.

«Si c’est volontaire, ça sert à rien (…) si quelqu’un est déjà assez altruiste pour dire: “je suis volontaire pour que vous me suiviez nuit et jour et que vous m’appeliez au téléphone si je ne suis pas au bon endroit”, on peut lui dire tout simplement: “reste chez toi et le problème est réglé”», a expliqué le chef de file de LFI.

La France travaille au développement d’une application sur smartphone, utilisable «sur la base du volontariat» pour identifier les personnes ayant été contact avec une personne infectée par le coronavirus, ont affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran et le secrétaire d’État au Numérique Cédric O.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: les applications de traçage au coeur de la stratégie de sortie du confinement

Dans un entretien publié mercredi dans Le Monde, les deux hommes entendent déminer le sujet très sensible du «tracking» -cette technique consistant à essayer d’identifier tous les contacts récents d’une personne infectée- en raison de ses implications sur les libertés individuelles et la vie privée.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: les opérateurs télécoms prêts à partager les données géolocalisées

Ce projet, baptisé «StopCovid», vise à «développer une application qui pourrait limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission», explique Cédric O. «L’idée serait de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner».

Les informations selon lesquelles Air France-KLM pourrait avoir besoin d’une ligne de crédit de six milliards d’euros pour faire face à la crise du coronavirus sont réalistes, a jugé ce mercredi le secrétaire d’État français aux Transports. «C’est a peu près ces horizons financiers. C’est en discussion. Vous annoncez un volume qui n’est pas irréaliste, donc je peux le confirmer», a déclaré Jean-Baptiste Djebbari sur l’antenne de LCI. «C’est en discussion évidemment avec les services de Bercy, l’agence des participations de l’État et nos homologues néerlandais», a-t-il ajouté.
Les États français et néerlandais, qui détiennent chacun 14% du capital du groupe de transport aérien, ont fait part de leur intention d’apporter un soutien financier au groupe aérien chapeautant leur compagnie nationale.
«Il faut que le confinement persiste encore sur plusieurs semaines à partir de maintenant. Dans l’état actuel des connaissances on peut commencer à discuter d’une stratégie de ce qu’il se passera dans le post-confinement, mais la poursuite d’un confinement strict est capital», a déclaré ce matin au micro de FranceInfo Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique. Interrogé sur les différents scénarios du déconfinement, le scientifique a estimé qu’ «il faudra accompagner la sortie du confinement d’une utilisation très large des masques en population». L’Est «vient de passer le cap» dans l’épidémie de coronavirus, a précisé le président du Conseil scientifique. «Sur la grande région parisienne, on est probablement juste à la limite. On a des premiers signes qui semblent indiquer que le nombre d’admissions dans les services de réanimation est en train de se stabiliser», a-t-il ajouté.

Selon une estimation de la Banque de France, le produit intérieur brut (PIB) français a chuté d’environ 6% au premier trimestre 2020, plombé par l’épidémie de Covid-19 qui a mis une grande partie de l’économie à l’arrêt et plonge le pays en récession.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: un mois de confinement ferait perdre 3 points de PIB à la croissance annuelle française

Cette estimation correspond à la pire performance trimestrielle de l’économie française depuis 1945. Le PIB s’étant déjà replié de 0,1% au quatrième trimestre, selon les dernières données de l’institut national des statistiques Insee, la France est donc techniquement en récession.

L’activité a notamment été inférieure d’environ un tiers (-32%) à la normale sur les quinze derniers jours de mars, selon l’évaluation de la Banque de France, issue d’une enquête réalisée auprès de 8500 entreprises. Dans la lignée des estimations de l’Insee, la banque centrale française estime que chaque quinzaine de confinement entraîne un recul de 1,5% du PIB sur un an.

Le plus grand détaillant britannique Tesco a déclaré mercredi qu’au cours des deux dernières semaines seulement, elle avait recruté plus de 45.000 travailleurs en Grande-Bretagne pour remplacer le personnel malade et faire face à l’augmentation de la demande. Tesco a estimé que les coûts supplémentaires liés à la crise sanitaire pourraient se situer entre 650 millions et 925 millions de livres. 

Dans un communiqué, le géant de la distribution britannique affirme que la constitution frénétique de stocks en vue des mesures de confinement a entraîné un bond de 30% des achats, ce qui a temporairement «vidé la chaîne de production de certains produits». Le groupe a par ailleurs augmenté son offre d’«articles d’alimentation et produits quotidien pour la maison» de 20%.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: les supermarchés britanniques imposent des restrictions d’achats

La semaine dernière, les données de l’industrie ont montré que les ventes d’épicerie au Royaume-Uni ont bondi de plus d’un cinquième pour atteindre le chiffre record de 10,8 milliards de livres au cours des quatre semaines précédant le 22 mars.

Libération et euphorie à Wuhan: des milliers de voyageurs se précipitaient ce mercredi matin pour quitter la ville chinoise d’où est partie la pandémie de Covid-19, après la levée de deux mois et demi de bouclage.
À minuit, la quarantaine imposée depuis le 23 janvier à environ 11 millions de personnes a pris fin et les passagers ont commencé à prendre d’assaut gares routières et ferroviaires, certains habillés de combinaisons intégrales. » LIRE AUSSI – Coronavirus: après deux mois de bouclage, un premier train revient à Wuhan

Les autorités estiment à 55.000 le nombre de personnes qui devaient quitter ce mercredi 8 avril Wuhan en train. D’innombrables voitures et autocars passaient les péages aux limites de la ville après la levée des barrages routiers, a constaté l’AFP. «Wuhan mérite d’être appelée une ville de héros», proclamait un message diffusé dans une gare de la ville.

» À voir aussi – Coronavirus: foule de passagers à la gare de Wuhan, à quelques minutes de la levée du bouclage





 

La pandémie de coronavirus a désormais contaminé 103.228 personnes et causé 1861 décès en Allemagne, montrent les données publiées ce mercredi par l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses. Cela représente 4003 cas de contamination et 254 décès supplémentaires en une journée, d’après le bilan de RKI. 

» LIRE AUSSI – Coronavirus: l’Allemagne effectue à présent 500.000 tests par semaine

La Colombie a demandé au Fonds monétaire international (FMI) l’accès à une ligne de crédit de 11 milliards de dollars pour faire face à l’épidémie du coronavirus, a annoncé ce mardi le ministère des Finances.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: le FMI s’attend à une crise probablement pire que celle de 2009

Grâce à «sa bonne gestion économique», a souligné le ministère, la Colombie bénéficie depuis 2009 de cette ligne de crédit, plusieurs fois renouvelée et augmentée. Accordée également au Mexique et à la Pologne, cette ligne de crédit agit comme une garantie pour des pays dont la politique économique est jugée saine, et qui n’ont en temps ordinaire pas besoin d’y recourir.

Le secrétaire à l’US Navy Thomas Modly, vivement critiqué pour sa gestion de la crise provoquée par la contamination au coronavirus du porte-avions nucléaire Theodore Roosevelt, a démissionné, a annoncé ce mardi le ministre américain de la Défense Mark Esper.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: le commandant d’un porte-avions américain appelle à l’aide, le Pentagone refuse l’évacuation

«Ce matin, j’ai accepté la démission de M. Modly. Il a démissionné de lui-même (…) pour que la Navy puisse passer à autre chose», a tweeté le ministre, alors que des informations sur le départ de Thomas Modly commençaient à sortir dans la presse américaine.
Thomas Modly avait révoqué jeudi dernier le commandant du porte-avions, le capitaine de vaisseau Brett Crozier, qui quelques jours plus tôt avait tiré le signal d’alarme dans une lettre aux accents dramatiques pour faire évacuer son navire immobilisé à l’île de Guam dans le Pacifique, plusieurs cas de Covid-19 ayant été enregistrés dans le bâtiment.

Les ministres européens des Finances peinaient à s’entendre mardi soir sur une réponse économique face au coronavirus, les pays du Nord restant opposés à ceux du Sud, qui réclament un effort financier sans précédent au prix d’une dette commune. L’Eurogroupe n’étant pas arrivé à un accord sur la riposte économique à l’épidémie, une nouvelle réunion est prévue le jeudi 9 avril.» LIRE AUSSI – Coronavirus: une crise qui place l’UE face à ses divisions

Cette rencontre constitue un test décisif pour l’unité des 27, qui ne peuvent se permettre d’étaler une nouvelle fois leurs divisions, après l’échec d’un sommet des chefs d’État et de gouvernement consacré à la crise le 26 mars. 

Face à la pandémie, la réponse européenne doit s’orienter sur trois axes principaux, qui semblaient remporter l’adhésion des ministres : jusqu’à 240 milliards d’euros de prêts du fonds de secours de la zone euro, un fonds de garantie pour les entreprises et un soutien au chômage partiel.

» LIRE AUSSI – Éric Zemmour: «L’Union européenne, première victime du Coronavirus»

Le milliardaire républicain a rédigé mardi matin un tweet particulièrement virulent à l’encontre de l’organisation. «L’OMS s’est vraiment plantée», a-t-il écrit. «Étrangement, ils sont largement financés par les États-Unis et pourtant très centrés sur la Chine. Nous allons nous pencher avec attention sur le dossier», a-t-il ajouté.





«Nous allons suspendre (le versement) des sommes destinées à l’OMS», a déclaré Trump lors de son point de presse quotidien. Quelques minutes plus tard, cependant, il a fait machine arrière en affirmant qu’il souhaitait seulement étudier cette possibilité. «Je ne dis que pas que je vais le faire mais nous allons examiner cette possibilité», a-t-il déclaré. 

Les passagers australiens et néo-zélandais d’un paquebot ancré depuis plusieurs jours au large de Montevideo après l’apparition de cas de coronavirus, vont être rapatriés ce jeudi 9 avril par avion, a annoncé hier le gouvernement uruguayen.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: 80 malades à bord d’un paquebot au large de l’Uruguay
«Le gouvernement a autorisé l’atterrissage et le décollage d’un vol charter le 9 avril. Il s’agit d’un avion médicalisé affrété par le croisiériste Aurora (Expeditions) pour rapatrier les passagers australiens et néo-zélandais du paquebot Greg Mortimer», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le secrétaire d’État aux Transport a estimé que les Français devaient «attendre» avant de réserver pour les vacances d’été, la situation liée à l’épidémie de Covid-19 étant «encore trop incertaine».» LIRE AUSSI – Coronavirus: les locations de vacances interdites sur la moitié de la côte atlantique

«Il y aura un après-coronavirus. Mais pour l’instant (…) je conseille aux Français la plus grande prudence sur la préparation de leurs voyages car la situation aujourd’hui est encore trop incertaine», a indiqué Jean-Baptiste Djebbari sur Franceinfo. «Je leur dis d’attendre», a-t-il ajouté.

La Mairie de Paris a pris la décision ce mardi d’interdire toute sortie pour une activité sportive entre 10 et 19h à partir de ce mercredi 8 avril, pour «éviter tout risque de relâchement».

» LIRE AUSSI – Coronavirus: ce qui est permis et ce qui est interdit pendant le confinement

Anne Hidalgo a justifié cette mise en place en expliquant que cela «permettraient aux joggeurs de courir plus tôt le matin et plus tard le soir pour éviter qu’on ne croise les autres», comme ceux qui vont faire des courses par exemple. 

» À voir aussi – Confinement: l’interdiction du sport en extérieur entre 10h et 19h divise les Parisiens





«L’Amérique continue d’effectuer plus de tests que n’importe quel autre pays dans le monde et je pense que c’est probablement pourquoi nous avons plus de cas», a avancé mardi le président Donald Trump lors de sa conférence de presse quotidienne sur la crise, évoquant quelque 1,8 million de tests à ce jour dans le pays.

» LIRE AUSSI – Aux États-Unis, l’épidémie semble frapper démesurément les Noirs

Avec exactement 1939 décès en une journée et un nombre total de décès s’élevant à 12.722, la première puissance mondiale se rapproche ainsi des deux pays les plus endeuillés jusqu’ici, Italie (17.127 morts) et Espagne (13.798). Les États-Unis comptent par ailleurs à eux seuls plus d’un quart des cas officiellement déclarés à travers le monde: 396.223 au total, soit 29.609 de plus sur une journée, selon les chiffres de Johns Hopkins.

Près de 2000 morts en 24H aux Etats-Unis, pire bilan journalier mondial. Cette progression record (+1939 exactement) y porte à 12.722 le nombre total de décès recensés. La première puissance mondiale se rapproche ainsi des deux pays les plus endeuillés jusqu’ici, Italie (17.127 morts) et Espagne (13.798). 

» LIRE AUSSI – Coronavirus: les États-Unis prêts à vivre un moment «comme Pearl Harbor»

La Chine a levé dans la nuit de mardi à mercredi le bouclage de la ville de Wuhan d’où est partie la pandémie. Des centaines de passagers bloqués depuis des mois dans la ville de 11 millions d’habitants se sont immédiatement rués vers les gares.

Trump menace de suspendre la contribution américaine à l’OMS. Donald Trump a menacé ce mardi 7 avril de suspendre la contribution américaine à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dénonçant sa gestion de la pandémie du coronavirus et une attitude à ses yeux trop favorable à Pékin.

» LIRE AUSSI – Coronavirus: à Wuhan, ces urnes funéraires qui font douter du nombre officiel de décès

Le Japon déclare l’état d’urgence. Le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré mardi l’état d’urgence jusqu’au 6 mai dans sept préfectures: Tokyo et ses régions limitrophes (Kanagawa, Saitama et Chiba), Osaka et Hyogo (ouest) et Fukuoka (sud-ouest). Au total, plus de 50 millions de personnes sont concernées, soit 40% de la population du pays. 

Bonjour et bienvenue dans le direct de ce mercredi 8 avril consacré aux dernières informations concernant l’épidémie de Covid-19 en France et dans le monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *