EN DIRECT Coronavirus : la France se prépare à son premier week-end déconfiné – Les Échos

Spread the love

Cinquième et dernier jour de la première semaine du déconfinement en France, qui a vu la réouverture des écoles, de certaines plages et de centaines de milliers de commerces. La SNCF relance ce vendredi les réservations pour les vacances d’été, après qu’Edouard Philippe a indiqué que « les Français pourront en juillet et août », sous réserve de l’évolution de la pandémie.

Celle-ci continue de se propager avec 351 décès supplémentaires entre mercredi et jeudi, portant le bilan total à 27.425 selon les autorités sanitaires. Dans le monde, le décompte s’élève désormais 4,4 millions de contaminations pour un peu plus de 300.000 morts.

Les principales informations à retenir :

> On compte plus de 300.000 morts à travers le monde

> La France recense 351 décès supplémentaires en 24 heures

> Les Etats-Unis alertent sur une maladie infantile liée au coronavirus

Suivez en direct les événements de ce vendredi 15 mai :

> Pas de barrières commerciales «inutiles», promet le G20

Le G20 a promis jeudi d’éviter d’imposer des barrières commerciales «inutiles» aux produits de première nécessité, y compris les aliments, pendant la pandémie de Covid-19, après une mise en garde du FMI et de l’OMC contre la tentation de prendre des mesures protectionnistes. Les ministres du Commerce et de l’Investissement du G20 ont également indiqué que les restrictions sur les produits médicaux vitaux et autres produits de première nécessité devaient, si nécessaires, être «proportionnelles, transparentes et temporaires».

A l’issue d’une réunion virtuelle organisée par l’Arabie saoudite, qui assure la présidence tournante du groupe, les ministres ont également promis de «s’abstenir d’introduire des restrictions à l’exportation de produits agricoles» et d’éviter «le stockage inutile d’aliments».

> En région parisienne l’amélioration de la qualité de l’air se confirme

Le confinement a entraîné une forte réduction de la pollution de l’air en Île-de-France, notamment du dioxyde d’azote. La chute a atteint 20 % à 35 % selon les semaines et jusqu’à 50 % en bordure des axes routiers, indique Airparif dans un communiqué.

« L’impact est moindre pour les particules fines (PM10 et PM2,5), avec une diminution de -7 % qui s’explique par une influence forte de conditions météorologiques défavorables et par des sources d’émissions plus nombreuses, et pas seulement locales », relève également l’association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France. Ces particules ne sont pas seulement issues du trafic routier, mais aussi du chauffage, du BTP ou de l’agriculture, qui a eu un « impact important » lors d’un épisode de pollution fin mars, précise Airparif.

> L’automobile allemande frappée par le coronavirus

En avril, 120.840 voitures neuves ont été immatriculées en Allemagne, soit 61 % de moins qu’il y a un an, indique l’Autorité fédérale des transports, la KBA. Les ventes de BMW se sont effondrées de 44 % en avril et les prévisions pour 2020 sont sombres.

Du côté de Volkwsagen, deux semaines après avoir relancé ses chaînes de production, le groupe est contraint de les fermer à nouveau ce vendredi. En cause notamment : l’absence de clients.

> Les propositions de l’Institut Montaigne pour soutenir l’investissement

« Toutes les entreprises vont faire face à une incertitude systémique sur le niveau d’activité futur », pointe Eric Chaney, conseiller économique de l’Institut Montaigne. Selon les scénarii, les entreprises pourraient baisser leurs investissements de 35 % à 48 % cette année par rapport à l’an passé.

Pour retrouver une situation normale le plus vite possible, Eric Chaney propose un soutien public temporaire « d’un ordre de grandeur de 10 % de l’investissement domestique des entreprises, c’est-à-dire d’environ 25 milliards d’euros sur une base annuelle ».

> Des pédiatres se positionnent pour le retour à l’école des enfants

Dans une tribune publiée dans « Le Quotidien du médecin » une vingtaine de présidents de sociétés pédiatriques estiment que les craintes concernant la réouverture des écoles sont « non basées sur des faits » et les mesures de distanciation sociales seraient « excessives » dans les établissements scolaires. Pour les médecins, « ouvrir les écoles est possible, car nous savons aujourd’hui qu’un enfant infecté par le Covid-19 développe très rarement des symptômes sévères ».

Dans ce contexte, les présidents de sociétés pédiatriques jugent « inutiles voire préjudiciables » certaines mesures de distanciation mises en place dans les écoles. Ces mesures « sont manifestement inapplicables et seraient susceptibles d’entraîner une anxiété particulièrement néfaste au développement des enfants », insistent-ils.

> 55,8 % de morts en moins en avril sur les routes avec le confinement

Le nombre de personnes tuées sur les routes a fortement chuté en avril, de 55,8 %, mois pendant lequel la France métropolitaine était confinée, selon les chiffres de la Sécurité routière publiés vendredi.

Le mois dernier, 103 personnes sont décédées sur les routes, soit 133 de moins qu’en avril 2019. Le mois de mars 2020, lors duquel avait été mis en place le confinement, avait déjà été marqué par une baisse spectaculaire, avec 39,6 % de personnes décédées en moins.

> Une application pour détecter le Covid par la signature de la toux

Que vous soyez actuellement atteint par le Covid-19 ou non, vous pouvez peut-être aider à la gestion du déconfinement, en toussant sur le site Covitwo.com.

Porté par Rcup, spécialiste de l’intelligence artificielle appliquée à la sécurité au travail, le projet vise à développer un terminal capable de filtrer les personnes en fonction de leur toux, température et du port du masque, pour faciliter la gestion du déconfinement. La solution complète, qui pourrait équiper des portillons automatiques ou des vigiles, devrait être prête le 15 juin. Covitwo se constitue actuellement une base de données qui permettra de déterminer s’il existe une signature de la toux du coronavirus.

> L’hydroxychloroquine pas efficace, selon deux études

L’hydroxychloroquine, traitement qui a fait couler beaucoup d’encre, ne semble pas efficace contre le Covid-19, que ce soit chez des patients gravement ou plus légèrement atteints, selon deux études publiées vendredi.

La première étude, menée par des chercheurs français, conclut que ce dérivé de l’antipaludéen chloroquine ne réduit pas significativement les risques d’admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19. Selon la seconde étude, menée par une équipe chinoise, l’hydoxychloroquine ne permet pas d’éliminer le virus plus rapidement que des traitements standards chez des patients hospitalisés avec une forme « légère » ou « modérée » de Covid-19. En outre, les effets secondaires sont plus importants.

> Vaste campagne de tests dans le berceau du coronavirus

La ville chinoise de Wuhan, berceau de l’épidémie du nouveau coronavirus qui y est apparue en fin d’année dernière, a testé plus de 3 millions d’habitants depuis avril et entend désormais centrer ses efforts sur le dépistage du reste de ses 11 millions d’habitants, a rapporté la presse officielle.

La capitale de la province de Hubei, dans le centre de la Chine, entend tester l’ensemble des habitants de la ville avec l’objectif de pouvoir dresser un tableau précisé du nombre de cas asymptomatiques, alors que commerces et écoles rouvrent leurs portes, indique Chine Nouvelle.

> 101 décès supplémentaires en Allemagne

La hausse continue du côté de l’Allemagne. Le nombre de cas de contamination au coronavirus dans le pays a grimpé à 173.152 après que 913 nouveaux cas ont été recensés au cours des vingt-quatre dernières heures, selon les données publiées vendredi par l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses.

L’épidémie a causé 101 décès supplémentaires dans le pays au cours des dernières vingt-quatre heures ce qui porte à 7.824 le nombre total de morts.

> Une crise plus grave que prévu aux Etats-Unis ?

Aux Etats-Unis, pays recensant le plus de victimes du coronavirus, on parle déjà de déconfinement. Mais, selon Rick Bright, ancien directeur de l’Autorité de Recherche et Développement en biomédecine avancée, la crise est loin d’être passée. Devant la sous-commission de la Chambre des représentants sur la santé, il indique qu’une crise sanitaire plus grave encore pourrait frapper le pays, si une stratégie plus claire n’était pas adoptée.

Il reproche notamment à l’administration Trump de ne pas avoir de « plan centralisé et coordonné » pour lutter contre la pandémie. Il remet aussi en cause le calendrier avancé pour la mise au point d’un vaccin. L’homme, qui a plus de 20 ans d’expérience dans l’administration américaine de la santé, avait été renvoyé de son poste début avril et placé dans un service différent.

> Première hausse de la production industrielle en Chine en 2020

La production industrielle en Chine a progressé en avril pour la première fois de l’année, alors que la deuxième puissance économique mondiale émerge doucement des mesures de confinement instaurées pour enrayer l’épidémie du nouveau coronavirus.

D’après le Bureau national de la statistique (BNS), la production industrielle a progressé le mois dernier de 3,9 % en rythme annuel, battant le consensus qui ressortait à +1,5 % après une contraction de 1,1 % en mars.

> Les Etats-Unis préviennent d’une maladie liée au Covid-19 chez les enfants

Les autorités américaines ont émis un avertissement à destination des professionnels de santé concernant une maladie inflammatoire rare, mais potentiellement mortelle, touchant les enfants et probablement liée au Covid-19.

La maladie, appelée syndrome multi-inflammatoire chez les enfants (MIS-C) par les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies, a pour la première fois été signalée fin avril au Royaume-Uni. Une centaine de cas, dont au moins trois décès, ont ensuite été rapportés dans l’Etat de New York. Les symptômes sont la fièvre et l’inflammation de plusieurs organes, nécessitant une hospitalisation, avec l’impossibilité d’établir un diagnostic, ainsi que l’exposition au Covid-19 ou la confirmation de la maladie chez le patient.

Leave a Reply