EN DIRECT – Coronavirus : 4 586 nouveaux cas, la circulation du virus accélère – Le Figaro

Spread the love
xxxxxx. xxx xxxx xxx.

Un cas positif au Covid-19 dans l’effectif de Montauban et de Béziers a entraîné l’annulation de leurs matches amicaux prévus ce week-end face à Castres (Top 14) et Carcassonne (D2), ont annoncé les clubs de Pro D2 sur leur site.

Le FC Grenoble, qui déplore également un joueur atteint, a lui aussi préféré annuler son match prévu le 27 août contre Oyonnax, où deux cas avaient été signalés mi-août. A Montauban, «l’ensemble du personnel administratif de l’USM a été placé en télétravail, et le joueur a été placé à l’isolement afin de ne pas contaminer l’ensemble de ses coéquipiers alors que les entraînements collectifs sont suspendus jusqu’à nouvel ordre», a indiqué le club. A Béziers, «le joueur concerné a été placé en quatorzaine» mais les entraînements, fermés au public, se poursuivent, a indiqué l’ASBH.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus : 4586 nouveaux cas en 24 heures, 430 «clusters» en activité

L’Organisation mondiale de la santé «recommande le port du masque aux enfants âgés de 12 ans et plus dans les mêmes conditions que les adultes, en particulier lorsqu’ils ne peuvent garantir une distance d’au moins un mètre des autres et si la transmission est généralisée dans la zone concernée», selon des recommandations de l’OMS publiées aujourd’hui.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Distanciation, masque: Jean-Michel Blanquer détaille le protocole sanitaire pour la rentrée scolaire



Selon le décompte quotidien du ministère de la Santé, l’Espagne comptait vendredi 386.054 cas, soit environ 8100 de plus que de la veille. La région de Madrid est l’une des plus touchées par la pandémie. Jeudi, 1199 y ont été détectés, selon le ministère. Il y a actuellement 26 foyers actifs (clusters) dans la région.Dans ce contexte, le vice-conseiller à la santé publique du gouvernement régional de Madrid, Antonio Zapatero, a déclaré à la presse qu’il était recommandé de «tenter de rester chez soi dans les zones où il y a le plus de cas», évoquant certains quartiers du Sud de Madrid et des villes de sa banlieue comme Leganes, Fuenlabrada ou Mostoles.
«Il faut essayer d’éviter les déplacements inutiles», a-t-il dit, ajoutant que les «réunions non-nécessaires» devraient également être évitées et qu’il fallait éviter d’être à plus de dix dans une maison. même si la situation actuelle à Madrid est préoccupante, «elle ne justifie pas, je pense, de prendre des mesures de confinement par zones», a-t-il déclaré.>> LIRE NOTRE ARTICLE – Tests, quarantaine, pays «bannis» : face à la reprise de l’épidémie, les pays d’Europe se barricadent à nouveau

430 «clusters», ou foyers de contagion, sont toujours en activité sur le territoire, dont 44 nouveaux qui ont été détectés ces dernières 24 heures, annonce la Direction Générale de la Santé dans son communiqué quotidien.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus : 4586 nouveaux cas en 24 heures, 430 «clusters» en activité

«La circulation du virus s’accélère : le taux d’incidence a progressé en sept jours de 42%. Neuf départements ont désormais dépassé le seuil d’alerte de 50 nouveaux cas positifs dépistés au cours des 7 derniers jours pour 100 000 habitants», indique la DGS. 

Pour rappel, voici la carte interactive du taux d’incidence département par département, publiée par Santé Publique France et comprenant les données allant du 12 au 18 août.

23 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, portant le total à 30.503 victimes.

210 nouvelles admissions à l’hôpital ont été recensées, pour un total de 4745 malades actuellement hospitalisés. Parmi eux, 37 nouveaux patients graves ont été admis en réanimation, portant le solde de malades dans ces unités à 379.

Les régions «Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France et Guyane regroupent 67% des malades en réanimation», précise la DGS.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – La hausse des cas de Covid-19 est-elle liée à l’augmentation du nombre de tests ?

4586 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, selon le communiqué quotidien de la direction générale de la Santé (DGS) publié ce soir. 20.482 cas ont été dépistés en une semaine.

Le taux de positivité est toujours en hausse, s’établissant ce jour à 3,4%. Entre le 12 et le 18 août, 700.051 ont été effectués sur le territoire.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: le paradoxe d’une épidémie qui progresse sans empirer

Le port du masque, obligatoire depuis début août dans certains espaces publics ouverts de la métropole lilloise, est désormais étendu à de nombreuses zones du département du Nord, en raison de «l’évolution des indicateurs sanitaires», a annoncé aujourd’hui le préfet.

Parmi les espaces listés par la préfecture figurent notamment les entrées et sorties d’établissements scolaires, «15 minutes avant ou après l’ouverture et la fermeture» dans un périmètre de 50 mètres, tous les espaces verts urbains et «aménagés en bord de cours d’eau», les plages des lacs et plans d’eau autorisés à la baignade ou encore les digues et promenades du littoral. Les plages de bord de mer ne sont en revanche pas concernées, selon un communiqué publié par la préfecture.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Les masques en tissu peuvent-ils être préférables aux masques chirurgicaux ?

Le préfet dresse également la liste de nombreuses zones «de centre-bourg et centre-ville commerçants caractérisées par une forte concentration du public», établie «sur proposition des maires». Celle-ci comprend des rues, places, parvis de gare, aires de jeux pour enfants, arrêts de bus, lotissements ou autres «zones de rencontres».

Les Nordistes devront enfin porter le masque dans et autour des galeries commerciales, grandes et moyennes surfaces et sur leurs espaces de stationnement, aux abords des brocantes, braderies, vide greniers, ou marchés de plein air, et lors de manifestations sportives ou festives.
L’obligation s’applique à compter d’aujourd’hui, «pour une durée d’un mois» et pour toute personne de plus de 11 ans.>> VOIR NOTRE VIDÉO – Le port du masque «systématisé» d’ici fin août en entreprise, annonce Élisabeth Borne

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit aujourd’hui espérer que la pandémie de Covid-19 dure moins longtemps que la pandémie de grippe espagnole de 1918 qui, en deux ans, avait fait des dizaines de millions de morts.
«Nous espérons en terminer avec cette pandémie en moins de deux ans. Surtout si nous pouvons unir nos efforts (…) et en utilisant au maximum les outils disponibles et en espérant que nous pourrons avoir des outils supplémentaires comme les vaccins, je pense que nous pouvons y mettre un terme dans un délai plus court que la grippe de 1918», a affirmé le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.>> VOIR NOTRE VIDÉO – Où en est-on de la course au vaccin ?



 

31 départements français sont en situation de vulnérabilité modérée ou élevée, annonce Santé Publique France dans son point quotidien.

Ainsi, les Alpes-Maritimes, les Alpes de Haute-Provence, l’Aube, l’Essonne, le Gard, la Gironde, la Haute-Garonne, la Haute-Savoie, les Hautes Pyrénées, les Hauts-de Seine, l’Ille-et-Vilaine, l’Isère, l’Eure-et-Loir, l’Indre et Loire, le Loiret, la Mayenne, la Mayotte, Meurthe et Moselle, le Nord, l’Oise, les Pyrénées Atlantique, la Réunion, la Martinique, la Guadeloupe et Saint Martin, le Rhône, la Seine et Marne, le Tarn, le Val d’Oise, le Var, le Vaucluse et les Yvelines sont en vulnérabilité modérée.

Les Bouches-du-Rhône, la Guyane, l’Hérault, Paris, la Sarthe, Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne sont en vulnérabilité élevée.



La carte des vulnérabilités de Santé Publique FranceSanté Publique France

Le département du Loiret a franchi aujourd’hui le seuil d’alerte avec un taux d’incidence de cas positifs au Covid-19 de 52,6 pour 100.000 habitants, a annoncé l’Agence régionale de Santé du Centre-Val de Loire.

Au total, 359 personnes ont été testées positives dans ce département proche de l’Ile-de-France entre le 12 et le 18 août. Quatre personnes sont en réanimation. Le taux de positivité dans le département s’élève à 4,9% contre 3,3% en moyenne dans la région.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus : sept départements présentent un taux d’incidence dépassant le seuil d’alerte

La préfecture du Loiret a rendu cette semaine le port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans dans un périmètre défini d’Orléans-La Source, ainsi que sur les bords du Loiret et dans l’hyper-centre d’Orléans jusqu’au 30 octobre.

Les autorités tunisiennes ont remis en place vendredi un couvre-feu à El Hamma, ville de l’est de la Tunisie confrontée à une flambée de cas de coronavirus, et ont suspendu toutes les liaisons ferroviaires desservant la région.

Un couvre-feu a été instauré de 17 heures à 5 heures du matin pour une semaine dans cette ville de 100.000 habitants, a indiqué à l’AFP Nacef Ennajeh, son maire Selon lui, El Hamma a enregistré au total 441 cas de Covid-19 dont cinquante nouveaux cas jeudi, essentiellement des jeunes asymptomatiques, et cinq décès depuis le début de la pandémie en mars.

La Tunisie a recensé sur son territoire 2543 cas, dont 63 décès.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus: Tunis impose le port obligatoire du masque

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié aujourd’hui de «meurtre» les affaires de corruption entourant les équipements de protection (EPI) qui sont utilisés dans le cadre de la pandémie de Covid-19.



Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).Denis Balibouse / REUTERS

«Si les travailleurs de la santé travaillent sans EPI, leurs vies sont en danger. Et cela met aussi en danger la vie des personnes qu’ils soignent. C’est donc criminel, et c’est un meurtre. Et il faut que cela cesse», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, après avoir été interrogé par une journaliste sur les affaires de corruption en Afrique du Sud.

L’épidémie de coronavirus n’a pas qu’entraîné une crise sanitaire, mais aussi une crise économique. Parmi les secteurs les plus touchés, celui du tourisme, qui a vu ses recettes fondre sans les voyageurs extra-européens.

Les palaces parisiens, autrefois si demandés, sont aujourd’hui délaissés par ces riches touristes en quête de luxe. Comment se passent leurs réouvertures ? Sauront-ils survivre au Covid ?

Pour Le Figaro, notre journaliste Mathilde Visseyrias décrypte leur avenir dans l’article ci-dessous.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Les palaces parisiens tentent de rouvrir après le cauchemar estival

Le coronavirus n’est pas une «grippette». Depuis plusieurs mois, des Français ayant été infectés souffrent toujours de symptômes. Courbatures, fatigue, aphonie… Nombreux sont les malades à s’en plaindre, sans être pris au sérieux.

Aujourd’hui, ils témoignent dans les colonnes du Figaro. Un article de Claire-Line Nass à retrouver ci-dessous.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Les malades du «Covid long» en quête de reconnaissance

L’Olympique de Marseille a confirmé aujourd’hui l’existence d’un cinquième cas de Covid-19 dans son effectif, après des test complémentaires effectués, mais les cinq joueurs touchés sont asymptomatiques, a expliqué une porte-parole du club.

Les noms des joueurs touchés n’ont pas été révélés par le club. Le match de l’OM contre Saint-Étienne, qui devait ouvrir la saison de Ligue 1 vendredi soir (19h00), avait de toutes façons déjà été décalé.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Angers, Nice, Lens, Monaco, nouveaux cas de Covid-19 au jour de la reprise

Pupitres individuels, masques pour les plus de six ans, quarantaines très ciblées en présence d’un cas positif: la rentrée des classes, le 14 septembre, se précise en Italie après six mois d’école buissonnière. 

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19, relance: l’Italie de Giuseppe Conte se relève

Des quarantaines ciblées sur les personnes «en contact étroit» avec l’élève ou le professeur testé positif seront imposées. Mais la mise en quarantaine de toute la classe de l’élève, ou celle de tous ses professeurs, ne sera pas automatique.  

La température des élèves devra notamment être prise à la maison et les élèves ayant plus de 37,5 devront rester chez eux. Un élève diagnostiqué positif ne pourra réintégrer son établissement qu’après deux tests négatifs réalisés à 24H d’intervalle.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – En Italie, des robots aident le personnel hospitalier dans la lutte contre le Covid-19



La mesure la plus concrète de la rentrée concerne la livraison à partir du 8 septembre de 2,4 millions de pupitres individuels, notamment dans le Sud. Onze entreprises viennent tout juste de remporter les appels d’offre à la mi-août. La livraison risquant de s’étaler jusqu’en octobre, partout où on ne pourra pas respecter la distance sécuritaire d’un mètre entre élèves assis, il faudra mettre un masque. 

Ces masques seront obligatoires à partir de 6 ans, lorsqu’on se déplace. Quelque 11 millions de masques gratuits seront distribués chaque jour aux élèves et au personnel. Et 170.000 litres de gel désinfectant seront livrés chaque semaine.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Hausse des contagions en Europe: l’Italie s’inquiète d’être «encerclée»

Les professeurs seront pour leur part testés à partir de la semaine prochaine et jusqu’au 7 septembre sur une base volontaire par leur médecin de famille. Deux millions de tests rapides leur sont destinés.
L’Italie, premier pays frappé en Europe par le Covid-19, avait fermé écoles et universités dès le 5 mars, quelques jours avant un confinement strict de plus de deux mois.

Tous les vendredis et samedis soirs, jusqu’à début septembre, il sera possible d’être dépisté, gratuitement et sans ordonnance, de 18H00 à 22H00, sous un chapiteau éphémère installé place du Corbeau, à deux pas du centre historique de Strasbourg.Une mesure qui cible particulièrement les jeunes, alors que le nombre de cas positifs a pratiquement doublé en une semaine chez les 20-29 ans dans le Bas-Rhin. «L’objectif est d’aller à la rencontre notamment des jeunes, sans stigmatisation, là où ils peuvent fréquenter bars et terrasses», a expliqué la préfecture du Bas-Rhin qui souhaite s’inscrire dans une «démarche pro-active».
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 aux États-Unis a nettement baissé en trois semaines, mais les experts se demandent si les Américains auront la discipline de poursuivre les gestes barrières jusqu’à ce que l’épidémie soit réellement sous contrôle.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – «Les affirmations péremptoires de Trump sur le Covid-19, sincères ou non, alimentent la campagne des démocrates»

Après des pics à plus de 70.000 nouveaux cas par jour en juillet, le pays a enregistré 43.000 cas jeudi. Les hospitalisations ont baissé d’un tiers depuis le pic, selon le Covid Tracking Project, et le nombre de morts, stable à un millier par jour depuis fin juillet, devrait en toute logique commencer à diminuer.

«J’espère que la semaine prochaine, nous commencerons à voir une réduction» de la mortalité, a dit jeudi le directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Robert Redfield, lors d’un échange en ligne avec la revue médicale Jama.
Le taux d’incidence (nombre de nouveaux cas rapporté à la population) reste le triple de celui observé en France ou au Mexique. Et la moyenne américaine cache d’énormes disparités régionales.«Il faut vraiment y réfléchir à deux fois avant de ramener les enfants à l’école» dans les zones «rouges» du gouvernement (incidence supérieure à 100 cas/semaine pour 100.000 habitants), a prévenu Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses du gouvernement. «Nous avons le pouvoir, même avant l’arrivée d’un vaccin, de contrôler cette épidémie si nous respectons les principes de santé publique», dit l’infectiologue. «J’aimerais tant voir tous les Etats-Unis aller dans le même sens».



Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses du gouvernement.AFP

Santé Publique France (SPF) a publié son point hebdomadaire. «En France métropolitaine la dynamique de la transmission en forte croissance reste préoccupante : l’ensemble des indicateurs continue de progresser alors que le niveau de dépistage stagne», note l’organisme.

Sur la dernière semaine écoulée, le nombre de nouveaux cas confirmés a augmenté de 43% par rapport à la semaine précédente. Selon ce bilan, les nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation présentent également une tendance à la hausse.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Où en est-on de la course au vaccin contre le Covid-19?

Le Royaume-Uni a enregistré 1033 nouveaux cas de coronavirus ce vendredi, contre 1182 jeudi, a annoncé le gouvernement dans ses données quotidiennes.

Deux personnes sont mortes, contre six hier.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Tests, quarantaine, pays «bannis» : face à la reprise de l’épidémie, les pays d’Europe se barricadent à nouveau

Deux nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés ce vendredi par le Nîmes Olympique, risquant d’entraîner le report du match contre Brest prévu dimanche pour la 1re journée de Ligue 1.

Deux joueurs de l’effectif professionnel de Nîmes étaient déjà touchés. Pour deux autres joueurs, des tests complémentaires ont été effectués vendredi et se sont révélés positifs.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: le paradoxe d’une épidémie qui progresse sans empirer

La Suisse a enregistré ce vendredi pour la deuxième fois cette semaine plus de 300 nouveaux cas quotidiens, un niveau jamais atteint depuis la mi-avril.

Le gouvernement suisse n’a jamais instauré de confinement aussi strict que d’autres pays européens mais des restrictions qui ont été progressivement levées depuis le 27 avril, permettant ainsi aux écoliers de retrouver les bancs de l’école à la mi-mai.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus: mais qui sont les superpropagateurs?

Mais depuis la mi-juin, le nombre de nouveaux cas quotidiens, qui avoisinait alors la vingtaine, n’a cessé d’augmenter, obligeant les autorités à hausser le ton.
Le port du masque est ainsi devenu obligatoire dans les transports publics depuis juillet. Et certains cantons, comme à Genève où le nombre de cas a particulièrement augmenté, l’ont également rendu obligatoire dans les magasins. Genève a également refermé ses boîtes de nuit depuis août, alors que les discothèques, bars et autres lieux de divertissement ont été accusés de faciliter la transmission du virus dans plusieurs régions du pays. 

Le Covid-19 a fait 1718 morts en Suisse depuis que le premier cas a été détecté fin février dans le canton du Tessin, frontalier de l’Italie.>> VOIR NOTRE VIDÉO – Covid-19: le pape François appelle à des vaccins universels, pas seulement pour «les plus riches»

«Évidemment que les chiffres d’infection augmentent, puisque nous testons beaucoup plus !», analysait encore hier un lecteur du Figaro.Effectivement, le nombre de personnes contaminées explose depuis plus d’un mois, jusqu’à atteindre ce jeudi un bilan de 4771 personnes infectées en seulement 24 heures. Ces chiffres alarmants sont-ils le résultat d’une reprise de l’épidémie ou, comme l’indique notre lecteur, de la campagne massive de dépistage qu’entreprend la France ?

Pour Le Figaro, notre journaliste Marie-Liévine Michalik répond à cette question dans l’article ci-dessous.  

>> LIRE NOTRE ARTICLE – La hausse des cas de Covid-19 est-elle liée à l’augmentation du nombre de tests ?

Les prisons insalubres et surpeuplées du Brésil sont confrontées à un nouveau fléau : la pandémie de coronavirus, qui a aggravé les problèmes sanitaires et isolé encore davantage les détenus de leurs familles. Depuis la découverte du premier cas en prison en avril, le coronavirus s’est propagé rapidement parmi les plus de 748.000 prisonniers du Brésil, la troisième plus grande population carcérale au monde. Et pourtant, les visites de proches et les transfèrements ont été suspendus dès la fin mars.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – L’hydroxychloroquine aurait-elle pu empêcher 25.000 décès en France, comme l’affirme le Pr Perronne ?

A la surpopulation carcérale, qui peut atteindre 300% dans des cellules mal ventilées, il faut ajouter le rationnement de l’eau et un régime alimentaire carencé, qui ont favorisé la circulation du virus. «La santé dans les prisons est un problème important, avec le Covid-19 on ne sait pas ce qui va se passer», dit à l’AFP Alexandra Sanchez, chercheuse en santé publique à l’institut scientifique de référence Fiocruz.

«On ne connaît pas la situation réelle», concède Alexandra Sanchez. Plus de 17.300 prisonniers ont été contaminés (2,3% du total) et près d’une centaine sont morts du coronavirus, d’après le Département pénitentiaire national (Depen). Et seulement 7,8% des détenus ont été soumis à des tests de dépistage du Covid-19. Quelque 38% des 2095 détenus de la prison de Sorocaba II à Sao Paulo ont été dépistés positifs au Covid-19. Parmi les 110.000 agents pénitentiaires, 7143 ont été contaminés et 75 sont morts du Covid-19, selon le Conseil national de Justice.>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19 : le Brésil franchit la barre des 100.000 morts

Deux cas positifs de Covid-19 en sept jours entraîneront l’exclusion de l’équipe concernée du Tour de France 2020, a appris l’AFP vendredi 21 août de source officielle.
La mesure concerne non seulement les coureurs mais aussi les membres de l’encadrement qui sont intégrés dans la «bulle course». 22 équipes de 8 coureurs participeront au Tour 2020 dont le départ sera donné le 29 août à Nice.>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: le paradoxe d’une épidémie qui progresse sans empirer

Si le nombre de nouvelles contaminations est en hausse constante depuis désormais deux semaines (4771 cas ont été détectés jeudi 20 août), le nombre de morts et de malades en réanimation, lui, reste relativement stable (12 morts jeudi 20 août).
Le coronavirus est-il devenu plus contagieux, mais moins virulent ? C’est en tout cas l’hypothèse que soulève le président de la Société internationale des maladies infectieuses. Pour Le Figaro, notre journaliste Vincent Bordenave a décrypté cette possibilité dans l’article ci-dessous.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Les mutations du Sars-Cov-2 ont-elles modifié l’épidémie ?

La Russie a enregistré 4870 nouveaux cas de coronavirus ces dernières 24 heures, amenant le total de personnes infectées à 946.976. 

90 personnes sont également mortes du coronavirus, ont annoncé les autorités vendredi 21 août. 16.189 individus sont décédés depuis le début de l’épidémie en Russie.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus: pourquoi le vaccin russe «Spoutnik V» n’est pas en tête de la course planétaire

Malgré un confinement des plus stricts au monde, le port du masque généralisé et des millions de tests, l’Espagne se retrouve de nouveau parmi les pays les plus touchés par le Covid-19.



Plusieurs régions d’Espagne ont interdit de fumer dans la rue, en raison des risques de transmission du Covid.AFP

L’Espagne était déjà un des pays qui comptent le plus de morts dans la pandémie (plus de 28.800). Elle est aujourd’hui le pays d’Europe occidentale qui compte le plus de cas diagnostiqués: près de 378.000. Avec 143 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur les deux dernières semaines, son taux de contagion dépasse de très loin celui de ses voisins (50 en France), d’après un calcul de l’AFP à partir de données officielles.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – «L’Espagne est un pays sûr», affirme Madrid après l’annonce d’une quarantaine britannique
Pourquoi un tel regain épidémique ? Les autorités répètent qu’un des facteurs de la hausse du nombre de cas est l’augmentation des tests réalisés.«L’isolement absolu pendant des mois n’était peut-être pas la meilleure stratégie pour promouvoir la responsabilité sociale des citoyens» une fois la liberté retrouvée, indique à l’AFP Jorge Ruiz Ruiz, sociologue à l’Institut d’Etudes Sociales Avancées. «Le déconfinement est intervenu très rapidement, pour profiter des vacances, des touristes (…) avec plus de mouvements que dans d’autres pays», rappelle Salvador Mancip et médecin chercheur à l’université de Leicester et auteur des Grandes épidémies modernes. Selon les autorités, une autre migration, celles des travailleurs saisonniers agricoles, qui se déplacent de région en région pour la cueillette de fruits et vivent dans des conditions précaires, a favorisé la circulation du virus.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Le gouvernement déconseille aux Français de se rendre en Catalogne



Les Philippines ont rapporté vendredi 21 août 4786 nouvelles infections au coronavirus. Au total, 182.365 personnes ont été contaminées dans le pays depuis le début de la pandémie, plus haut bilan de l’Asie du Sud-Est.

La ministre de la Santé a également indiqué 59 décès supplémentaires en 24 heures, élevant le total à 2940 victimes.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – En Asie du Sud-Est, la pandémie efface des années de croissance

La pandémie du coronavirus a fait au moins 793.847 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi 21 août à 13h. Plus de 22.734.900 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas avec 174.290 décès pour 5.575.386 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Viennent ensuite le Brésil avec 112.304 morts, le Mexique avec 59.106 morts, l’Inde avec 54.849 morts et le Royaume-Uni avec 41.403 morts. L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient vendredi 252.233 décès, l’Europe 212.135.

>> LIRE NOTRE INFOGRAPHIECoronavirus : où en est l’épidémie dans le monde ? 

Les mesures de confinement généralisé ne sont d’actualité «ni en Ehpad ni en-dehors», a souligné vendredi 21 août en Lozère le ministre de la Santé Olivier Véran, évoquant des mesures ponctuelles d’isolement «pour sauver la vie» des plus âgés, particulièrement frappés par le coronavirus.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid: décès de neuf résidents en une semaine dans un Ehpad près de Nancy

«Aujourd’hui, il n’y a pas lieu de prendre des mesures de confinement généralisé à l’échelle du pays, que ce soit en Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou en-dehors», a déclaré Olivier Véran lors d’un point de presse, après avoir visité l’hôpital de Florac. «Je reste comme ministre extrêmement soucieux des personnes vulnérables et fragiles et à chaque fois qu’une décision sera nécessaire et proportionnée pour sauver la vie, je la prendrai», a-t-il ajouté.

À propos du confinement très strict de plus de trois mois dans les maisons de retraite, très mal vécu par les familles et les résidents, Olivier Véran a assuré: «c’est une mesure que je ne regrette pas». Les visites ont repris le 22 juin dans ces établissements.

«Quand vous avez une entrée du virus dans un Ehpad, ça peut être catastrophique. Il y a eu neuf morts dans un Ehpad cette semaine parce qu’une personne était rentrée contaminée et ne le savait pas», a poursuivi le ministre. «Chez les personnes les plus fragiles, les dégâts peuvent être considérables et moi je préfère encore à choisir protéger les gens quitte à les isoler mais en les accompagnant toujours avec humanité, plutôt que de prendre le risque de les voir mourir par dizaines parfois dans des conditions très difficiles», a-t-il martelé.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – «ABCD»: Olivier Véran propose un moyen mnémotechnique pour savoir quand porter le masque



Le confinement va être durci dans plusieurs zones du nord-ouest de l’Angleterre, tandis que Birmingham, deuxième ville la plus peuplée du Royaume-Uni, a été placée sous surveillance en raison d’une recrudescence du coronavirus, a annoncé vendredi 21 août le gouvernement britannique.

À partir de minuit, les habitants des villes d’Oldham et de Blackburn, ainsi que de plusieurs zones du district de Pendle, où résident au total près d’un demi-million de personnes, ne pourront plus rencontrer de personnes extérieures à leur foyer, a précisé l’exécutif dans un communiqué.

En revanche, les restaurants, pubs et crèches resteront ouverts, et les écoles devraient rouvrir comme prévu début septembre. Selon le gouvernement, «les données locales indiquent que l’augmentation (des cas positifs) continue d’être causée par les rencontres entre gens de groupes d’âge plus jeunes, entre 20 et 39 ans».

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Tests, quarantaine, pays «bannis» : face à la reprise de l’épidémie, les pays d’Europe se barricadent à nouveau

La taux de reproduction «R» s’élève désormais au Royaume-Uni à une fourchette comprise entre 0,9 et 1,1, ont annoncé les autorités sanitaires ce vendredi. Un chiffre en hausse par rapport à la semaine dernière, où ce taux était situé entre 0,8 et 1,0. Le taux de reproduction représente le nombre de personnes qu’une personne contaminée par le Covid-19 peut infecter. Un taux supérieur à 1 indique une reprise de l’épidémie.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus : où en est l’épidémie dans le monde ?

La Chine a défendu jeudi l’organisation d’une méga-fête techno dans un parc aquatique bondé de Wuhan, épicentre du Covid-19, saluant une «victoire» contre le coronavirus après la diffusion virale d’images de l’événement sur internet.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – À Wuhan, des milliers de fêtards participent à un festival électro dans un parc aquatique



Des photos et vidéos de l’AFP montrant des centaines de baigneurs en maillot de bain, dansant côte à côte au son d’une musique électronique et sans masque, ont été très partagées sur les réseaux sociaux.

Ce spectacle dans le parc aquatique «montre que Wuhan a remporté une victoire stratégique dans sa lutte contre l’épidémie», a estimé jeudi Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, en réponse à une question. «J’ai vu l’article de l’AFP. Apparemment les Européens et les Américains ont été très surpris» en voyant ces images, a-t-il souligné lors d’un point presse régulier, disant espérer que les médias étrangers «rapportent la situation réelle» en Chine.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Les mystères du laboratoire de Wuhan

Le Danemark se joint à un accord à l’échelle de l’UE avec le groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca pour sécuriser son approvisionnement en vaccins contre le Covid-19, a annoncé ce vendredi le gouvernement.>> VOIR NOTRE VIDÉO – Où en est-on de la course au vaccin contre le Covid-19?

Mi-juin, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et l’Italie ont négocié un accord avec AstraZeneca au nom de l’Union européenne, garantissant la fourniture de 300 millions de doses d’un éventuel vaccin contre le nouveau coronavirus.
«Si le vaccin s’avère efficace et sûr, le Danemark recevra assez de doses pour que 2,4 millions de Danois puissent être vaccinés», a déclaré le ministre de la Santé Magnus Heunicke au cours d’une conférence de presse. «L’objectif est que tous les Danois se voient proposer un vaccin», a-t-il assuré, dans un pays qui compte quelque 5,8 millions d’habitants.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus: le rythme de commandes des vaccins s’accélère

La dette publique du Royaume-Uni a dépassé fin juillet le seuil des 2000 milliards de livres, une première historique qui symbolise l’impact brutal de la pandémie sur une économie qui retrouve des couleurs cet été.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Le Royaume-Uni plonge dans la récession la plus sévère d’Europe

Les finances publiques britanniques se détériorent à grande vitesse en raison du coût des mesures d’aide à l’activité déployées ces derniers mois pour affronter les conséquences de la crise sanitaire, notamment des dizaines de milliards de livres pour soutenir l’emploi avec un dispositif de chômage partiel.

La dette s’établissait précisément à 2004 milliards de livres le mois dernier, soit 227,6 milliards de plus qu’un an plus tôt, a annoncé ce vendredi l’Office national des statistiques (ONS). Elle représentait en juillet plus de 100% du Produit intérieur brut (100,5%) pour la première fois depuis 1961.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Va-t-on vers un impôt Covid-19 ?



Après Marseille, Montpellier et Nîmes, touchés par le coronavirus cette semaine, quatre nouveaux clubs ont déploré vendredi des cas positifs dans leur effectif, renforçant l’inquiétude au jour de la reprise du championnat de Ligue 1.

Un cas à Lens, deux cas à Nice, un cas à Angers, un cas à Monaco. La pandémie continue de faire son chemin dans les clubs professionnels, renforçant la menace qui plane sur la première journée, déjà marquée par le report de Marseille-Saint-Etienne.

La rencontre Marseille/Saint-Étienne, qui devait ouvrir la nouvelle saison vendredi, a en effet été reportée en raison de quatre cas de Covid-19 dans l’effectif marseillais. Et le match Nîmes-Brest, prévu dimanche, est lui aussi menacé après la découverte de quatre joueurs positifs chez les Crocodiles cette semaine.
>> LIRE NOTRE ARTICLE – Face au Covid-19, les Ultras désertent les stades

Le taux d’incidence du Covid-19, qui a dépassé 70 pour 100.000 habitants dans la Sarthe, ne devrait pas baisser avant plusieurs semaines, a souligné vendredi 21 août l’Agence régionale de santé (ARS) au cours d’une conférence de presse.
Après le début des premières campagnes de dépistage massif, «il faut au moins trois semaines pour constater une baisse de l’évolution de l’incidence des cas positifs. Et à partir de quatre semaines, on peut vraiment constater une baisse de l’évolution de l’incidence», a déclaré Stephan Domingo, directeur territorial des Pays de la Loire, en s’appuyant sur l’exemple du département voisin de la Mayenne.
Dans la Sarthe, le taux d’incidence du Covid-19 «dépasse les 70 cas pour 100.000 habitants» tandis que le taux de positivité aux tests atteint 4,7% (contre 3,3% au niveau national), selon lui. «Aujourd’hui, nous sommes à 60 contaminations par jour, là où début juillet nous étions à trois contaminations en moyenne par jour en Sarthe», a souligné Stephan Domingo.>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: le paradoxe d’une épidémie qui progresse sans empirer

Si 410 foyers de contagion sont actuellement actifs en France, selon les données de la Direction Générale de la Santé, Santé Publique France assure que 26% des clusters détectés depuis le début de l’épidémie sont situés en entreprises.

«Le milieu familial élargi et les évènements publics et privés rassemblant des personnes restent parmi les types de collectivités les plus représentés (25%), avec les établissements de santé (14%) et les entreprises (26%). 189 clusters en milieu professionnel ont été signalés entre le 09 mai et le 12 août 2020», assure SPF dans son point hebdomadaire, publié jeudi 20 août.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus : 4771 nouveaux cas en 24 heures, 410 «clusters» en activité

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de rugby. La découverte d’un cas positif au Covid-19 dans l’effectif de Montauban et de Béziers a entraîné l’annulation de leurs matches amicaux prévus ce week-end face à Castres (Top 14) et Carcassonne (D2). 

À Montauban, «l’ensemble du personnel administratif de l’USM a été placé en télétravail, et le joueur a été placé à l’isolement afin de ne pas contaminer l’ensemble de ses coéquipiers alors que les entraînements collectifs sont suspendus jusqu’à nouvel ordre», a indiqué le club. À Béziers, «le joueur concerné a été placé en quatorzaine» mais les entraînements, fermés au public, se poursuivent, a indiqué l’ASBH.

Santé Publique France a indiqué que six départements métropolitains présentent désormais un taux d’incidence dépassant le seuil d’alerte (50 cas de coronavirus pour 100.000 habitants).
Trois se situent en Ile-de-France (Paris, Seine-Saint-Denis et Val de Marne), deux en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Bouches-du-Rhône et Alpes-Maritimes) et un en Pays de la Loire (Sarthe).En Outre-Mer, la Guyane est toujours en «niveau de vulnérabilité élevé» mais Mayotte est passée cette semaine à «modéré». 24 autres départements sont également classés en niveau vulnérabilité modéré. 

>> Lire aussi notre article – Coronavirus : six départements présentent un taux d’incidence dépassant le seuil d’alerte

La croissance du secteur privé en zone euro a ralenti en août après une forte reprise en juillet, fragilisée par un rebond de la pandémie de Covid-19 dans diverses régions, selon la première estimation vendredi du cabinet Markit.

«La reprise économique de la zone euro a perdu de son élan en août, tendance reflétant la faiblesse de la demande inhérente au contexte de pandémie», a commenté Andrew Harker, économiste au cabinet Markit, à propos des chiffres de l’enquête PMI Flash.

L’indice PMI composite s’est replié à 51,6 points en août, après 54,9 en juillet, période marquée par une forte reprise après plusieurs mois de contraction liée au coronavirus. Lorsque le PMI est supérieur à 50 points, cela signifie que l’activité progresse, tandis qu’elle se replie s’il est inférieur à ce seuil.

Masques et distanciation : la Mostra de Venise, qui sera du 2 au 12 septembre le premier grand festival de cinéma depuis le début de la pandémie, a dévoilé ce vendredi un vaste plan de prévention dans un contexte préoccupant de résurgence du virus en Europe.

Le site du plus vieux festival de cinéma au monde, qui se déroule sur le Lido de Venise en bord de mer, «sera accessible aux participants et au public par neuf entrées donnant sur les rues ou la lagune, équipées de scanners thermiques». «L’accès sera interdit à toute personne ayant une température de 37,5 degrés ou plus». «Des gels désinfectants seront mis à disposition du public partout: salles de projection, entrées, couloirs, lieux de réunion…», et le port du masque sera obligatoire.

>> Lire notre article – La Mostra de Venise aura bien lieu en septembre mais avec moins de films 

Le masque obligatoire en classe dès la rentrée pour les collégiens et les lycéens pourra au cas par cas être fourni gratuitement aux familles «en grande difficulté», a annoncé vendredi le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

«Si des familles sont en grande difficulté, nous sommes en situation de fournir des masques aux élèves qui en ont le plus besoin», a déclaré le ministre, en visite dans une école de l’Oise, à Montataire, rappelant que l’allocation de rentrée scolaire pour les foyers les plus modestes avait été majorée de 100 euros cette année.

>> LIRE AUSSI – Les masques en tissu peuvent-ils être préférables aux masques chirurgicaux ?
Le ministre a estimé que «l’habitude de porter le masque doit être prise, y compris par les adolescents» et qu’il «est normal d’avoir cela comme on a des vêtements» et que cela faisait partie «des fournitures de rentrée». «Si vous avez un masque et que vous le lavez régulièrement, ce n’est pas un coût gigantesque», assure t-il.À voir aussi – Jean-Michel Blanquer: «La rentrée aura lieu comme prévu le 1er septembre»



Le gouvernement allemand se prépare à mettre de nouveau de côté sa sacro-sainte rigueur budgétaire l’an prochain, en ayant recours à l’emprunt pour couvrir un déficit grandissant face à l’impact de la pandémie.

«Nous allons être contraints l’an prochain de demander une exception à la règle sur la limitation de l’endettement public», a annoncé le ministre des Finances Olaf Scholz vendredi au groupe de presse régionale Funke.

>> À LIRE – Le front commun de Macron et Merkel face aux crises qui secouent l’Europe

Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a exclu un report généralisé de la rentrée scolaire du fait du rebond des contaminations de Covid-19, tout en annonçant que le port du masque serait obligatoire en classe dès le collège.
«L’éducation n’est pas une variable d’ajustement, ni de nos sociétés ni d’une crise sanitaire», a déclaré le ministre sur France 2, après avoir rejeté un report de la rentrée de septembre réclamé par certains syndicats enseignants, inquiets de la résurgence de l’épidémie en France. Il a annoncé que le port du masque devra être «systématique» dans les collèges et lycées dans les espaces clos, même quand les règles de distanciation physique pourront être respectées.



La Pologne a déclaré vendredi un nombre record de 903 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures. La Silésie, dans le sud du pays, apparaît être la région la plus frappée par le coronavirus, mais d’autres foyers épidémiques sont identifiés dans le centre et le Nord du pays.


Le reconfinement durera jusqu’au 7 septembre.ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS

Encore sous le choc après la déflagration qui a dévasté des quartiers de Beyrouth le 4 août, les Libanais se reconfinent vendredi après un pic de contaminations au Covid-19.À cette mesure prise pour deux semaines s’ajoute un couvre-feu de 18 heures à 6 heures, afin de faire face à des taux record de contaminations ces derniers jours, portant le bilan depuis le début de l’épidémie au Liban à 10.952 cas, dont 113 décès.

À voir aussi – Liban: après l’explosion à Beyrouth, maintenant «la catastrophe du coronavirus ?»



>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus: les Libanais reconfinés pour deux semaines

Le ministre irlandais de l’Agriculture a démissionné vendredi après des révélations sur sa présence à un dîner organisé par le club de golf du Parlement avec plus de 80 personnes, en violation des restrictions liées à la pandémie. Dara Calleary, en poste depuis seulement un mois, a assisté à ce rassemblement dans un hôtel jeudi avec de nombreuses autres personnalités politiques comme le commissaire européen au Commerce Phil Hogan, selon le journal Irish Examiner.

Évoquant «une erreur de jugement», le Premier ministre Micheal Martin a annoncé dans un communiqué avoir accepté la démission de son ministre.«Cet événement n’aurait pas dû avoir lieu de cette manière vu les décisions annoncées mardi par le gouvernement», a-t-il ajouté.

>> Lire aussi notre article – Les mutations du Sars-Cov-2 ont-elles modifié l’épidémie ?

La Hongrie va accentuer ses contrôles aux frontières à partir du 1er septembre afin de limiter la propagation des cas de Covid-19, du fait d’une épidémie qui semble repartir à la hausse dans plusieurs pays européens.La Hongrie a, à ce jour, été relativement épargnée par la pandémie, n’enregistrant que 609 décès pour cause de coronavirus.

>> Lire aussi notre article – Covid-19: le vaccin anti-grippal, une arme de précaution massive en cas de seconde vague ?

L’Amérique latine et les Caraïbes ont franchi jeudi la barre des 250.00 décès dus au coronavirus, selon un décompte de l’AFP établi à partir de statistiques officielles. La région, qui compte 620 millions d’habitants, enregistrait près de 6,5 millions de contaminations et 250.969 décès jeudi soir.

Selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), dans une région où le niveau de travail informel s’élève à 54 %, le chômage atteindra 13,5 % cette année, soit quelque 44 millions de personnes sans travail, 18 millions de plus qu’en janvier.

» Notre infographie pour en savoir plus

Le gouvernement dévoilera mardi le détail de son plan de relance de l’économie de 100 milliards d’euros, attendu de pied ferme par les entreprises des secteurs les plus frappés par la crise au moment où menace une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Plan de relance de 100 milliards d’euros, les premières mesures connues

L’objectif du gouvernement est de «retrouver dès 2022 un niveau de richesse nationale pour la France équivalent au niveau d’avant la crise», a affirmé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire fin juillet, peu après l’annonce par Emmanuel Macron de ce plan de 100 milliards. La priorité «absolue» sera la lutte contre le chômage, a aussi promis le Premier ministre Jean Castex dans sa déclaration de politique générale mi-juillet.

À voir aussi – Le Maire souligne une reprise économique «progressive» mais menacée par une seconde vague du virus





Sur cette photo prise le 28 mai 2020, une femme péruvienne prépare une soupe dans la banlieue de Lima au Pérou, touché par la pauvreté et les inégalités.ERNESTO BENAVIDES / AFP

La crise du Covid-19 pourrait entraîner 100 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté à travers le monde, plus encore que précédemment estimé, a alerté jeudi le président de la Banque mondiale, David Malpass, dans un entretien à l’AFP.
L’institution estime que 70 à 100 millions de personnes pourraient tomber dans l’extrême pauvreté, et «ce nombre pourrait augmenter» si la pandémie s’aggrave ou dure, a-t-il dit. Une précédente estimation faisait état de 60 millions de personnes.>> LIRE NOTRE ARTICLE – Le Covid-19 pourrait avoir entraîné 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté

Bien qu’aucune directive gouvernementale n’a été donnée au sujet du port du masque à l’université et dans les grandes écoles, les institutions d’enseignement supérieur se dirigent résolument vers une obligation.

» Notre article pour en savoir plus

Les chiffres de nouveaux cas de contaminations en 24 heures publiés jeudi en France, en Italie, en Allemagne ou encore en Espagne sont inquiétants et montrent un rebond de la pandémie, souvent à la faveur des vacances, de fêtes et de déplacements.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – La pandémie repart en Europe mais l’OMS ne juge pas nécessaire un «verrouillage»

En Espagne, 7039 nouveaux cas se sont déclarés. En France, les chiffres illustrent une progression inédite depuis mai. En Allemagne, ce sont 1707 nouveaux cas qui ont été dépistés alors qu’en Italie, le ministère de la Santé a fait état de 845 nouveaux cas. Dans tous ces pays, les jeunes, souvent peu malades voire asymptomatiques, ont été désignés comme les principaux vecteurs de ces nouvelles contaminations.

À voir aussi – Coronavirus: est-ce déjà la deuxième vague?

Pour commencer, un rapide rappel de la situation en France, où l’épidémie semble résolument de retour, avec 4771 nouveaux cas en 24 heures annoncés jeudi soir par la direction générale de la Santé. La veille, 3776 cas avaient été détectés. 18.638 cas ont été dépistés en une semaine.

Entre le 11 et le 17 août, 64.170 tests ont été effectués sur le territoire, avec un taux de positivité de 3,3% – un chiffre en forte hausse depuis plusieurs jours. 12 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, portant le total à 30.480 victimes. 149 nouvelles admissions à l’hôpital ont été recensées, pour un total de 4748 malades actuellement hospitalisés. Enfin, 410 foyers de contagion sont actifs sur le territoire, dont 35 nouveaux en 24 heures.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: le paradoxe d’une épidémie qui progresse sans empirer

Bonjour à tous, et bienvenue sur ce live consacré aux derniers développements de la pandémie de coronavirus dans le monde !

Leave a Reply