EN DIRECT – Attaque à Paris : deux blessés, les deux suspects interpellés – Le Figaro

Spread the love
La préfecture de police a levé les mesures de précaution prises dans les 11ème, 3ème et 4ème arrondissement. 

Interrogé par la presse sur l’état de santé des victimes, le premier ministre a répondu «leurs jours ne sont pas en danger, Dieu merci».
Le procureur national antiterroriste a ensuite pris la parole. 

«Le parquet national antiterroriste s’est saisi des faits pour trois raisons : 
– la localisation : devant l’immeuble ou était auparavant la rédaction de Charlie
– le moment de la réalisation de ces faits : le procès des auteurs des attentats de janvier 2015
– la matérialisation des faits : une volonté manifeste d’attenter à la vie deux personnes dont ils ignoraient tout»

«L’auteur principal a été arrêté, il est en garde à vue, un deuxième individu est également en garde à vue afin de procéder à des vérifications sur ses liens avec l’auteur principale

Le premier ministre s’est exprimé devant la presse sur place. «J’ai d’abord voulu témoigner ma solidarité envers les familles des victimes et les collègues de travail de ces deux journalistes. Les services de sécurité et de secours sont intervenus très rapidement pour exercer leur travail. Cette attaque survient dans un lieu symbolique au moment même ou se déroule le procès des attaques indignes contre Charlie Hebdo. C’est l’occasion pour le gouvernement d’exprimer attachement à la liberté de la presse affirmer à la nation notre pleine mobilisation.»

Interroger sur l’état des victimes, le premier ministre a répondu «leurs jours ne sont pas en danger, Dieu merci».

Entendant des cris, le témoin est sorti sur son balcon. Il déclare à BFMTV: «Des gens sont venus l’aider [la victime], et l’ont fait entrer dans une usine de laser juste à coté. Pendant ce temps là, j’ai vu des personnes sortir des bureaux avec des barres en fer et courir après ce que j’ai supposé être l’agresseur».

Le premier ministre et le ministre de l’Intérieur s’entretiennent avec Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris et Anne Hidalgo. 

” class=”lazy”>
Le Figaro
Selon nos informations, la maire de Paris est déjà sur place. 

” class=”lazy”>
Le Figaro
Un hachoir a été retrouvé à l’entrée du métro Richard Lenoir, selon nos informations. Un des suspects l’aurait perdu au moment de prendre la fuite en direction du métro.

” class=”lazy”>
Le Figaro
Le premier ministre et le ministre de l’Intérieur doivent se rendre vendredi après-midi sur les lieux de l’attaque.

Une employée de Premières Lignes, jointe par l’AFP, a témoigné que deux de ses collègues avaient été blessés dans cette attaque.

«Deux collègues fumaient une cigarette en bas de l’immeuble, dans la rue. J’ai entendu des hurlements. Je suis allée à la fenêtre et j’ai vu un de mes collègues, taché de sang, être poursuivi par un homme avec une machette dans la rue. On sait que nos deux collègues sont blessés, mais nous n’en savons pas davantage pour le moment», a-t-elle affirmé.

A 13h30, un deuxième suspect a été interpellé à proximité du métro Richard Lenoir par la brigade des réseaux ferrés, selon les informations du Figaro. Il serait de profil indo-pakistanais et de petite taille.

Les deux suspects ont été placés en garde à vue.

À VOIR AUSSI – Paris: un individu blesse deux personnes à l’arme blanche et prend la fuite

Une enquête de flagrance a été ouverte pour tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Les service saisis de l’enquete sont la Direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris (DRPJ) Paris et la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI).

Paul Moreira était interrogé par BFMTV. «On a deux blessé dont une grave», confirme-t-il. «C’est quelqu’un qui était dans la rue avec une sorte de hachoir, qui les a attaqué dans devant le bâtiment».

«C’est glaçant», confie-t-il.

Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête pour «tentative d’assassinat» , a indiqué à l’AFP le procureur de Paris Rémy Heitz.

Cette enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire, a précisé Rémy Heitz, qui a confirmé qu’un individu avait été interpellé.

Les deux blessés sont un homme et une femme chargés de production au sein de l’agence de presse Premières lignes, dont les locaux sont accolés aux anciens bureaux de Charlie hebdo. L’agresseur les a attaqués rue Nicolas Appert, devant leur bureau, avec ce qui pourrait être un hachoir, selon nos informations.

Le Samu a de son côté indiqué avoir déclenché sa cellule de crise opérationnelle, tandis que la RATP a déclaré avoir «complètement fermé au public» la station de métro Bastille par «mesure de sécurité».

Le laboratoire central de la préfecture de police qui s’était rendu sur place a quitté les lieux après s’en être assuré. 

«Vers midi, on est allé faire une pause déjeuner au restaurant. En arrivant, la patronne s’est mise à crier “partez, partez”, il y a un attentat… On est partis en courant s’enfermer et rester à l’intérieur de notre boutique avec quatre clients», a raconté à l’AFP Hassani Erwan, 23 ans, un coiffeur situé au coin de la rue Saint-Sabin et la rue Verte.

Deux collobarateurs du magazine de France 2 «Cash Investigation», travaillant pour la société de production Premières Lignes, ont été blessés dans l’attaque à l’arme blanche qui s’est produite vendredi près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris, ont indiqué Elise Lucet et une salariée de l’entreprise.

” class=”lazy”>
ALAIN JOCARD / AFP

” class=”lazy”>
ALAIN JOCARD / AFP
” class=”lazy”>
ALAIN JOCARD / AFP
Les écoles des 11e, 3e et 4e arrondissements de Paris ont été confinées.

Ces deux blessés sont en «état d’urgence absolue».
Un suspect a été interpellé sur les marches de l’opéra Bastille vers 12h45. Il présentait des traces de sang sur les vêtements. 
Finalement la police ne recherche plus de complice. Il n’y aurait qu’un seul auteur. 

Deux personnes se trouvent en «urgence absolue», selon la préfecture de police de Paris, deux autres en «urgence relative».

À VOIR AUSSI – Paris: un individu blesse deux personnes à l’arme blanche et prend la fuite


Une cellule de crise a été ouverte au ministère de l’Intérieur, où le ministre Gérald Darmanin se rendait «en urgence» avec le Premier ministre Jean Castex.

Un périmètre de sécurité élargi a été mis en place en raison de la présence d’un colis suspect, à proximité des locaux de Charlie hebdo. Le laboratoire central de la préfecture de police est attendu sur place.
 
Une intervention des forces de l’ordre est en cours. La police recommande d’éviter le secteur.

Selon nos informations, un individu a blessé ce vendredi 25 septembre en fin de matinée quatre personnes à l’arme blanche, boulevard Richard Lenoir, dans le 11e arrondissement de Paris, non loin des anciens locaux du journal Charlie Hebdo. Il aurait ensuite pris la fuite en direction du métro.Un complice serait également recherché.
Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à l’attaque au couteau survenue boulevard Richard Lenoir, à Paris.

Leave a Reply