En Belgique, des attaques DDoS de grande ampleur visent les institutions

Spread the love
En Belgique, des attaques DDoS de grande ampleur visent les institutions

Les attaques DDoS ne visent pas que le CNED : le réseau belge Belnet a été visé par une attaque importante ayant débuté mardi à 12h, paralysant de nombreux services et institutions belges. Le réseau Belnet est un réseau national dédié à la recherche, aux universités et aux institutions belges.

Plus de 200 organisations belges ont recours aux services de Belnet. L’impact exact de l’attaque sur les différentes organisations est difficile à estimer, mais plusieurs ont indiqué avoir subi des perturbations. « Nous sommes pleinement conscients de l’impact sur les organisations connectées à notre réseau et leurs utilisateurs et nous sommes conscients que cela a perturbé profondément leur fonctionnement. Belnet investit continuellement dans la cybersécurité. Cependant, l’attaque DDoS d’hier était d’une telle ampleur que l’ensemble de notre réseau a été saturé. Le fait que les auteurs de l’attaque ont changé constamment de tactique a rendu encore plus difficile sa neutralisation », explique Dirk Haex, directeur technique chez Belnet dans un communiqué diffusé sur son site.

publicité

Dans une mise à jour publiée ce matin sur sa page dédiée à l’incident, Belnet indiquait que des mesures avaient été déployées dans la soirée d’hier et que l’effet des attaques avait été atténué. La situation est maintenant considérée comme « stabilisée », mais le réseau indique rester vigilant face à de nouvelles attaques possibles.

Parmi les services ayant été affectés par l’attaque, l’accès à plusieurs sites utilisés par le ministère des Finances belges a été rendu impossible, ainsi que l’accès aux plateformes de vaccination contre la Covid-19, ou encore les services du ministère de la Justice.

Plusieurs commissions parlementaires prévues pour se tenir en visioconférence ont également dû être annulées, notamment une audition d’un survivant des camps de travail ouïghours par la Commission des Affaires étrangères. Cette audition s’inscrit dans le cadre d’une réflexion : plusieurs politiciens ont fait remarquer que l’attaque DDoS avait commencé au moment où l’audition de la commission des Affaires étrangères devait se tenir. Mais, pour l’instant, aucun élément ne permet d’identifier les auteurs de l’attaque. Une plainte a été déposée suite à ces attaques, indique le quotidien belge La Libre.

Leave a Reply