Montage HuffPost

Les Unes de Valeurs actuelles consacrées à l’Islam et l’immigration depuis le printemps

POLITIQUE – C’était il y a une semaine. Valeurs Actuelles titrait “Le voile ou la France”, comme si les deux étaient incompatibles. L’hebdomadaire ultra-conservateur ajoutait dans son sous-titre: “le pouvoir impuissant, 30 ans de lâcheté, la laïcité impuissante”. 

C’est pourtant dans ce magazine qu’Emmanuel Macron a décidé d’aborder ce sujet (ainsi que l’immigration), quelques jours après en avoir parlé prudemment sur RTL. Il a accordé un entretien à l’hebdomadaire, le premier d’un président de la République en exercice dans Valeurs Actuelles, à l’occasion de son retour en avion de la Réunion – avant donc l’attaque contre la mosquée de Bayonne.

Dans cet entretien à paraître dans le numéro du jeudi 31 octobre de Valeurs Actuelles, Emmanuel Macron dénonce “l’humiliation” subie par la maman pointée du doigt par un élu RN parce qu’elle portait le voile dans l’enceinte du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

“Je lutte de toutes mes forces contre le communautarisme”, répète par ailleurs le chef de l’Etat, qui, en revanche, ne veut “pas tomber dans le piège communautarisme = islam”. Tout en condamnant la “sécession” communautariste, Macron revendique de ne pas vouloir “parler de racisme anti-Blanc”, de ne pas “rentrer dans cette dialectique” qu’il juge “mortifère”.

Il développe aussi un discours maintes fois entendu sur l’immigration avec son fameux diptyque “humanité et fermeté”. S’il dit tenir au droit d’asile, il veut ainsi, relève Franceinfo, “plus d’efficacité dans les reconduites à la frontière et un plus grand contrôle des soins, des actes médicaux auxquels ont accès les migrants”.

“Le président de tous les Français”

Le choix d’une publication au discours très droitier et décomplexé sur l’identité nationale et peu amène avec l’Islam (voir les Unes en tête d’article) peut surprendre, pour un chef de l’État qui revendique une position nettement moins polémique. Mais c’est précisément le but recherché par l’Élysée. Au Figaro, son entourage explique qu’il veut ainsi montrer qu’il est “le président de tous les Français”.

“Il est important de s’adresser à tous les Français sur tous les supports. Le président de la République a vocation à dialoguer par l’intermédiaire des médias avec tout le monde, y compris avec ceux qui ne partagent pas les convictions qui sont les nôtres; c’est un exercice de pédagogie nécessaire”, a justifié la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye lors du compte-rendu du conseil des ministres. 

“Manifestement il veut s’adresser à cet électorat très particulier de gens de droite, qui ont souvent tendance (…) à élever la température verbale contre l’islam voire plus”, a estimé sur LCI le député LFI Alexis Corbière, qui avait lui-même accordé un entretien à l’hebdomadaire. 

Pour le porte-parole du PCF Ian Brossat qui a fustigé “le choix de ce support, spécialisé dans la haine antimusulmans, qui propage la xénophobie la plus crasse à longueur de colonnes, n’a rien d’anodin”. 

“Le rôle du chef de l’Etat est d’assurer la cohésion nationale, ce qui ne passe en aucun cas par des clins d’œil appuyés à un électorat qui la tient pour impossible et qui rêve de la détruire”, renchérit SOS racisme.

“La banalisation du pire franchit un nouveau palier”, déplore aussi le sénateur PS David Assouline.

A voir également sur Le HuffPost:

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply