Emmanuel Macron atteint du Covid-19 : le sommet de l’Etat secoué – Le Monde

Spread the love

Un homme tousse, et soudain tout se fige. Jeudi 17 décembre, 10 h 28 : Emmanuel Macron a été déclaré positif au Covid-19, annonce l’Elysée dans un communiqué. L’information secoue aussitôt le sommet de l’Etat. Le premier ministre, Jean Castex, censé venir présenter la stratégie vaccinale du gouvernement devant le Sénat, se fait attendre. Il est cas contact, et doit sécher la séance. Le ministre de la santé, Olivier Véran, le remplace au micro. Pendant ce temps-là, son collègue chargé des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, s’éclipse prestement. Il a déjeuné avec le chef de l’Etat deux jours plus tôt. A l’isolement, comme Jean Castex. « Le gouvernement est décimé ! On regarde Gérard Larcher en se demandant si ce n’est pas notre futur boss ! », plaisante un ministre. En cas d’empêchement du chef de l’Etat, c’est en effet le président du Sénat qui assure l’intérim.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : un million de Français recevront un vaccin à la fin de décembre

Les pièces du domino tombent les unes après les autres. Jean Castex, qui a vu Emmanuel Macron en tête à tête en fin de journée mardi, puis pour un dîner mercredi, se place « à l’isolement, bien qu’il ne présente aucun symptôme de la maladie », annonce Matignon. Quelques heures plus tard, ses services révèlent que le test PCR réalisé par le chef du gouvernement est négatif. L’ancien « M. Déconfinement » prévoit malgré tout de rester à l’isolement pendant sept jours, « comme c’est la règle », souligne son entourage. « Un nouveau test sera réalisé à J + 7 conformément au protocole sanitaire. » Exemplarité oblige. Début septembre, M. Castex avait déjà été cas contact du directeur du Tour de France, Christian Prudhomme. Son test s’était révélé négatif.

« Il est en visioconférence, là. Ça bosse ! »

Comment va le chef de l’Etat, de son côté ? « Secret médical », réplique un conseiller élyséen. Le communiqué de la présidence de la République précise simplement qu’Emmanuel Macron a réalisé un test PCR « dès l’apparition de premiers symptômes ». Son déplacement au Liban, prévu les 22 et 23 décembre, est annulé. Pour cause : il a prévu de rester à l’isolement pendant sept jours, « conformément aux consignes sanitaires en vigueur applicables à tous », affirme l’Elysée. « Il est en visioconférence, là. Ça bosse ! », assure un proche. Pas question d’alimenter l’idée d’un pouvoir à l’arrêt. « Le président suit évidemment toutes les recommandations sanitaires. Il continue à travailler et à assurer l’ensemble de ses responsabilités à distance », défend Pieyre-Alexandre Anglade, porte-parole du groupe La République en marche (LRM) à l’Assemblée nationale.

Il vous reste 70.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply