Emmanuel Macron annonce le remboursement partiel des consultations de psychologue sur prescription médicale – Le Monde

Spread the love
Emmanuel Macron lors de son discours de clôture de la convention nationale sur la santé mentale et la psychiatrie, au ministère des solidarités et de la santé à Paris, le 28 septembre 2021.

En clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie, mardi 28 septembre, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé plusieurs mesures, dont le remboursement des consultations de psychologues et la création de 800 postes dans les centres médico-psychologiques.

« La pandémie a révélé l’importance du sujet de la santé mentale », a déclaré le chef de l’Etat en clôture de ces assises de la santé mentale, reconnaissant que « pendant longtemps les moyens mis n’ont pas été à la hauteur ».

Pour répondre à la forte demande de soins, l’Assurance-maladie remboursera donc dès l’an prochain des consultations de psychologues libéraux « pour toute la population à partir de l’âge de 3 ans ». Cette prise en charge se fera toutefois sous conditions : les patients devront être « adressés par prescription médicale dans le cadre d’un forfait de consultation », la première séance étant facturée 40 euros et les suivantes 30 euros chacune.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Psychiatrie : des Assises très attendues pour une discipline en crise

Un « encadrement [qui] semble juste » même si « la profession n’est pas totalement ravie », a estimé le président de la République au terme de ces assises présentées par le ministère de la santé comme un « moment historique du débat national ».

80 millions d’euros « dédiée à la santé mentale »

Huit cents postes seront créés dans les centres médico-psychologiques (CMP) « à partir de l’année prochaine » pour « réduire au maximum les délais d’attente », a également annoncé M. Macron. « Dans les territoires qui sont le plus en tension », ces délais d’attente sont actuellement « supérieurs à dix-huit mois, pendant lesquels évidemment la santé des personnes souffrantes se dégrade », a relevé le chef de l’Etat. Un autre effort budgétaire sera fait en matière de recherche, avec une enveloppe de 80 millions d’euros « dédiée à la santé mentale » dans le cadre du quatrième programme d’investissements d’avenir.

Lire l’enquête : Après le Covid-19, la crainte d’une « vague psychiatrique »

Succession de tables rondes et de conférences avec des acteurs du secteur, les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie devaient apporter des réponses concrètes aux maux psychiques des Français et à la détresse de ceux qui les soignent. Annoncées par Emmanuel Macron le 14 janvier, d’abord prévues en juillet, elles se sont finalement tenues ces 27 et 28 septembre, en visioconférence.

Beaucoup d’acteurs, notamment associatifs, ont regretté une orientation surtout sanitaire et l’absence des débats des acteurs de l’accompagnement social et médico-social. Le Collectif Schizophrénies – qui regroupe des patients, des familles et les principales associations concernées par cette maladie – a aussi déploré la surreprésentation des psychiatres dans ces assises, tandis que la participation des usagers et des proches reste limitée.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply