Elections régionales 2021 : Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez en tête, le RN et LR au coude à coude en PACA – Le Monde

Spread the love
Allocution de Xavier Bertrand devant la presse au théâtre Jean-Vilar, à Saint-Quentin, le 20 juin 2021.

Les coups de tonnerre ne frappent pas toujours là où on les attend. Plutôt que le haut niveau du Rassemblement national (RN), largement commenté et anticipé, c’est le record d’abstention enregistré lors du premier tour des élections régionales et départementales, dimanche 20 juin, qui frappe les esprits. Avec seulement 33,9 % de participation, jamais un scrutin n’avait aussi peu mobilisé les électeurs, à l’exception du référendum instaurant le quinquennat, en 2000 (69,8 % d’abstention).

Les élections régionales et départementales en direct : suivez les résultats et les réactions sur LeMonde.fr

S’il est encore trop tôt pour tirer avec certitude les conclusions électorales de cette abstention massive, force est de constater que la droite profite de cette situation inédite : ses candidats sont donnés en tête du premier tour dans une grande partie des régions métropolitaines, selon les premières estimations d’Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et la Chaîne parlementaire.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le président sortant (Les Républicains, LR) de la région, Renaud Muselier (33,7 %), qui a noué un accord avec la République en marche (LRM) et pris des candidats macronistes sur sa liste, est ainsi donné à quasi-égalité avec le RN Thierry Mariani (34,8 %). Une véritable surprise, la première place ayant été promise par les sondages au candidat mariniste tout au long de la campagne, et une déconvenue pour l’extrême droite : en 2015, Marion Maréchal-Le Pen avait obtenu 40,5 % des suffrages au premier tour pour le compte du Front national.

Analyse : en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Thierry Mariani et Renaud Muselier dos à dos

M. Muselier paraît en bonne position pour conserver la région lors du second tour, dimanche 27 juin. Le représentant de la gauche et des écologistes, Jean-Laurent Félizia, a engrangé pour sa part 15,2 % des suffrages.

Le risque RN semble encore plus mesuré dans les Hauts-de-France, où le président sortant (divers droite), Xavier Bertrand, est arrivé largement en tête avec 43,1 % des voix, loin devant le député RN du Nord, Sébastien Chenu (24,4 %). La candidate d’union de la gauche, Karima Delli, arrive troisième (18 %), tandis que le secrétaire d’Etat, Laurent Pietraszewski, ne parvient a priori pas à franchir la barre des 10 % nécessaire pour se qualifier au second tour (8,5 %). Un échec retentissant pour la majorité, alors que cinq ministres avaient été envoyés en renfort de la liste, dont le très médiatique garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti.

L’enjeu dans les Hauts-de-France paraît crucial en vue de l’élection présidentielle de 2022, M. Bertrand ayant lié sa candidature pour l’Elysée à une réélection dans sa région. L’ancien maire de Saint-Quentin (Aisne) est vu par Emmanuel Macron comme un de ses principaux concurrents. Un statut qu’une victoire avantageuse aux régionales pourrait renforcer.

Il vous reste 61.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply