Election présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon marque les esprits par son meeting immersif – Le Monde

Le leader de La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors de son meeting de campagne à Exponantes Le Parc, à Nantes, le 16 janvier 2022.

« Le mois de janvier dans une campagne, c’est comme si tout recommençait. » Jean-Luc Mélenchon est à Nantes, samedi 15 janvier, en répétition pour son meeting « immersif ». « De fait nouveau dans la campagne, il n’y en a pas, à part ça et madame Taubira », dit-il, alors que l’ancienne ministre de la justice vient de déclarer sa candidature. Côté meeting, cette « première mondiale », tant vantée par son équipe depuis des semaines, complique la vie du candidat de La France insoumise (LFI) à l’élection présidentielle. Pas de digression possible alors qu’il prend si facilement des détours oratoires, il faut suivre la cadence de la mise en scène, raccourcir le discours fleuve, peaufiner les enchaînements, un peu comme un acteur.

Dimanche arrive. C’est son grand lancement, un « meeting de relance » après la pause des fêtes, souligne son directeur de campagne Manuel Bompard. Depuis sa lointaine déclaration de candidature de novembre 2020, Jean-Luc Mélenchon se veut « maître du temps » et tâche de garder l’avantage lié à son départ en premier. « En choisissant le jour où je démarrai, nous devenions le maître des autres », s’expliquait-il samedi. Ce meeting immersif est un outil dans cette stratégie. Un gadget ? Peut-être, mais sa réussite formelle alimente les comparaisons par rapport aux formats très modestes déployés par ses concurrents à gauche et au-delà.

Lire aussi Primaire populaire : sept candidatures retenues, dont celles de Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot

Dans une salle de 3 000 personnes, 3 500 en serrant un peu, dont chacune des parois est entièrement tapissée de projections vidéo, une scénographie soignée se met en marche. Cela commence de manière classique, avec l’annonce de quelques ralliements politiques. Le député communiste de Seine-Maritime Sébastien Jumel l’annonce en vidéo : « Il faut être en rang serré derrière le candidat qui est le mieux placé pour se qualifier au second tour. » Le maire Génération·s de Trappes (Yvelines), Ali Rabeh, fait pareil en personne, appelle à « tailler en pièces le discours qui exige l’union pour l’union ». Puis l’opéra commence, il y a même un « libretto ». La députée « insoumise » Clémentine Autain lit les mots de la romancière Annie Ernaux, l’hymne du Mouvement de libération des femmes retentit, avec des paroles de « gilets jaunes », de manifestations et des morceaux choisis des textes de Jean Jaurès et de l’écrivain Edouard Glissant.

Lors du meeting immersif de campagne de Jean-Luc Mélenchon, à Exponantes Le Parc, à Nantes, le 16 janvier 2022.

Un pot-pourri brise marine

Jean-Luc Mélenchon arrive, fondu au noir, des étoiles s’allument. Pour parler espace et dénucléarisation, il est au clair de lune. Ou clair de Terre, ça dépend du côté où l’on est assis dans le cube virtuel qui l’entoure. « La planète bleue avec ce fin film qui l’entoure, le nid de l’humanité que par-dessus tout il faut protéger. Regardez-le, il n’y a qu’un seul écosystème qui permette la vie des êtres humains, lance-t-il. « Là c’est la Station [spatiale] internationale, là c’est un satellite, là c’est la Lune. » Jean-Luc Mélenchon guide son public dans un tête à tête avec la planète. Mégalo mais efficace pour ancrer le candidat dans l’écologie.

Il vous reste 32.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply