Election présidentielle 2022, en direct : « Voter est une chance, ne l’oublions jamais ! » – Le Monde

A Metz, des électeurs aux convictions opposées dans le bureau de vote de l’hôtel de Ville

Julien et Alicia, 25 et 24 ans, ont voté au bureau de vote de l'hôtel de ville de Metz, lors du second tour des élections présidentielles, dimanche 24 avril 2022.

Dans le grand salon de l’hôtel de ville de Metz, les électeurs sont accueillis par le vibrato du violoncelle de Timothée Bohr. Le conseiller municipal préside le bureau et profite d’une petite pause pour offrir cet intermède musical. De quoi redonner le sourire à Julien et Alicia, 25 et 24 ans. Les deux jeunes Messins ont voté pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour.

Cette fois, ils ont glissé un bulletin Macron dans l’urne. Sans se pincer le nez mais sans conviction non plus. « Je n’ai pas douté longtemps, dit Julien. Je sais faire la différence entre un candidat républicain et l’extrême droite. » Mais il admet que l’entre-deux-tours a fait l’objet de discussions passionnées avec ses amis. « Je comprends ceux qui ont choisi l’abstention. Certains ont été plus marqués que moi par la violence de ce quinquennat. »

Sa compagne Alicia n’est pas plus enthousiaste. « Je fais barrage à l’extrême droite mais je n’adhère pas au programme de Macron », lâche-t-elle. L’extrême droite, elle la connaît bien. Elle l’affronte au quotidien dans son entourage. « Il y a eu beaucoup d’engueulades ces derniers jours avec certains membres de ma famille, soupire-t-elle. Ce soir, je souhaite que Marine Le Pen ait le score plus faible score possible. Pour leur clouer le bec ! »

De son côté, Stéphane, 47, ans s’avance vers l’urne avec conviction. Comme au premier tour, ce Messin a glissé un bulletin Macron dans l’enveloppe. « Mon choix a été très clair dès le départ, dit-il. Je suis attaché à l’Europe, à certaines valeurs républicaines. » Le débat de mercredi l’a conforté dans son choix. « Le président était largement supérieur, note-t-il. Sur tous les sujets, il l’a mise en difficulté. » Il est relativement confiant concernant le résultat de ce soir. « Je connais pas mal d’abstentionnistes qui vont se mobiliser aujourd’hui. Ils ne savaient pas vraiment pour qui voter au premier tour. Mais là, ils veulent faire barrage à Le Pen. » Les chiffres communiqués à midi par la préfecture de la Moselle semblent lui donner raison. A midi, la participation était très légèrement supérieure à celle du premier tour à la même heure : 24,88 % contre 24,30 % le 10 avril.

Un autre messin, Virgile Garni, 42 ans, attend 20 heures avec espoir. Electeur du Rassemblement national, il croit en la victoire de son camp. Avec 30,37 %, Marine Le Pen était arrivée en tête dans le département au premier tour. « Elle peut gagner car elle a fait une campagne de grande qualité, dit-il. Elle a su convaincre la ruralité et les secteurs qui souffrent, plus que les villes. Tout le monde s’attendait à ce qu’elle vienne faire un meeting à Metz, mais elle a préféré aller à la rencontre de ceux qui souffrent vraiment, à Stiring-Wendel. Elle y a obtenu plus de 42 % des voix au premier tour. »

Engagé en politique depuis de longues années, il est en froid avec l’appareil local du parti. Cela ne l’a pas empêché de voter Le Pen avec conviction, au premier comme au second tour. « Le parti, c’est une chose, les valeurs en sont une autre. Mes convictions ne changent pas et je souhaite que Marine Le Pen soit présidente de la République car son projet est le meilleur pour la France. » En situation de handicap, il accuse Macron d’avoir « oublié toutes les personnes handicapées au cours de son mandat. » A 20 heures, ce soir, il sera devant sa télévision. « Macron suscite un tel rejet… Cette fois, j’y crois vraiment. »

Anthony Villeneuve (correspondant à Metz)

Leave a Reply