Election américaine : Facebook interdit tout contenu visant à intimider les électeurs

Spread the love
Election américaine : Facebook interdit tout contenu visant à intimider les électeurs

Facebook a annoncé dans un billet de blog mercredi qu’il supprimera tout contenu visant à intimider les électeurs dans le cadre de ses préparatifs pour la prochaine élection présidentielle américaine.

Le géant des réseaux sociaux a déjà interdit les messages qui appellent à une « interférence coordonnée » ou à l’apport d’armes dans les bureaux de vote, mais la politique élargie se concentrera davantage sur les préoccupations liées à l’intimidation des électeurs. « Facebook supprimera les appels à la surveillance des sondages lorsque ces appels utilisent un langage militarisé ou suggèrent que le but est d’intimider, d’exercer un contrôle ou d’afficher un pouvoir sur les responsables électoraux ou les électeurs », a déclaré Guy Rosen, vice-président de l’intégrité de Facebook.

Cette nouvelle interdiction intervient peu après que le président américain Donald Trump et son fils, Donald Trump Jr, ont réalisé une vidéo encourageant les gens à rejoindre « l’armée de Trump » et à garder les bureaux de vote.

publicité

Suspension temporaire des publicités politiques

L’annonce de mercredi a également été accompagnée de quelques autres mises à jour, comme la suspension temporaire des publicités politiques sur les plateformes Facebook après la fermeture des bureaux de vote aux États-Unis le 3 novembre. La décision d’interdire les publicités politiques après la fermeture des bureaux de vote a été prise dans le but de réduire les possibilités de confusion ou d’abus, selon Guy Rosen.

Tout comme l’interdiction des contenus qui intimident les électeurs, l’interdiction des publicités politiques est une extension d’une politique qui a été précédemment annoncée par Facebook. Dans la politique initiale, publiée en septembre, Facebook a déclaré qu’il cesserait d’accepter de nouvelles publicités politiques dans la semaine précédant les élections.

Facebook a également déclaré le mois dernier qu’il supprimerait les messages prétendant que les gens contracteront un coronavirus s’ils votent en personne, qu’il apposerait des étiquettes sur les contenus qui tentent de délégitimer le résultat de l’élection ou de prétendre à la fraude électorale, et qu’il bloquerait les messages des candidats et des campagnes qui tentent de déclarer la victoire avant que les résultats officiels de l’élection ne soient disponibles.

Virage stratégique

Ce nouvel accent mis sur l’interdiction des publicités politiques est un changement par rapport à la position précédente de Facebook, qui hésitait à interdire les publicités politiques et le ciblage publicitaire. Au début de l’année, Facebook a déclaré qu’il ne bloquerait pas les publicités politiques ou qu’il limiterait le ciblage des publicités car « les gens devraient pouvoir entendre ceux qui souhaitent les diriger ».

Pas plus tard que le mois dernier, des représentants de Facebook ont déclaré à un comité du gouvernement australien qu’ils ne pensaient pas avoir besoin de vérifier les faits concernant les publicités politiques, affirmant qu’ils font la même chose que toute plateforme médiatique utilisant, par exemple, un panneau d’affichage promouvant un angle politique particulier.

« Il n’est pas question que l’entreprise qui vous a permis d’afficher cette publicité sur ce panneau d’affichage doive y mettre quelque chose disant “Hey, cette information a été marquée comme fausse”, donc nous appliquons exactement la même approche sur notre service lorsqu’il s’agit de publicité politique (…) Nous ne pensons pas qu’il soit juste que nous soyons les arbitres de la vérité », déclaraient alors les représentants.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply