Election américaine : Donald Trump rattrapé par l’épidémie de Covid-19 après avoir été testé positif – Le Monde

Spread the love
Retour de Donald Trump à la Maison Blanche après un événement de campagne à Bedminster, dans le New Jersey, le 1er octobre.

Le test positif au Covid-19 d’une proche collaboratrice, Hope Hicks, a contraint le président Donald Trump à en subir un jeudi. Le test s’est révélé positif, a annoncé le président sur Twitter, vendredi 2 octobre. Quelques instants auparavant, il avait indiqué qu’il s’isolait, en compagnie de sa femme, Melania, officiellement dans l’attente des résultats. La première dame a également été testée positif.

L’agenda du président pour vendredi, rendu public jeudi soir, mentionnait une réunion avec des sympathisants au Trump Hotel de Washington avant un départ pour la Floride. Donald Trump devait en effet tenir un meeting politique à Sanford, près d’Orlando, avant de rentrer dans la soirée dans la capitale fédérale.

Lire aussi « 94 % de faux morts du Covid-19 » : la nouvelle infox partagée par Donald Trump

Revenue à la Maison Blanche en février après un détour par la direction de la communication de Fox News, Hope Hicks est l’une des rares personnes en dehors de sa famille à disposer de la confiance du président. Elle était à bord d’Air Force One avec Donald Trump lorsqu’il s’est rendu mardi à Cleveland, dans l’Ohio, pour participer au débat qui l’a opposé à Joe Biden. Elle a également voyagé avec lui le lendemain mercredi lorsqu’il s’est déplacé dans le Minnesota pour un meeting de campagne.

Aucun ne portait de masque

C’est au cours de ce déplacement que la jeune femme a été testée positive au coronavirus et qu’elle a quitté le cortège présidentiel. Elle avait voyagé auparavant non seulement avec le président mais aussi avec sa garde rapprochée, dont son gendre Jared Kushner, l’un de ses plus influents conseillers, et son directeur de la communication numérique, Dan Scavino, au côté de Donald Trump depuis plus de deux décennies. Lorsque le petit groupe avait quitté la West Wing à bord de Marine One, l’hélicoptère présidentiel, mercredi, en direction de la base militaire d’Andrew, aucun ne portait de masque. Ces proches conseillers s’abstiennent généralement de s’en munir, alors que le président n’en arbore pratiquement jamais.

Dan Scavino, Hope Hicks (au centre), William Russell et John McEntee, proches collaborateurs de Donald Trump, lors d’un événement de campagne à Middletown en Pennsylvanie, le 26 septembre.

Ce n’était pas la première fois, pourtant, que le virus touche la Maison Blanche. Le conseiller à la sécurité nationale, Robert O’Brien, a été testé positif en juillet, tout comme plusieurs agents du Secret Service, chargé aux Etats-Unis de la protection des personnalités, dont certains pour avoir été présents lors du meeting tenu en juin à Tulsa dans l’Oklahoma. Katie Miller, la porte-parole du vice-président Mike Pence, avait été testée positive en mai. Aucune de ces personnes ne jouit cependant d’un accès au président comparable à celui de Hope Hicks, présente à ses côtés dès son entrée en politique, il y a cinq ans.

Il vous reste 52.32% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply