Drôme | Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : un troisième Soudanais en garde à vue – Le Dauphiné Libéré

Spread the love
Le Soudanais âgé de 33 ans, auteur présumé de l’attaque au couteau qui a fait deux morts et cinq blessés samedi 4 avril au matin en plein centre-ville de Romans-sur-Isère, devrait quitter la Drôme ce dimanche 5 avril au matin pour être transféré à Paris. Selon les informations du Dauphiné Libéré, il refuserait de s’exprimer sur les faits lors de sa garde à vue.

Le Dauphiné libéré apprend encore ce dimanche matin, qu’un troisième suspect a été interpellé dans le cadre de l’enquête. Il a été arrêté samedi soir, peu avant 19 h 30. Âgé de 19 ans, ressortissant soudanais également, ce jeune homme est une connaissance de l’auteur présumé de l’attaque. Il logeait dans le même immeuble, de la côte Jacquemart, à Romans-sur-Isère. Rappelons que peu après l’attaque, un homme, Soudanais, avait déjà été interpellé dans l’appartement où vivait le principal suspect.

Le parquet national antiterroriste (PNAT) pilote l’enquête ouverte pour assassinats et tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteur terroriste criminelle. Les investigations sont confiées à la Sous-Direction antiterroriste de la Direction centrale de la police judiciaire, à la Direction centrale de la police judiciaire ainsi qu’à la Direction générale de la sécurité intérieure.

Par ailleurs, comme le Dauphiné libéré le révélait dès ce samedi 4 avril après-midi, le suspect avait séjourné à Moras-en-Valloire, dans le Nord de la Drôme, avant de venir s’installer dans un logement de la côte Jacquemart, à Romans-sur-Isère. Samedi soir, le maire de Moras-en-Valloire, Aurélien Ferlay, a confirmé dans un communiqué que le suspect était une “ancien locataire d’un logement communal. Il vivait en colocation dans notre village de septembre 2018 à janvier 2020 et travaillait dans une maroquinerie”. Précisant que ce “réfugié de 33 ans  d’origine soudanaise, accompagné par les services de l’Etat et le secours catholique, avait suivi un contrat de professionnalisation et une formation en maroquinerie auprès de l’AFPA de Romans-sur-Isère”.

Aurélien Ferlay, “horrifié par cette attaque”, a ajouté : “Rien, absolument rien ne laissait présager l’acte immonde dont il serait l’auteur. Il partait travailler en vélo, était poli avec mes services et moi-même, n’a posé aucune difficulté sur notre commune”.

Selon les informations du Dauphiné libéré, le trentenaire soudanais travaillait ces derniers temps dans une usine installée à Romans-sur-Isère.

Leave a Reply