La compagnie ferroviaire envisageait de faire reconnaître le « caractère illégal » de la mobilisation, mi-octobre, des cheminots qui ont utilisé leur droit de retrait.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 10h39

Temps de Lecture 1 min.

Jean-Pierre Farandou, le nouveau directeur de la SNCF, a pris ses fonctions vendredi 1er novembre.

Nouveau dirigeant, nouvelles décisions. « La SNCF a dit qu’elle n’irait pas devant le TGI [tribunal de grande instance] pour faire qualifier le mouvement social, parce qu’elle est aussi devant des transformations profondes », a déclaré le secrétaire d’Etat chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur LCI. Cette annonce intervient au même moment que la prise de fonctions de Jean-Pierre Farandou à la tête de la SNCF, vendredi 1er novembre.

« [C’]est aussi le moment d’impulser une nouvelle dynamique et de se projeter dans ce qui peut être un avenir positif pour la SNCF. Donc je comprends cette décision », a assuré le secrétaire d’Etat tout en estimant que, « quand on ne respecte plus les règles, on prend le risque d’exactions ou de difficultés sur le terrain, mais aussi que ceux qui écrivent les règles soient questionnés dans leur légitimité ».

Lire aussi La SNCF rejette la revendication des cheminots d’avoir un contrôleur dans tous les trains

« Non-paiement des jours de grève »

« Le droit de retrait, qui est un droit individuel (…), a été détourné de sa vocation initiale. Il a été organisé collectivement, dans la nuit du jeudi au vendredi pour impacter le maximum de Français qui partaient en vacances le vendredi matin », a rappelé M. Djebbari. Il reconnaît toutefois que « les sanctions existent déjà puisqu’il y a un non-paiement des jours de grève, et la SNCF s’y tiendra ».

Le mouvement avait commencé dans la nuit du 17 au 18 octobre, lorsque des contrôleurs et des conducteurs avaient décidé d’exercer un droit de retrait après un accident qui a fait onze blessés dans les Ardennes, dont un conducteur qui était le seul agent SNCF à bord du train. Dès le lendemain, le secrétaire d’Etat avait assuré qu’il n’excluait pas « que la SNCF fasse reconnaître, devant le TGI, le caractère illégal de ce qui est donc bien une grève ».

Lire aussi SNCF : Guillaume Pepy s’oppose au paiement des jours de grève
Advertisements
Spread the love

Leave a Reply