Drame sur l’A7 : pour l’avocat de la famille, “Renault va devoir répondre de ses responsabilités” – Midi Libre

Spread the love

Le drame de la route qui, lundi 20 juillet, a coûté la vie à cinq enfants sur l’A7, à hauteur d’Albon dans la Drôme, a été causé par un problème mécanique sur la voiture, la casse du turbo qui a provoqué l’incendie. 

Ce mercredi 22 juillet, l’enquête sur le drame routier qui s’est déroulé lundi soir sur l’A7, dans la Drôme, coûtant la vie à cinq personnes d’une même famille, des enfants âgés de 3 à 14 ans, a fortement progressé.

Quatre autres personnes, trois adultes et un enfant, de cette même famille originaire de la région lyonnaise, sont grièvement blessées. 

La casse du turbo de la voiture serait à l’origine du drame

Les premières conclusions de l’expertise du véhicule permettent de confirmer l’hypothèse avancée dès le soir de l’accident, du problème mécanique. 

Le procureur de la République, Alex Perrin,  que “l’accident est lié à un problème de dysfonctionnement du turbo qui aurait cassé, ce qui a entraîné l’incendie de l’huile moteur“, indique Alex Perrin, procureur de la République de la Drôme.

Pour l’avocat de la famille, “aucune faute humaine”

Me Nicolas Cellupica, avocat de la famille des victimes, s’exprime pour la première fois dans la presse, a souligné auprès de franceinfo et BFMTV, ce mercredi 22 juillet, qu’aucune faute humaine n’est à l’origine du drame et qu’il faudrait remonter “aux responsabilités du constructeur” du véhicule. Ce que mon client a indiqué avant de perdre conscience au tout début de l’enquête correspond parfaitement à ce qui ressort”.

VIDÉO – Accident sur l’A7: l’avocat de la famille envisage d’attaquer Renault en justice

➡️https://t.co/B8cgugLai8 pic.twitter.com/yzVwmjIFjB
— BFMTV (@BFMTV) July 22, 2020

La casse a entraîné l’incendie de l’huile moteur

Toujours selon le procureur de la République, “le conducteur se trouvait alors dans la quasi-impossibilité d’arrêter le moteur, car la panne neutralise tous les systèmes d’assistance du freinage, d’où une sensation d’un freinage qui ne fonctionne pas évoquée par le conducteur avant qu’il ne perde connaissance”.

“Renault va devoir répondre de ses actes”

“On doit mettre toutes les cartes sur la table et voir d’où vient précisément le problème et qui doit être tenu pour responsable pour ce drame et de cette évidence, et des premières analyses du rapport, j’en conclus que Renault va devoir répondre de ses actes et de ses responsabilités dans cet accident”, a prévenu Me Nicolas Cellupica.

Au lendemain de la tragédie, les images de vidéosurveillance montré que la voiture avait pris feu avant d’effectuer les tonneaux. “On voit de la fumée, le véhicule commence à prendre feu. Manifestement le conducteur a cherché à se mettre sur la bande d’arrêt d’urgence. Mais les freins n’ont pas fonctionné”, indiquait alors Hugues Moutouh, le préfet de la Drôme.

Le contrôle technique pas mis en cause

L’Escadron départemental de la sécurité routière de l’Isère estime qu’aucune infraction n’est liée au contrôle technique du véhicule qui avait expiré en mai dernier. En raison du confinement, l’Etat avait accordé des délais rendant le contrôle obligatoire à l’automne.

Leave a Reply