Périgueux, France

Le forcené qui s’était retranché dans son appartement du quartier Saint-Georges à Périgueux depuis 17h45 ce jeudi 31 octobre s’est finalement donné la mort lors de l’assaut du RAID peu avant 22h00.

Les secours appelés pour un incendie

Vers 17h30 un infirmier s’est présenté pour prodiguer les soins habituels à une femme de 83 ans, dans l’immeuble HLM du 34 rue des Prés, quartier Saint-Georges à Périgueux. “Le professionnel a trouvé porte close, explique le vice-procureur de la république de Périgueux, Stéphane Renard. Mais le compagnon de cette femme lui a indiqué qu’elle venait de mourir”, précise-t-il. L’infirmier appelle alors la police, qui constate un incendie depuis les fenêtres de l’appartement du couple, au troisième étage.

Lorsque les pompiers sont parvenus à entrer dans l’appartement, il ont découvert le corps sans vie d’une femme de 83 ans, mortellement touchée à la gorge par une arme à feu. Son compagnon, un homme de 72 ans s’est retranché avec l’arme dans l’appartement.

Une attente de près de quatre heures.

Un important dispositif de sécurité a alors été déployé. Les habitants de l’immeuble ont été évacués et accueillis dans un gymnase voisin. Des hommes du RAID de Bordeaux ont été appelés en renfort. N’arrivant pas à entrer en contact avec le forcené, les forces de l’ordre ont donné l’assaut peu avant 22 heures. C’est au moment où les policiers ont utilisé une grenade assourdissante que l’homme s’est tiré une balle dans la tête.

Un couple “en grande détresse”

Selon des voisins, la compagne du forcené aurait sombré dans la dépression après le suicide de son fils. L’homme aurait confié à plusieurs reprises “en avoir marre”. 

Les habitants de l’immeuble évacué n’ont pu retrouver leurs logements dans la soirée. Une trentaine d’entre-eux devaient être hébergés dans des chambres d’hôtels.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply