Donald Trump proclame la fin de l’interdiction des vols transatlantiques, Joe Biden s’y oppose – Le Monde

Spread the love
A l’aéroport international de Dallas-Fort Worth au Texas, le 23 décembre.

Donald Trump a décidé, dans une proclamation publiée lundi 18 janvier par la Maison Blanche, de lever l’interdiction d’entrer aux Etats-Unis pour les voyageurs ayant séjourné depuis moins de quatorze jours dans l’Union européenne, au Royaume-Uni et au Brésil. Cette mesure, qui avait été imposée au début de la pandémie de Covid-19 – mais qui ne s’appliquait pas aux ressortissants américains, aux titulaires d’un permis de résidence permanent (carte verte) et aux étudiants –, avait conduit à un tarissement quasi complet du trafic aérien transatlantique.

La levée de cette interdiction devrait entrer en vigueur le 26 janvier. « Cette action est le meilleur moyen de continuer à protéger les Américains du Covid-19 tout en permettant la reprise des voyages en toute sécurité », a défendu Donald Trump dans sa proclamation.

Toutefois, l’équipe du président élu Joe Biden, qui doit officiellement prendre ses fonctions mercredi et qui a fait de la lutte contre l’épidémie due au coronavirus sa priorité, a fait immédiatement savoir son opposition à la mesure.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Entre le Canada et les Etats-Unis, une frontière aussi interminable que l’attente de sa réouverture

« Avec l’aggravation de la pandémie et l’émergence de variants plus contagieux dans le monde, ce n’est pas le moment de lever les restrictions sur les voyages internationaux, a écrit sur Twitter Jen Psaki, porte-parole désignée de la Maison Blanche sous Joe Biden. Sur les conseils de notre équipe médicale, l’administration n’a pas l’intention de lever ces restrictions le 26 janvier. En fait, nous prévoyons de renforcer les mesures de santé publique concernant les voyages internationaux afin d’atténuer davantage la propagation du Covid-19. »

M. Trump ayant publié sa proclamation, la question est de savoir si le nouveau président va devoir commencer son mandat en réinstaurant une interdiction de voyager vis-à-vis des Européens, alors que sa priorité politique est aussi de se réconcilier avec ses alliés.

La Chine et l’Iran exclus de la décision de Trump

Depuis plusieurs semaines, les autorités américaines travaillaient à la mise en place d’un système de tests obligatoires pour tous les passagers dans les soixante-douze heures précédant leur embarquement à destination des Etats-Unis. Cette mesure, imposée au Royaume-Uni fin 2020 lorsque est apparu le variant plus contagieux du SARS-CoV-2, devait être généralisée aux voyageurs venus de toute la planète le 26 janvier.

Un système d’exemption avait aussi été mis en place à partir de l’été, permettant aux journalistes et aux titulaires de certains visas, comme les investisseurs, de revenir sur le territoire américain après en avoir fait la demande à leur consulat, mais il ne concernait que des effectifs minimaux.

Il vous reste 24.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply