Après avoir multiplié ces derniers jours les annonces les plus contradictoires sur l’éventualité d’un retrait des forces américaines dans le Nord de la Syrie, qui ont laissé le champ libre à l’opération turque à laquelle le monde assiste actuellement, Donald Trump a semblé dérouler toute la journée de mercredi le fil d’une communication de plus en plus improvisée et erratique. Petit florilège:

Les Kurdes ne nous ont pas aidés pendant la seconde guerre mondiale

Donald Trump

«Les Kurdes se battent pour leur terre, il faut que vous compreniez», a par exemple expliqué le président républicain depuis la Maison Blanche. Affirmant s’appuyer sur un article «très puissant», vraisemblablement publié par le site Internet conservateur Townhall, il a développé son argumentaire: «Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie, par exemple». «Nous avons dépensé énormément d’argent pour aider les Kurdes, que ce soit en munitions, en armes, ou en argent». «Ceci étant dit, nous aimons les Kurdes», a-t-il conclu.

Les prisonniers de l’Etat islamique « vont aller en Europe. C’est là qu’ils veulent aller. Ils veulent rentrer chez eux. »

Donald Trump

Interrogé sur le sort des prisonniers de l’Etat Islamique qui risquent d’échapper des prisons kurdes suite au retrait américain et à l’invasion turque, Donald Trump a répondu avec le plus grand détachement: «Ils vont aller en Europe. C’est là qu’ils veulent aller. Ils veulent rentrer chez eux. Mais l’Europe n’a pas voulu que nous leur rendions. Nous aurions pu les leur retourner. L’Europe aurait pu les traduire en justice, ils auraient pu en faire ce qu’ils voulaient, mais ils ne l’ont pas voulu.»

Selon Fox News, Trump aurait dit à des journalistes mercredi que les djihadistes étaient de «très mauvaises personnes qui devraient retourner en Europe». «Nous avons dit à plusieurs pays: on aimerait que vous repreniez vos gens. Personne n’en veut, ils sont méchants», aurait-il déclaré, ajoutant que «peut-être que les Kurdes (…) ou sinon la Turquie» pourrait s’occuper des combattants de l’Etat islamique». Fox News ajoute, citant une source militaire, que Trump aurait déclaré: «Laissons les Turcs le faire!»en référence aux combattants détenus en Syrie.

– « Qu’entendez-vous par « inhumaine »? – « Et bien il va falloir que nous voyons. Il va falloir qu’on le définisse à mesure que nous avançons »

Donald Trump

Trump a également prévenu que la Turquie serait frappée par les sanctions les plus dures «si elle conduisait son offensive de manière aussi inhumaine que possible». Interrogé par un journaliste sur ce qu’il entendait par «inhumaine», le président a répondu de manière tout aussi cryptique: «Et bien il va falloir que nous voyons. Il va falloir qu’on le définisse à mesure que nous avançons.»

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply