Donald Trump fait le choix de la guerre froide avec Pékin – Le Monde

Spread the love
Le président américain Donald Trump quitte sa conférence de presse après ses annonces sur la Chine, le 29 mai à la Maison Blanche.

Le président américain Donald Trump quitte sa conférence de presse après ses annonces sur la Chine, le 29 mai à la Maison Blanche. JONATHAN ERNST / REUTERS

Entre la Chine et les Etats-Unis, l’heure est désormais à la guerre froide. Donald Trump l’a acté, vendredi 29 mai, en multipliant les gestes de défiance vis-à-vis de Pékin. Le président des Etats-Unis va ainsi lancer le processus de révocation des exemptions accordées à Hongkong du fait de la remise en cause de son statut spécial par les autorités chinoises.

« Cette décision aura un impact sur l’ensemble des accords que nous avons avec Hongkong », a assuré Donald Trump, qui a qualifié de « tragédie pour le peuple de Hongkong, pour la Chine, et pour le monde entier » les atteintes contre l’autonomie concédée en 1997 par les autorités chinoises, lors de la rétrocession du territoire à la Chine par la couronne britannique. Cette autonomie devait s’étendre pendant un demi-siècle. Pékin « n’a pas tenu sa parole », a assuré le président après le feu vert donné à une loi de sécurité nationale par le parlement chinois. « La Chine a remplacé sa formule promise d’un pays, deux systèmes, par un pays, un système », a-t-il ajouté.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pourquoi la Chine veut imposer sa loi sur la sécurité à Hongkong

Liens coupés avec l’OMS

Victime collatérale de ces tensions sans précédent entre les deux pays, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pu que mesurer l’ampleur des dégâts vendredi. Donald Trump a en effet mis à exécution ses menaces de couper les liens avec l’agence onusienne du fait de liens jugés trop étroits avec Pékin. « Nous avions détaillé les réformes qu’ils devaient faire et nous nous sommes adressés directement à eux, mais ils ont refusé d’agir », s’est justifié le président, qui avait adressé un ultimatum à l’organisation. Il a assuré que les sommes versées auparavant par le pays, qui est premier contributeur de l’OMS, seraient réaffectées à d’autres organisations, sans préciser lesquelles.

Le président des Etats-Unis s’est inspiré en outre des suggestions des tenants d’une ligne dure contre la Chine, à commencer par le sénateur républicain de l’Arkansas, Tom Cotton, pour sanctuariser « la recherche universitaire vitale » pour les Etats-Unis, en décidant de suspendre l’entrée de « certains ressortissants de la Chine que nous avons identifiés comme potentiels risques à la sécurité ». Tom Cotton estime que certains étudiants se livrent en fait à des activités d’espionnage. La moitié des 370 000 étudiants chinois présents aux Etats-Unis suivent des études scientifiques.

Enfin, Donald Trump a demandé à son administration d’examiner « les pratiques des entreprises chinoises cotées sur les marchés financiers des Etats-Unis afin de protéger les investisseurs américains ». « Les sociétés d’investissement ne devraient pas soumettre leurs clients aux risques cachés et inutiles présentés par des entreprises chinoises qui ne jouent pas selon les mêmes règles. Les Américains ont droit à un traitement équitable et transparent », a encore souligné le président.

Il vous reste 55.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply