Donald Trump annonce qu’il va sortir de l’hôpital – Les Échos

Spread the love

Publié le 5 oct. 2020 à 18:10Mis à jour le 5 oct. 2020 à 21:30

Donald Trump va sortir de l’hôpital, mais cela ne devrait pas calmer toutes les polémiques ni faire taire toutes les rumeurs sur son état de santé. Le président américain a annoncé lui-même sur Twitter qu’il quitterait le Walter Reed National Military Medical Center de Bethesda ce lundi à 18h30 heure locale (0h30 heure de Paris). Il y sera resté trois jours, après avoir été testé positif au Covid-19 jeudi. Aux Etats-Unis, les malades restent en général à l’isolement au moins une dizaine de jours après avoir montré les premiers symptômes ou avoir été testés positifs.

Donald Trump a aussi appelé les Américains à ne pas avoir peur du virus. «Ne le laissez pas dominer votre vie. Nous avons développé, sous l’administration Trump, des médicaments et des savoirs incroyables. Je me sens mieux qu’il y a vingt ans!», a-t-il lancé, alors que le Covid-19 a tué près de 210.000 Américains.

Les médecins ont confirmé l’amélioration de son état de santé. «Il s’est passé plus de 72 heures depuis sa dernière fièvre, son niveau d’oxygène et sa respiration sont normales», a rassuré le médecin de la Maison Blanche, Sean Conley, pour qui le président n’est plus contagieux. «Tout a été fait pour assurer une sécurité maximale, nous essayons de renvoyer les gens chez eux dès que c’est sûr pour eux et leur entourage», a signalé Sean Conley, qui a toutefois ajouté que Donald Trump n’est pas un patient comme un autre. «Il dispose d’une surveillance et d’une assistance médicale 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.»

L’équipe de médecins de Walter Reed a aussi précisé que Donald Trump n’était «pas complètement tiré d’affaires», même s’ils se montrent «prudemment optimistes».

Avant ce tweet, l’entourage de Donald Trump était resté discret sur son état de santé. Selon plusieurs médias, ses conseillers lui demandaient encore, ce lundi matin, de rester quelques jours supplémentaires à l’hôpital. Le président américain était apparu rassurant dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux dimanche et se montre de nouveau hyperactif sur Twitter. « J’ai beaucoup appris sur le Covid, j’ai appris en allant à l’école, ça c’est la vraie école, pas celle qu’on apprend dans les livres. Je comprends», avait-il indiqué.

Traitement aux stéroïdes

Les médecins avaient pourtant révélé que son niveau d’oxygène avait chuté brutalement à deux reprises, nécessitant à chaque fois une intervention médicale. Il avait aussi reçu un traitement aux stéroïdes, une pratique réservée en général aux cas les plus graves du Covid, en plus du traitement expérimental aux anticorps .

Les observateurs prennent toutes les informations diffusées avec méfiance : Donald Trump ne veut pas apparaître en situation de faiblesse à moins d’un mois de l’élection présidentielle, alors que son rival Joe Biden a été testé négatif au Covid-19 à trois reprises, ces derniers jours.

«De la folie»

En outre, la sortie du président sous l’oeil des caméras, dimanche, a été vivement critiquée par le personnel médical. « Toute personne présente dans le véhicule pendant cette sortie présidentielle totalement inutile doit maintenant se mettre en quarantaine pendant 14 jours», a ainsi écrit sur Twitter le docteur James Phillips, qui travaille à Walter Reed.

«Ils pourraient tomber malades. Ils pourraient mourir. Juste pour une mise en scène politique. Pour des ordres donnés par Trump, qui met leurs vies en danger pour du théâtre. C’est de la folie. » Ce lundi, c’est sa porte-parole Kayleigh McEnany qui a été testée positive.

Une autre polémique a éclaté sur les conditions dans lesquelles l’annonce du test positif de Donald Trump a été faite. Selon deux personnes de son entourage citées par la presse américaine, le président avait subi un premier test positif jeudi, qu’il n’avait pas révélé.

Sur Fox News, il avait alors déclaré qu’il attendait les résultats. Il s’avère aussi que son transfert à l’hôpital, vendredi, a été dicté par son état de santé : il ne s’agissait pas, comme l’avait d’abord affirmé la Maison-Blanche, d’une mesure de précaution.

Leave a Reply