“Dôme de chaleur” au Canada : visualisez en un graphique le record absolu de température battu dans le village – franceinfo

Spread the love

L’ouest du Canada suffoque. Depuis le début de la semaine, des températures insoutenables sont enregistrées dans cette région, sous l’effet d’un “dôme de chaleur”. Un record a même été battu : mardi 29 juin, la station météorologique de Lytton, en Colombie-Britannique, à quelque 250 km au nord-est de Vancouver, a enregistré une température de 49,6 °C. “C’est le record absolu du Canada, explique Gaétan Heymes, ingénieur prévisionniste à Météo France. Il s’agit même du record toutes régions confondues au nord du 45e parallèle.”

Le record de Lytton est encore plus édifiant lorsqu’on compile toutes les températures maximales mesurées chaque jour dans ce village depuis dix ans. En quelques jours, à la fin de ce mois de juin, les relevés ont complètement décroché par rapport aux années précédentes, comme le montre l’infographie ci-dessous, réalisée sur le modèle du New York Times (en anglais).

Les températures maximales quotidiennes à Lytton (Colombie-Britannique, Canada). (ROBIN PRUDENT / FRANCEINFO)

Alors, comment expliquer ce record ? Plusieurs éléments doivent être pris en compte. D’abord, l’Ouest canadien et le nord-ouest des Etats-Unis connaissent un phénomène météorologie bien particulier ces derniers jours. “Un dôme de chaleur s’est mis en place. Il s’agit d’une anomalie de circulation atmosphérique avec des températures exceptionnelles à tous niveaux, notamment en altitude. Cet air chaud descend ensuite vers le sol”, explique Gaétan Heymes, ingénieur prévisionniste à Météo France. Résultat : des températures caniculaires, dépassant les 45 °C, sont observées dans de nombreuses villes de la région depuis plusieurs jours.

Le village de Lytton, lui, connaît une situation encore plus préoccupante. Pourquoi ? “La localité a une configuration topographique favorable aux fortes chaleurs”, explique Gaétan Heymes. Concrètement, “le village est encaissé avec des montagnes autour. La masse d’air frais du Pacifique ne peut pas gagner et donc, on se retrouve dans un climat continental, avec de l’air qui se réchauffe de jour en jour”, précise le prévisionniste. En effet, des températures supérieures à 40 °C ont déjà été observées là-bas ces dernières années, mais jamais aussi proches des 50 °C.

Car au-delà du phénomène purement météorologique du “dôme de chaleur”, un autre élément vient aggraver la situation. “Avec le réchauffement du climat et des masses d’air, les conséquences sont plus importantes”, note Gaétan Heymes. Comprenez, ces “dômes de chaleur” sont de plus en plus intenses en raison du dérèglement climatique. “Il y a des phénomènes d’amplification, confirme Robert Vautard, météorologue et climatologue. Lorsque les températures sont très élevées, elles assèchent les sols. Et les sols secs amplifient les températures. Donc, on a un phénomène d’accélération de ces vagues de chaleur en été.”

Le Canada et les Etats-Unis ne sont pas les seuls pays à devoir s’en inquiéter. En effet, ces anomalies de circulation atmosphérique sont également observées en Europe ou en Asie. La France en a déjà connu, comme en juin 2019, où le record absolu de température avait été battu dans l’Hérault, avec 46 °C. Et ce n’est pas fini. “Si une telle situation devait se produire en Europe, on pourrait craindre des records battus de manière généralisée”, prévient Gaétan Heymes.

Leave a Reply