Documents et iPad volés dans la voiture de fonction de Simon Jolin-Barrette – ICI.Radio-Canada.ca

Spread the love

Le ministre se trouvait au bureau du ministère de l’immigration lorsque les vols ont été commis, confirme le gouvernement du Québec.

Un homme au comportement suspect a été arrêté par la police de Québec à la sortie du stationnement sous-terrain du Complexe G.

L’homme qui n’aurait aucun lien avec Simon Jolin-Barrette était en possession de plusieurs objets volés, selon la Sûreté du Québec à qui le dossier a été transféré puisqu’il implique un député de l’Assemblée nationale.

Appelé à réagir jeudi matin, le ministre Simon Jolin-Barrette a minimisé l’importance des documents qui ont tous été récupérés.

« Ce ne sont pas des documents importants, ce sont des documents de travail dans le quotidien », affirme le principal intéressé.

Son iPad dérobé

Le iPad de Simon Jolin-Barrette fait partie des objets dérobés par le malfaiteur, mais il était verrouillé, assure-t-il.

« La majorité des documents que nous avons sont sur support informatique, sur mon iPad. Dès le moment où j’ai été informé du vol, on a pris les mesures avec le ministère du Conseil exécutif, avec l’Assemblée nationale. Tous mes codes ont été désactivés […] Aucun document n’a émané de (mon iPad). […] L’intégrité de tout a été respectée et j’ai récupéré l’ensemble des informations. », ajoute Simon Jolin-Barrette.

Le ministre a refusé de dire si les portes de son véhicule de fonction étaient verrouillées au moment du larcin.

Les documents sont demeurés sans surveillance durant environ 45 minutes, selon la version du ministre aux multiples responsabilités.

Selon le premier ministre François Legault, qui a également voulu minimiser l’incident, le voleur était à la recherche d’argent.

C’est une voiture de la Sûreté du Québec dans un édifice de la sécurité publique. C’est dans un stationnement du gouvernement. Je pense qu’il ne faut pas exagérer.

François Legault

Le chef caquiste dit s’être inquiété pour la famille du ministre avant tout, puisque les clés de sa demeure était dans le véhicule au moment du vol.

Vives réactions à l’Assemblée nationale

Les réactions de l’opposition n’ont pas tardé à l’Assemblée nationale. Certains députés ont tourné la situation en dérision.

« Ma mère m’a appris de ne pas laisser ma sacoche dans l’auto. Je pense qu’on ne laisse pas des documents de travail dans l’auto. Et pour un ministre qui est aussi de formation avocat, il sait très bien que tout document peut être important et par conséquent c’est vraiment de l’imprudence. Mais dans son cas à lui, les erreurs s’accumulent », lance Marwah Rizqy, députée de Saint-Laurent.

C’est sûr que c’est inquiétant quand ça se produit. On souhaite que les documents du gouvernement, les documents importants et confidentiels soient bien protégés. Par contre, moi, je ne suis pas en mesure ce matin de jeter la pierre à quiconque parce qu’on n’a juste pas assez d’information.

Gabriel Nadeau-Dubois, député solidaire

Ces vols inquiètent le député péquiste de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

« C’est une des premières choses qu’on nous indique quand on devient ministre, de faire attention à nos documents. Je ne dis pas que c’est la faute du ministre. Ce n’est pas lui qui gare le véhicule de fonction. Ce que je dis c’est que chaque fois que des documents sont subtilisés ou volés, c’est très grave », déplore M. Bérubé.

Le stationnement sous-terrain du Complexe G.

Le stationnement sous-terrain du Complexe G.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Le suspect libéré

Le suspect a pour sa part été libéré sous promesse de comparaître au cours des prochaines semaines.

Cette histoire n’est pas sans rappeler la polémique qui avait causé la démission de Maxime Bernier de ses fonctions de ministre des Affaires étrangères en 2008. Maxime Bernier avait laissé des documents confidentiels dans un endroit non sécurisé.

À lire aussi :

Avec la collaboration de Mathieu Dion et Hadi Hassin

Leave a Reply