Documents confidentiels retrouvés chez Joe Biden : un procureur spécial nommé pour enquêter – Le Figaro

L’avocat de la présidence a assuré que les documents confidentiels retrouvés dans un bureau et dans la résidence privée de Joe Biden avaient été «déplacés par inadvertance».

Après la découverte d’une nouvelle série de documents classifiés, cette fois dans le garage privé de Joe Biden, le ministère de la Justice américain a chargé un procureur spécial d’enquêter sur cette affaire politiquement délicate. Le procureur général, Merrick Garland, a annoncé jeudi que Robert Hur, ancien procureur fédéral dans le district du Maryland, sera chargé d’établir si Biden a violé ou non la loi en conservant ces documents après son départ de la vice-présidence en 2017. «Les circonstances extraordinaires exigent la nomination d’un procureur spécial pour cette affaire», a déclaré Garland. «Cette nomination souligne l’engagement du ministère à l’indépendance et à la responsabilité dans des affaires particulièrement sensibles, et à prendre des décisions motivées uniquement par les faits et la loi». Robert Hur avait été nommé par Donald Trump à son poste de procureur dans le Maryland.

«Nous sommes certains qu’une enquête minutieuse montrera que ces documents ont été déplacés par inadvertance et que le président et ses avocats ont agi promptement lorsqu’ils ont découvert cette erreur», a pour sa part indiqué l’avocat de la présidence, Richard Sauber dans un communiqué publié après l’annonce de la nomination d’un procureur spécial. Cette décision indique l’embarras du ministère, qui avait auparavant confié à un autre procureur spécial le soin d’enquêter sur la conservation illégale d’autres documents classifiés, cette fois par l’ancien président Donald Trump.

Un découverte gardée secrète

Lundi soir, un scoop de la chaîne CBS avait révélé que Biden avait lui aussi gardé des documents classifiés, datant de l’époque où il était le vice-président d’Obama. Ces documents avaient été retrouvés à Washington dans les bureaux de sa fondation de réflexion politique, le Penn Biden Center for Diplomacy and Global Engagement (Centre pour la diplomatie et les initiatives mondiales) le 2 novembre 2022, soit quelques jours avant les élections de mi-mandat. Ils auraient alors été discrètement remis aux Archives nationales, et leur découverte gardée confidentielle. La Maison-Blanche avait d’abord refusé de commenter cette révélation de CBS. Puis, un conseiller de Biden avait reconnu qu’un «petit nombre de documents classifiés» avaient bien été découverts au fond d’un placard par les avocats personnels de Biden dans les bureaux du Centre, et remis aux archives nationales.

Mercredi, la chaîne NBC News a révélé qu’un nouveau lot de documents avaient été découverts par l’équipe juridique du président, cette fois dans la résidence privée de Biden, à Wilmington, dans le Delaware. Une partie des documents étaient dans la bibliothèque. D’autres étaient stockés dans le garage qui abrite le cabriolet Chevrolet Corvette du président. La résidence secondaire des Biden dans la station balnéaire de Rehobot Beach a aussi été fouillée, mais sans que d’autres documents aient été retrouvés. Le lot initial aurait contenu 10 documents classifiés, dont des rapports du renseignement américain et des notes de synthèse sur l’Ukraine, l’Iran et le Royaume-Uni. Certains étaient classés «Top secret», le niveau le plus élevé. On ignore pour l’instant combien de documents se trouvaient dans le deuxième lot de et sur quoi ils portaient.

«Les gens savent que je prends au sérieux les documents classifiés», a dit Biden jeudi en réponse aux questions pressantes des journalistes. «J’ai également dit que nous coopérons pleinement et entièrement avec l’enquête du ministère de la Justice… Mes avocats ont examiné d’autres endroits où des documents de mon mandat de vice-président étaient stockés, et ils ont terminé cet examen la nuit dernière. Ils ont découvert un petit nombre de documents portant des marques classifiées dans des zones de stockage et des classeurs à mon domicile et dans ma bibliothèque personnelle.»

Biden dans une situation délicate

Mais cette affaire place le président américain dans une situation politiquement délicate. Elle rend aussi plus compliquées que jamais d’éventuelles poursuites contre Donald Trump par le ministère de la Justice pour des faits similaires. Les républicains n’ont pas manqué de faire le parallèle avec l’enquête ouverte contre Trump pour détention illégale de documents classifiés et dénoncent un double standard de la part de la Justice. Le FBI avait investi en août dernier la résidence privée de Trump à Mar-a-Lago où les enquêteurs fédéraux avaient retrouvé des caisses entières de documents confidentiels emportés par l’ancien président à son départ de la Maison-Blanche, stockés dans une pièce du club. D’autres documents avaient été retrouvés dans un garde-meuble loué par Trump à Palm Beach.

Les démocrates soulignent que l’affaire n’est pas exactement identique, que le nombre de documents est bien moindre, et que Biden les a aussitôt remis aux archives, alors que Trump a menti sur leur existence, puis a refusé à plusieurs reprises de les rendre.
Mais ces différences sont politiquement négligeables. Biden, qui avait qualifié d’«irresponsable» la détention de documents confidentiels par Donald Trump, se retrouve dans une position difficile à défendre. La détention illégale de documents classifiés constitue une violation grave de la loi fédérale, quel que soit leur nombre, et si leur conservation a été ou non intentionnelle. La loi sur l’espionnage stipule notamment que toute personne qui «par négligence permet que des informations classifiées soient retirées de leur lieu de conservation approprié… sera condamnée à une amende ou à une peine de prison».

La violation de cette loi par Biden vient compliquer aussi la position du ministère de la Justice. Garland avait pris personnellement la décision d’envoyer le FBI fouiller Mar-a-Lago. La nomination d’un deuxième procureur spécial, réclamée par des élus républicains, permet d’éviter en partie d’être taxé de parti pris. Mais il sera politiquement difficile à la justice américaine de poursuivre Donald Trump pour des faits proches de ceux qui sont à présent aussi reprochés à Biden.

À VOIR AUSSI – Documents confidentiels retrouvés chez Joe Biden: «Le Congrès doit enquêter sur cette affaire», réclame McCarthy

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *