Docker : voici comment nous sommes passés au télétravail en priorité

Docker : voici comment nous sommes passés au télétravail en priorité

Docker, la société à l’origine de la technologie de conteneurs éponyme, a expliqué comment elle est passée d’une approche centrée sur le travail dans ses bureaux à une approche de télétravail en priorité au cours des dernières années, notamment en fermant 1 600 canaux Slack privés et en incitant les employés à utiliser des canaux Slack publics pour améliorer la collaboration à distance entre les ingénieurs.

Selon Jean-Laurent de Morlhon, vice-président de l’ingénierie logicielle de Docker, la fermeture des canaux Slack faisait partie des efforts déployés par Docker pour favoriser la collaboration ouverte dans un environnement de travail largement distant avant que la pandémie ne frappe. Docker n’a autorisé l’existence que de quelques dizaines de canaux Slack, mais a encouragé les employés à utiliser les canaux Slack publics par défaut et à limiter les canaux privés aux communications privées nécessaires.

L’entreprise a également introduit des “trous de ver (wormholes)” dans ses environnements de bureau, qui permettent aux ingénieurs distants de se sentir davantage connectés à ceux qui travaillent au bureau. “Les trous de ver sont assez peu sophistiqués, il s’agit d’un écran, d’une caméra et de haut-parleurs ouverts dans les bureaux toute la journée”, écrit  M. de Morlhon dans un billet de blog. “Les ingénieurs distants s’y connectent, ont une vue sur les bureaux, peuvent sentir l’ambiance et entendre les conversations générales. Ils peuvent également demander à quelqu’un de se rapprocher du vortex pour une communication “directe”. Ils étaient assez populaires jusqu’à ce que nous quittions nos bureaux pour commencer à travailler à domicile.”

publicité

“Donner aux employés de l’aide pour installer leur bureau à domicile, les aider à déménager d’une ville à l’autre”

Bien que la culture du travail à distance soit déjà bien rodée, la pandémie de la COVID-19 a tout de même créé de nouveaux défis pour l’entreprise : certains employés avaient des appartements exigus, de jeunes enfants ou vivaient seuls. En d’autres termes, la vie était vraiment difficile pour certains employés en raison des confinements, et ce malgré le fait qu’ils travaillaient pour une entreprise qui avait déjà investi dans des processus de travail à distance.

“Le fait de ne pas pouvoir se voir au bureau, ou de ne pas pouvoir voir sa famille et ses proches pendant une si longue période a eu des répercussions sur tout le monde”, a déclaré M. de Morlhon. “Cela a également mis en évidence des inégalités dont nous n’avions pas conscience auparavant : les personnes ayant un petit appartement, de jeunes enfants ou vivant seules ont été plus durement touchées que celles vivant avec des proches et bénéficiant d’une grande maison.”

Ces leçons ont changé la façon dont Docker façonne l’avenir du travail, a déclaré de Morlhon : “Donner aux employés de l’aide pour installer leur bureau à domicile, les aider à déménager d’une ville à l’autre et, de manière générale, consacrer suffisamment de temps et d’énergie pour s’assurer que tout le monde est à l’aise pendant la transition vers ce nouvel avenir passionnant du travail.”

“Nous avons décidé qu’il n’y avait pas de retour en arrière possible pour Docker et que nous allions rester “remote-first”

Docker semble adopter une approche différente de celle de Microsoft, Google, Amazon et Facebook, qui se dirigent vers le travail hybride.

Docker est, bien sûr, beaucoup plus petit, avec seulement quelques centaines d’employés dans le monde, mais son approche de l’hybride est “remote-first” – et cela signifie, pour l’instant, qu’il n’a pas prévu de rouvrir ses bureaux jusqu’à ce que la pandémie se calme. Alors que d’autres entreprises poussent leurs employés à retourner dans leurs bureaux, nous avons décidé qu’il n’y avait pas de retour en arrière possible pour Docker et que nous allions rester “remote-first”. Tous nos bureaux sont fermés et le resteront”, a écrit M. de Morlhon. “Lorsque COVID relâchera sa pression sur le monde, nous offrirons aux employés qui vivent près les uns des autres un soutien pour se retrouver et continuer à collaborer et à animer notre culture, tandis que nous chercherons des occasions de le faire en tant que société entière, à distance et en personne, lorsque les choses reviendront à la normale à l’avenir.”

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *