Dix jeunes mis en examen pour le pillage de six magasins de luxe à Paris – Le Figaro

Spread the love

À l’issue de leur garde à vue, le parquet a ouvert vendredi une information judiciaire pour «vols aggravés» et «violences en réunion sans interruption temporaire de travail».

Dix jeunes soupçonnés de six pillages de boutiques de luxe à Paris en l’espace de deux mois, pour un préjudice total d’environ 150.000 euros, ont été mis en examen vendredi et six d’entre eux écroués, ont indiqué samedi 19 décembre des sources judiciaire et proches du dossier.

Les suspects, essentiellement des hommes de 17 et 18 ans, avaient été interpellés mercredi après deux mois d’enquête sur une série d’attaques de magasins, la dernière en date le 11 décembre dans la boutique de vêtements Moncler sur le boulevard Saint-Germain, un quartier cossu de la capitale.

À l’issue de leur garde à vue, le parquet a ouvert vendredi une information judiciaire pour «vols aggravés» et «violences en réunion sans interruption temporaire de travail». Tous ont été mis en examen par le juge d’instruction pour les faits de vols et l’un d’eux pour les violences, a indiqué la source judiciaire. Six d’entre eux ont été placés en détention provisoire et les quatre autres libérés sous contrôle judiciaire, a précisé cette source.

La même scène deux mois plus tôt

Les suspects viennent pour la majorité d’un même quartier du XXe arrondissement, dans l’est de la capitale. «L’un d’eux avait posté une photo de lui et d’un autre suspect avec les vêtements volés sur son compte Instagram public», a raconté à l’AFP une source proche du dossier.

Les images de vidéosurveillance de la boutique Moncler le 11 décembre, diffusées sur les réseaux sociaux, montrent une dizaine de personnes entrer à la file indienne et repartir moins d’une minute plus tard les bras chargés de doudounes de luxe, spécialité de la marque.

Les vendeurs, qui n’ont opposé aucune résistance, avaient vécu la même scène deux mois plus tôt, le 17 octobre. Leur magasin avait été dévalisé selon le même mode opératoire. La bande aurait commis quatre autres pillages dans une autre boutique Moncler et deux magasins Prada, dont l’un vidé à deux reprises de plusieurs sacs à main. «L’identification des suspects s’est faite grâce à un gros travail de recoupement des images de vidéosurveillance des magasins, de la RATP et des investigations de téléphonie», a précisé la source proche du dossier.


» À voir aussi – black blocks: Éric Dupond-Moretti assure qu’il travaille «avec méthode et précision à un texte»

Leave a Reply