Disparition de Lucas Tronche : ce que l’on sait des ossements retrouvés dans le Gard non loin du domicile de l – franceinfo

Spread the love

Après l’annonce par le procureur de Nîmes de la découverte d’ ossements pouvant être d’origine humaine, de débris de vêtements et d’un sac similaire à celui de Lucas Tronche” jeudi 24 juin matin, une source proche de l’enquête affirme à franceinfo que “tout semble correspondre”. Le sac à dos retrouvé est “identique à celui qu’il portait au moment de sa disparition, ainsi que des “bouts de tissus de doudoune” similaires, ajoute cette source proche de l’enquête à franceinfo.

Qu’est-ce qui a été retrouvé ?

Le procureur de Nîmes confirme à France Bleu Gard Lozère que le sac à dos “ressemble fortement” à celui de l’adolescent et que les débris de vêtements “ressemblent eux aussi fortement” à ceux de Lucas Tronche. “Il y a un certain nombre d’élements de vraisemblance permettant de penser que l’on a peut-être retrouvé la trace de ce malheureux enfant et qu’on a peut-être des débris humains qui correspondraient à son corps”, dit-il.

Le procureur de Nîmes ajoute auprès de franceinfo que cette découverte n’a “pas de rapport” avec l’émission de M6 “Appel à témoins” qui avait évoqué l’affaire le 7 juin dernier. Cette nouvelle émission se donne pour mission de relancer des cold cases. La mère du jeune garçon disparu avait témoigné, pour tenter de saisir une “opportunité” pour faire connaître l’affaire et trouver d’éventuels témoins.

L’adolescent, lycéen de 15 ans, a disparu le 18 mars 2015 à Bagnols-sur-Cèze (Gard), alors qu’il se rendait à un cours de natation. Le procureur de Nîmes assure à France Bleu Gard Lozère que la juge d’instruction de cette affaire va ordonner “très rapidement” une analyse des ossements retrouvés, et une analyse génétique si possible, pour confirmer l’identité de l’adolescent. L’enquête sur les circonstances de sa mort continue, car pour l’instant, on ne sait pas encore s’il s’agit d’une chute accidentelle, d’un suicide ou si quelqu’un l’a poussé.

Où les a-t-on retrouvés ?

La zone exploitée où ont été faites ces découvertes se trouve sur la commune de Bagnols-sur-Cèze (Gard), sur des parois rocheuses, a précisé le procureur de la République de Nîmes à franceinfo. Les ossements ont été découverts sur une “falaise à pic”, “à mi-falaise”, dans une zone “particulièrement escarpée”, de “50-60 mètres de haut”, précise-t-il encore à France Bleu Gard Lozère. Les pompiers sont intervenus à l’aide d’un pendulaire, un planeur ultra léger.

Cette opération a été ordonnée par la juge d’instruction avec le SPJ de Montpellier et des unités d’intervention en milieu périlleux GRIMP du Gard. Ces unités devaient “combler les blancs” dans la carte des recherches de l’adolescent, explique le procureur de Nîmes Eric Maurel à France Bleu Gard Lozère. Elles ont commencé à travailler en début de semaine et avaient prévu d’explorer la falaise où le corps a été retrouvé, car c’est un lieu que Lucas Tronche fréquentait.

Comment les parents de Lucas ont-ils réagi ?

Les parents de l’adolescent estiment que “la découverte d’un corps pouvant être celui de Lucas nous semble mettre un terme à ces six années de recherches mais aussi d’espoir”, dans un message posté sur le compte Twitter de l’association Retrouvons Lucas.

“Aujourd’hui, vient le temps du silence”, ajoutent-ils, “Ce silence, autrefois assourdissant, est nécessaire pour nous permettre de nous recueillir, de tenter de nous apaiser et de continuer désormais sans lui. Ce silence laisse la place à l’enquête qui se poursuit. Nous n’oublierons jamais notre Lucas tant aim锓Vous comprendrez à présent que nous aspirons à nous recentrer autour de notre famille et que nous ne tenons pas à faire de commentaires”, concluent-ils.

Le maire de la commune se confie à France Bleu Gard Lozère et estime que “c’est un soulagement pour tout le monde parce qu’au moins on peut se raccrocher à quelque chose”. Jean-Yves Chapelet est un proche des parents de l’adolescent disparu, il a d’ailleurs eu son père Eric au téléphone. “Ca a fait du bien de se parler”, dit-il. Mais il pense que “les jours à venir vont être compliqués. Je pense surtout à Eric, à Nathalie et aux deux frères de Lucas, qui auront peut-être enfin un début de réponse”.

“Il s’avère qu’il y a six ans, c’est moi qui avais coordonné les recherches sur le terrain. Cette zone avait été vraiment passée au peigne fin. Par contre, cette partie précise, vue la densité de la végétation, peut-être qu’on n’avait pas pu y rentrer”, se souvient-il, “C’est un secteur qu’on connait très bien, qui a fait l’objet des premières recherches. C’est une falaise qui tombe sur un bosquet très dense, en pied de falaise, très très difficile d’accès”.

Leave a Reply