Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l’infirmière – LCI

Spread the love

JUSTICE – Le mari de Delphine Jubillar, sa mère et son beau-père ont été placés en garde à vue mercredi. Ce jeudi, la presse révèle que l’amant de l’infirmière de 33 ans a été en contact avec la jeune femme le soir de sa disparition et qu’elle lui aurait envoyé une photo en tenue de nuit.

C’est lui qui a signalé aux gendarmes la disparition de sa femme le mercredi 16 décembre 2020 au matin. Aux militaires, Cédric Jubillar a expliqué avoir vu Delphine pour la dernière fois la veille, le mardi 15, un peu avant 23 heures et l’avoir laissé devant la télé avec leur fils de 6 ans. Puis vers 4 heures du matin, l’artisan-peintre  dit avoir été réveillé par les pleurs de leur fille de 18 mois. Il se serait alors rendu compte que sa femme n’était plus là. Leurs deux chiens, eux, étaient dehors, devant le domicile, laissant penser au mari que son épouse était sortie les promener, mais qu’elle n’était pas rentrée avec eux. La doudoune blanche de la jeune femme comme son téléphone n’étaient plus là non plus. 

Alors que Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père ont été placés en garde à vue mercredi après que les enquêteurs ont vu que certains éléments, notamment la téléphonie, ne collaient pas à sa version, un nouvel élément a été révélé dans la presse ce jeudi par l’amant de la jeune infirmière de 33 ans. 

Toute l’info sur

La disparition de Delphine Jubillar

En effet, cet homme trentenaire, père d’un petit garçon et lui aussi en instance de séparation, entretenait depuis plusieurs mois une relation avec la jeune femme. D’abord virtuelle, puis orale, celle-ci s’est transformée en rendez-vous à tel point que le couple aurait selon lui envisagé de s’installer ensemble au printemps 2021. “Nous échangions des tonnes de messages écrits par le biais d’une messagerie et nous passions aussi des heures au téléphone. Nos conversations portaient sur des sujets très personnels et profonds, et puis aussi sur des choses plus légères”, confie cet homme au Parisien avant d’ajouter cet élément pour le moins troublant : “Le dernier message que Delphine m’a adressé, un peu avant 23 heures (le mardi 15 décembre jour de sa disparition ndlr), est une photo sur laquelle elle apparaissait en tenue de nuit, douchée et prête à aller se coucher.” 

Lire aussi

Ce message a-t-il été un facteur déclencheur?

Si le cliché envoyé par Delphine Jubillar a été pris réellement ce mardi 15 décembre, et c’est l’hypothèse la plus probable, il est difficile d’imaginer que la jeune femme se soit ensuite rhabillée après pour sortir les chiens comme le soutient son mari. Par ailleurs, plusieurs témoins ont expliqué aux enquêteurs que Delphine n’était certainement pas sortie la nuit avec les canidés car elle avait “peur du noir”.

Selon plusieurs sources, Cédric Jubillar n’aurait pas accepté dès le départ que sa femme envisage de le quitter. Elle lui avait fait part de cette volonté bien avant le 15 au soir. Celle-ci ne supportait plus notamment de vivre dans leur maison de Cagnac-les-Mines dont les travaux n’ont jamais été achevés. Le confinement aurait été, lui aussi, mal vécu par le couple qui avait entamé, à la demande de Delphine, une procédure de divorce. Alors, ce mardi 15 décembre, Cédric Jubillar est-il tombé sur la photo envoyée par sa femme à son amant ? A-t-il réalisé qu’elle était en contact avec un homme ? Cette liaison a-t-elle provoqué chez lui une réaction irréversible ? L’enquête le dira. Cédric Jubillar pourra lui ressortir libre de sa garde à vue ou être mis en examen. Jusqu’à une éventuelle condamnation, il est présumé innocent. 

Bouleversé par la disparition soudaine de Delphine Jubillar, son amant a été lui entendu comme témoin et mis hors de cause. “Cette nuit-là, j’étais à mon domicile près de Montauban (NDLR : à environ 70 km de Cagnac-les-Mines) et mon ex-compagne a pu le confirmer”, confie-t-il à nos confrères.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – “Ça va la claque que tu t’es prise ?” : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

“Je ne mange pas le soir” : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT – “Rendre le sourire à nos enfants” : les pédiatres réclament la fin du masque à l’école

La vigilance orange aux orages levée mais le temps reste très instable, le Rhône toujours en alerte canicule

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l’ambition d’une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez “modifier votre choix” et accepter tous les cookies.

Leave a Reply