Discours sur l’état de l’Union: Donald Trump met le cap sur la présidentielle et vante le « come-back » de l’Amérique – 20 Minutes

Spread the love
Discours sur l’état de l’Union de Donald Trump, le 4 février 2020. — J. Scott Applewhite/AP/SIPA

Il n’aura donc pas dit un mot sur l’impeachment. A la veille de son acquittement attendu devant le Sénat, Donald Trump a cherché à prendre de la hauteur. Dans son discours annuel sur l’état de l’Union, mardi soir, le président américain a adopté un ton plus optimiste que par le passé, vantant « le come-back » des Etats-Unis, avec une économie « plus forte que jamais ». Les yeux braqués sur la présidentielle du 3 novembre prochain, il a tiré plusieurs scuds sur les démocrates. Et alors qu’il venait tout juste de terminer en assurant que le « meilleur était à venir », Nancy Pelosi a déchiré plusieurs pages de son discours, et les démocrates se sont dirigés à toute vitesse vers la sortie.

Trump mise sur son bilan économique

« Le marché de l’emploi est en plein boum, la confiance monte, la pauvreté s’effondre et notre pays prospère », a commencé Donald Trump, jugeant qu’il avait obtenu des « résultats extraordinaires ». Citant tour à tour les chiffres du chômage – à des niveaux historiquement bas à 3,5 % – et les « records de Wall Street », le président américain a insisté : « J’ai tenu mes promesses. » Miser sur l’économie est le meilleur atout de Donald Trump pour une raison simple : de Ronald Reagan à Bill Clinton, un président sortant a presque toujours été réélu en période de croissance.

Opération séduction à destination des minorités

A plusieurs reprises, Donald Trump a mentionné que la santé de l’économie bénéficiait aux minorités, avec « un chômage au plus bas pour les Afro-Américains, les hispaniques et les Asiatiques ». Après avoir diffusé une publicité sur ce thème au Super Bowl, il a encore mis en avant sa réforme de la justice pénale, qui « offre une seconde chance à de nombreux anciens détenus ». Et sur la dizaine de personnes invitées par la Maison Blanche à son discours, six étaient afro-américaines ou hispaniques. Les élus ont notamment réservé une standing-ovation à une petite fille qui a décroché une bourse éducative et obtenu le droit de changer d’école – une réforme demandée par Donald Trump au Congrès.

Attaques contre les « socialistes »

Ces scuds étaient surtout destinés à Bernie Sanders et Elizabeth Warren, qui prônent une réforme éliminant les assurances santé privées au profit d’une offre publique. « Ils veulent imposer un contrôle socialiste de notre système de santé et détruire l’assurance privée de 180 millions d’Américains », a taclé Donald Trump. Le débat fait rage dans la primaire démocrate entre les progressistes qui veulent supprimer le système actuel et les modérés, comme Joe Biden ou Pete Buttigieg, qui préfèrent proposer une option publique. Le locataire de la Maison Blanche a insisté : « Nous ne laisserons jamais le socialisme détruire notre système de santé. »

Une mise en scène pensée pour la télévision

Retour surprise d’un soldat venu surprendre sa femme, médaille remise par Melania Trump à l’animateur radio conservateur Rush Limbaugh, qui souffre d’un cancer, applaudissements pour l’opposant Venezuela Juan Guaido, invité d’honneur… Donald Trump a montré, en ancienne star de la télévision, qu’il savait mieux que personne mettre en scène un spectacle. Les démocrates, embourbés dans une primaire à couteau tiré, sont prévenus.

2 partages

Leave a Reply