DIRECT. Résultat de la primaire LR : Pécresse loin devant Ciotti ? – Linternaute.com

Spread the love

DIRECT. Résultat de la primaire LR : Pécresse loin devant Ciotti ? PRIMAIRE LR. Les Républicains vont enfin savoir ! Samedi 4 décembre 2021, le nom de celui ou celle qui représentera le parti à l’élection présidentielle de 2022 sera dévoilé à 14h30. Valérie Pécresse apparaît comme la favorite. Eric Ciotti renversera-t-il la donne ? Les dernières infos.

L’essentiel :

  • Le suspense va bientôt prendre fin chez Les Républicains. Eric Ciotti ou Valérie Pécresse ? Quel candidat décrochera l’investiture LR pour l’élection présidentielle de 2022 ? Les résultats de la primaire sont attendus pour 14h30 ce samedi 4 décembre 2021.
  • La présidente de la région Île-de-France apparaît comme la favorite après l’appel de nombreux élus, dont les trois candidats déchus au premier tour, à voter en sa faveur. Les consignes seront-elles suivies par les 139 918 adhérents en mesure de participer au scrutin interne ?
  • Les résultats du premier tour : Eric Ciotti 25,59% des voix (28 844 votes), Valérie Pécresse 25,0% des voix (28 179 votes), Michel Barnier 23,93% ; Xavier Bertrand 22,36%, Philippe Juvin 3,13 %.

En direct

11:51 – Le rappel des résultats du premier tour

Alors que 113 038 personnes avaient pris part au vote, c’est dans un mouchoir de poche que s’est tenu le premier tour. Le détail des voix recueillies par chaque candidat :

  • Eric Ciotti : 28 844 voix ; 25,59%
  • Valérie Pécresse : 28 179 voix ; 25%
  • Michel Barnier : 26 970 voix ; 23,93%
  • Xavier Bertrand : 25 213 voix ; 22,36%
  • Philippe Juvin : 3532 voix ; 3,13%

11:46 – Quels sont les grands axes du programme d’Eric Ciotti ?

Le programme du vainqueur du premier tour contient plusieurs mesures phares : d’abord, la mise en place d’un taux d’imposition unique de 15%, qu’importe les revenus, la suppression des droits de succession mais aussi de 250 000 emplois dans la fonction publique, qui ne concerneraient pas des services tels que l’hôpital, la justice, la police ou encore la défense. Partisan de la création d’un Guantanamo à la française”, il veut mettre en place la préférence nationale pour les allocations, milite pour le droit du sang et veut inscrire les “racines judéo-chrétiennes” de la France dans la Constitution. Il veut également miser “beaucoup” sur le nucléaire et s’est dit favorable au port de l’uniforme à l’école.

11:40 – Quel programme pour Valérie Pécresse ?

De son côté, Valérie Pécresse promet une augmentation de 10% du salaire net pour tout revenu inférieur à 3000 euros nets, souhaite supprimer 150 000 postes de fonctionnaires, veut mettre en place un droit de révocation ou de licenciement pour radicalisation instaurer des quotas de délivrance de visas et titres de séjour ou encore n’octroyer les allocations qu’au-delà de cinq ans de séjour régulier en France. Côté société, elle veut verser 900 euros par an à tout parent de la naissance du premier enfant à sa majorité, défiscaliser les pensions alimentaires et instaurer un congé parental aménageable. Sur le plan écologique, elle se dit pour la création d’une taxe carbone à l’entrée de l’Union européenne. Enfin, à l’école, elle veut augmenter le temps d’enseignement du français de deux heures par semaine et d’une heure pour les maths, ainsi qu’organiser un examen d’entrer en sixième.

11:17 – Le vainqueur de la primaire invité au 20 heures de TF1

Si le nom du vainqueur de la primaire n’est pas encore connu, le candidat qui s’imposera sera sur le plateau du JT de 20 heures de TF1 ce samedi soir, annonce LCI.

11:12 – 76,6% de participation à 10 heures

A 10 heures ce samedi, le taux de participation au scrutin s’élevait à 76,6%, a annonce le parti. Jeudi à la même heure, pour le premier tour, il était de 73,6%. Le taux de participation final devrait donc à nouveau s’approcher des 80%

03/12/21 – 22:58 – Un cadre des LR dénonce la “dérive idéologique” de son parti

[Fin du direct] Les résultats du premier tour des primaires au sein du parti Les Républicains n’ont pas plus à tout le monde. Gaël Perdriau s’est dit “déçu” après les résultats du premier tour, qui ont donné Eric Ciotti et Valérie Pécresse vainqueurs.  Le maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole estime “que la vision identitaire d’Eric Ciotti s’installera durablement au sein du. parti”. “Malheureusement, l’entente affichée par les deux finalistes cache, en réalité, une dérive idéologique qui nous détourne des valeurs républicaines qui constituent l’héritage gaulliste, libéral et humaniste de notre parti”, a-t-il ajouté dans un communiqué.

03/12/21 – 18:47 – 61,7% de participation au second tour à 18 heures

Le taux de participation à 18 heures au second tour du congrès Les Républicains s’élève à 61,7%, selon les organisateurs, ce vendredi. À midi, le taux de participation était de 39,2%. Le second tour doit départager Eric Ciotti et Valérie Pécresse. Il a débuté vendredi matin à 8 heures et va se poursuivre jusqu’à samedi, 14 heures.

03/12/21 – 17:57 – Valérie Pécresse “nettement mieux placée” qu’Eric Ciotti pour battre Emmanuel Macron, selon un spécialiste

Valérie Pécresse favorite chez Les Républicains pour battre Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022 ? C’est l’avis de Pascal Perrineau, politologue et professeur des Universités à Sciences Po, qui a déclaré ce vendredi sur RTL, que “de manière claire, Valérie Pécresse est aujourd’hui nettement mieux placée qu’Éric Ciotti”, pour battre Emmanuel Macron en cas d’éventuel second tour à la présidentielle. “Elle a montré à la fois dans la primaire qu’elle pouvait être une femme d’autorité, mais qu’elle pouvait, sur le terrain de la crédibilité économique, parler aux électeurs de droite qui sont partis”, a-t-il ajouté.

03/12/21 – 14:57 – Eric Ciotti fustige le soutien de Damien Abad à Valérie Pécresse

Depuis le début de la campagne interne, le mot d’ordre chez LR, c’est l’unité. Christian Jacob, le patron, l’a répété à maintes reprises et les candidats l’ont tous appliqué à la lettre, tout comme les responsables des Républicains qui n’ont pas exprimé de préférence. Soutien de la première heure de Xavier Bertrand, Damien Abad a appelé à voter pour Valérie Pécresse sur CNews. Pour Eric Ciotti, il s’agit d’une “attitude contraire à l’esprit de notre groupe et de notre famille politique”, comme il l’a fustigé sur Twitter, après avoir remercié le président du parti et celui des sénateurs LR, Bruno Retailleau, “d’avoir respecté le neutralité de nos instances, ce qui n’est pas le cas du président du groupe à l’Assemblée nationale”.

03/12/21 – 14:41 – Quels sont les nouveaux soutiens de Valérie Pécresse ?

Au-delà de ses proches qui l’accompagnent depuis le début de la campagne, Valérie Pécresse a reçu le soutien de nombreuses personnalités LR. Au-delà de ceux des candidats déchus à l’investiture que sont Michel Barnier, Xavier Bertrand et Philippe Juvin, le patron des centristes Hervé Morin, l’ancien président de l’UMP Jean-François Copé, le sénateur Roger Karoutchi, le président du Sénat Gérard Larcher, l’ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc ou encore le président du groupe LR à l’Assemblée, Damien Abad, ont appelé à voter en faveur de la présidente de la région Île-de-France.

03/12/21 – 12:29 – Annie Genevard : “On a deux candidats de très grande conviction”

Vice-présidente déléguée des Républicains et députée, Annie Genevard s’est exprimée sur BFM TV vendredi 3 décembre sur l’issue du premier tour de la primaire, jugeant que “la dynamique, elle est chez nous”, estimant par ailleurs “que le rassemblement de la droite désarçonne nos adversaires, que la droite est au centre de la campagne. Je pense qu’on a réinstallé la droite dans le débat politique et qu’on est LA force d’alternance. Je pense que la droite a retrouvé la confiance en elle-même et les militants veulent que nous soyons fiers de nos convictions”.

Si elle n’a pas pris position en faveur d’Eric Ciotti ou Valérie Pécresse, conformément aux consignes passées par le président Christian Jacob, Annie Genevard a évoqué un choix des militants “tout à fait intéressant. On a deux candidats de très grande conviction, de très grande sincérité et je pense que le rassemblement s’opérera de la façon la plus naturelle qu’il soit parce que je crois que les candidats ont compris que c’était un moteur absolument extraordinaire”.

03/12/21 – 12:11 – 39,2% de participation à midi

Ouvert depuis 8 heures ce vendredi matin, le second tour de la primaire des Républicains a déjà réuni 39,2% des adhérents en capacité de voter, a annoncé le parti à la mi-journée. Mercredi, à la même heure, il n’était que de 25,4%. Les votes sont ouverts jusqu’à samedi 14 heures.

03/12/21 – 11:42 – Sarkozy, Wauquiez et Fillon ont échangé avec les finalistes

C’est peu dire que chaque minute était précieuse durant le bref entre-deux tours de la primaire LR. Entre l’annonce des résultats, les prises de paroles, les interventions télévisées ou encore les tractations, Eric Ciotti et Valérie Pécresse ont toute de même trouvé le temps pour répondre au téléphone à plusieurs personnalités, au premier plan desquelles Nicolas Sarkozy. L’ancien président de la République a appelé le député des Alpes-Maritimes et la présidente de la région Île-de-France, tout comme son ancien Premier ministre, François Fillon, dont une partie du programme de 2017 a été repris. L’ancien patron du parti, Laurent Wauquiez, a également adressé un message aux deux candidats, précise RTL.

03/12/21 – 10:24 – Jean-Luc Mélenchon déplore “la disparition de la droite républicaine”

Les réactions se multiplient au lendemain de l’arrivée en tête d’Eric Ciotti au premier tour de la primaire des Républicains, devant Valérie Pécresse. Vendredi 3 décembre 2021, sur BFM TV, Jean-Luc Mélenchon a dit “déplore[r] la disparition de la droite républicaine, au sens apaisé. J’ai presque envie de leur dire ‘la république bourgeoise quoi’, la IIIe République, c’est-à-dire des gens qui défendent ardemment les principes républicains mais bon qui vont pas dans l’excès. Maintenant, c’est un discours hargneux”. Pour le candidat LFI à la présidentielle, “leur destin promis, c’est de se faire dépouiller d’un côté par l’extrême-droite, de l’autre côté par M. Macron qui incarne une droite, aux yeux des gens de droite que je peux connaître, plus civilisée. Parce que les gens de droite que je connais, ça les horrifie un truc pareil”.

03/12/21 – 09:47 – Brice Hortefeux voit en Valérie Pécresse la prochaine présidente de la République

L’ancien ministre de l’Intérieur sous la présidence Sarkozy “pense que la personne, aujourd’hui, qui est capable de gagner l’élection présidentielle, […] c’est Valérie Pécresse. Pour gagner, il faut rassembler. Aujourd’hui, Valérie Pécresse est à la tête de la première région d’Europe. Elle gouverne en rassemblant toutes les sensibilités de la droite et du centre. Il y a une différence de parcours, de sensibilité, d’expression. Je suis convaincu de la capacité de Valérie Pécresse à rassembler, à entraîner, à dynamiser et à bousculer, ce qui est écrit d’avance. Si elle continue comme elle le fait, elle bousculera bien des totems”.

LIRE PLUS

En savoir plus

Le premier tour du congrès s’est tenu du mercredi 1er décembre 2021 (à partir de 8 heures) au jeudi 2 décembre 2021 (14 heures). Le second tour s’enchaîne dès le vendredi 3 décembre 2021 (à partir de 8 heures) et se clôturera le samedi 4 décembre 2021 à 14 heures. Les résultats seront annoncés peu de temps après.

Les adhérents LR ayant opté pour le congrès fermé, des règles ont ainsi été établies pour pouvoir participer au vote. Seuls les 139 918 adhérents des Républicains à jour de cotisation au 16 novembre pourront prendre part au scrutin.

Ce sont des résultats du premier tour très serrés qu’a annoncé Christian Jacob jeudi 2 décembre 2021. En effet, s’il est arrivé en quatrième position, Xavier Bertrand ne comptait que 3631 voix de retard sur Eric Ciotti et 2966 sur Valérie Pécresse. Alors que 113 038 personnes avaient pris part au vote, c’est donc dans un mouchoir de poche que s’était tenu ce premier tour. Le détail des voix recueillies par chaque candidat :

  • Eric Ciotti : 28 844 voix ; 25,59%
  • Valérie Pécresse : 28 179 voix ; 25%
  • Michel Barnier : 26 970 voix ; 23,93%
  • Xavier Bertrand : 25 213 voix ; 22,36%
  • Philippe Juvin : 3532 voix ; 3,13%

Il n’y a pas eu de sondage à proprement parler sur la primaire LR. Toutefois, les instituts de sondage ont réalisé des enquêtes sur les intentions de vote au premier tour de la présidentielle en testant les diverses hypothèses à droite. Vainqueur du premier tour de la primaire, Eric Ciotti est à la peine dans les sondages et très loin d’un hypothétique second tour. Le dernier sondage dans lequel il est testé, réalisé par Ifop/Fiducial et paru lundi 29 novembre 2021, ne le crédite que de 6% des voix, loin derrière Emmanuel Macron (28%) et Marine Le Pen (19,5%), mais aussi derrière Eric Zemmour (15%). Il serait par ailleurs derrière Jean-Luc Mélenchon (8,5%) et Yannick Jadot (7%).

De son côté, Valérie Pécresse peine à passer la barre des 10% des suffrages. Le dernier sondage réalisé par Harris Interactive paru mardi 30 novembre 2021 ne lui octroie que 11% des voix. Insuffisant pour venir bousculer Emmanuel Macron (24%), Marine Le Pen (20%), ou encore  Eric Zemmour (13%). Elle serait également tout juste devant Jean-Luc Mélenchon (10%).

A l’issue du premier tour, deux des cinq candidats en lice pour le congrès se sont qualifiés pour le second tour : Eric Ciotti et Valérie Pécresse.

Eric Ciotti

Incarner “un sursaut pour que la France reste la France”. Voilà pourquoi Eric Ciotti a annoncé sa candidature à la primaire de la droite et du centre le 26 août, à l’avant-veille de sa rentrée politique dans son fief des Alpes-Maritimes dont il est député. L’élu de 55 ans se lance pour la première fois dans la course à la primaire. L’ancien président du conseil général souhaite alléger l’impôt sur le revenu, miser sur le nucléaire, inscrire “nos origines chrétiennes” dans la Constitution, abolir le droit du sol pour le remplacer par le droit du sang ou encore interdire le voile pour les mineurs.

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse s’est portée candidate à la primaire le 22 juillet 2021, dans les colonnes du Figaro. “Je suis prête à être la première femme présidente de la République” avait-elle lancé. Une candidature “pour restaurer la fierté française” mais aussi “rompre avec dix ans de mauvais choix, de demi-mesures, d’indécisions et, en fin de compte, l’affaissement de notre pays.”

Au programme de la présidente de la région Ile-de-France, une augmentation progressive des salaires nets durant le quinquennat pour arriver à une hausse globale de 10% nets via, notamment une baisse des cotisations ; une pension de retraite “digne, au moins égale au SMIC” ou encore une volonté de “remettre de l’ordre : un clandestin doit être renvoyé chez lui”. Elle souhaite également augmenter le nombre d’heures de français et mathématiques en primaire ou encore créer une réserve citoyenne d’enseignants.

De leur côté, Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin ont échoué dès le premier tour. Denis Payre, lui, n’avait pas rempli les critères pour être candidat à la primaire.

Xavier Bertrand, ex-candidat

C’est un énorme échec pour Xavier Bertrand. Après s’être retiré de la primaire de 2016 à la suite de sa victoire aux régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais (alors qu’il avait annoncé sa candidature dès 2012 !), le patron des Hauts-de-France voulait porter jusqu’au bout de sa candidature à la présidentielle. Après plusieurs atermoiements, l’élu de 56 ans est bien passé par la primaire, bien qu’il avait martelé a plusieurs reprises que “ma primaire sera le scrutin régional des Hauts-de-France”, région où il a été réélu en 2021 avec 52% des suffrages dans une triangulaire. Pour autant, il n’était “pas question de faire sans les partis politiques”, question de logistique… et de finances.

Le micmac autour de la primaire résolu, il s’est plié au choix des adhérents… qui ne l’ont pas porté au second tour. Un coup dur pour celui qui assurait être “le seul à pouvoir battre Macron” avec son programme sur la mise en place de référendums nationaux et locaux, l’accélération de la décentralisation, le remplacement des conseillers départementaux et régionaux par un conseiller territorial unique, ramener la majorité pénale à 15 ans ou encore le rétablissement les courtes peines de prison.

Jamais Xavier Bertrand n’a décollé dans les intentions de vote au premier tour de la présidentielle (autour de 13%), en dépit de son assurance. Arrivé quatrième, il a annoncé mettre fin à ses ambitions nationales pour se consacrer à la région Hauts-de-France.

Michel Barnier, ex-candidat

Le Monsieur Brexit visait l’Elysée, il reste finalement à quai. A 70 ans, et après avoir été à plusieurs reprises ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, député français et européen, sénateur et même commissaire européen, Michel Barnier postulait pour être le chef de file des Républicains à la présidentielle. Avec des propositions qui détonnaient. Car cet habitué de Bruxelles voulait “retrouver notre souveraineté juridique”, pointant notamment du doigt la Cour de justice européenne, souhaitait un moratoire sur l’immigration “de trois à cinq ans” et proposait l’instauration d’une taxe carbone “aux frontières de l’Union européenne, immédiatement applicable à l’ensemble des produits importés”. Malgré de nombreux soutiens de parlementaires en interne, il a pâtit des débats télévisés durant lesquels il ne s’est pas affirmé, bien qu’il ait terminé troisième.

Philippe Juvin, ex-candidat

Médecin et politique ou politique et médecin ? Très médiatisé depuis le début de la crise du coronavirus, Philippe Juvin s’était lancé dans la course à la primaire LR. Le chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris et maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) s’était déclaré candidat le 26 juillet 2021 “parce que la crise nous oblige à tout changer. Il faut penser avec des méthodes, des visages et des parcours nouveaux” avait confié au Figaro celui qui est premier magistrat depuis 2001 (et conseiller municipal depuis 1983), ancien député européen (2009-2019) et ex-conseiller général des Hauts-de-Seine (2004-2009).

A 57 ans, le patron de la section départementale du 92 des Républicains avait fixé son cap autour de trois grandes lignes : “une baisse d’impôts massive, un plan d’égalité des territoires – pour 1 euro versé aux villes, il faut 1 euro pour les campagnes – et le transfert de nouveaux pouvoirs aux collectivités locales, notamment en matière de santé et de sécurité.” Auprès d’Actu Hauts-de-Seine, il avait par ailleurs confié vouloir allonger le calendrier scolaire de quatre semaines.

Denis Payre, ex-candidat

C’était l’inconnu du scrutin et l’invité de dernière minute. Denis Payre, 58 ans, entrepreneur, s’était lui aussi porté candidat. Il n’est cependant pas parvenu à atteindre son objectif, ne récoltant pas assez de signatures. Originaire de Lyon (Rhône), ce diplômé de l’ESSEC a multiplié les créations d’entreprises, à chaque fois avec succès. D’abord dans l’informatique dans les années 1990, puis dans le conseil quelques années plus tard, avant de se lancer dans la distribution de colis au début des années 2000. Désormais, il est à la tête d’une société basée sur une technologie de stockage d’énergie par l’eau.

Chef d’entreprise aux multiples succès, il lance en 2013 le mouvement “Nous citoyens”, un parti social-libéral qui ne compte que quelques élus locaux et dont il quitte la présidence un an plus tard. En postulant à la primaire LR, Denis Payre voulait “sortir du Tout-Etat bureaucratique pour retrouver la sécurité, la prospérité et l’excellente éducative ; réparer les fractures territoriales et réunifier le pays ; réussir une transition énergétique acceptable socialement et économiquement”. 

Leave a Reply