DIRECT. Réforme des retraites : des “consultations citoyennes” seront organisées jusqu’à “la fin de l’année”, précise Edouard Philippe – Franceinfo

Spread the love

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #RETRAITES

12h27 : “Le système à points réduit les inégalités de pension et il va profiter à 50% des plus bas salaires. Il favorise aussi les personnes qui ont eu des carrières avec des trous, ou des carrières moins dynamiques que les personnes avec des carrières complètes et croissantes à la fin.”

Antoine Bozio, directeur de l’Institut des politiques publiques, explique à franceinfo pourquoi, à ses yeux, le système universel à points offrira davantage de garanties pour l’avenir des retraites que le système actuel. Voici son analyse.

12h24 : Voici ce qu’il faut retenir du discours d’Edouard Philippe sur la future réforme des retraites :

• Sur la méthode : le futur projet de loi sur la réforme des retraites fera l’objet de “consultations citoyennes” lancées “avant la fin du mois de septembre” et qui “se termineront à la fin de l’année”. En parallèle, des concertations avec les partenaires sociaux “vont commencer dès la semaine prochaine” et “dureront jusqu’au début du mois de décembre”.

• Sur le calendrier : le gouvernement veut que le projet de loi soit voté d’ici l’été prochain (à la mi-2020 donc). Le système ne commencera à entrer en vigueur qu’en 2025, mais il ne s’appliquera entièrement qu’en 2040. Il y aura donc une période de transition de 15 ans pour fondre les 42 régimes existants en un système unique par points.

• Sur les personnes concernées : le nouveau système concernera au plus tôt les personnes nées après 1963. Les retraités et les personnes prenant leur retraite dans un futur proche ne sont pas concernés.

12h07 : Rappelons les principales informations de ce jeudi :

Une phase de concertation jusqu’à début décembre, trois mois de “consultations citoyennes” sur internet et via des réunions publiques, l’objectif d’un vote d’ici l’été prochain : Edouard Philippe a présenté le calendrier de la réforme des retraites, et répondu à certaines interrogations sur la forme qu’elle prendra. Relisez notre direct pour un résumé de ses déclarations.

Le président LREM de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen pour “prise illégale d’intérêts” dans l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne. Il a fait savoir qu’il comptait rester en poste. L’entourage d’Emmanuel Macron affirme que le président lui a apporté son soutien.

• Les villes de Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont annoncé qu’elles interdisaient l’utilisation de pesticides. “Un coup de com”, a réagi la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

11h58 : C’était la dernière annonce de la prise de parole d’Edouard Philippe sur la réforme des retraites que nous avons suivie pendant une heure. Vous pouvez retrouver l’essentiel de ses remarques en relisant notre direct, en attendant un article qui résumera ce qu’il faut retenir de ce discours.

11h55 : C’est Emmanuel Macron qui lancera cette phase de consultations citoyennes fin septembre. Celle-ci se déroulera notamment par l’intermédiaire d’une “plateforme numérique” et de réunions publiques autour d’élus locaux ou d’associations”.

11h54 : L’exécutif va lancer des “consultations citoyennes” sur les retraites, à partir de “la fin du mois de septembre” et jusqu’à “la fin de l’année”.

11h52 : Il explique aussi avoir demandé à Jean-Paul Delevoye d’organiser, d’ici au 15 octobre, avec les ministres concernés, “des rencontres avec les représentants des régimes impactés, pour dresser un état des lieux précis et chiffré, et se fixer un calendrier de travail”. Ces représentants seront informés de l’avancée des négociations sur le futur système, et pourront les “nourrir” de leurs remarques, promet Edouard Philippe.

11h58 : Edouard Philippe annonce quatre concertations parallèles sur différents aspects de la réforme, qui débuteront la semaine prochaine, et doivent durer jusqu’au début du mois de décembre.

11h59 : Le Premier ministre ne tranche pas le débat sur la bonne méthode entre une hausse de l’âge légal de la retraite et une augmentation de la durée de cotisation. “Il existe un certain nombre d’outils qui permettent de concilier durée et âge”, assure-t-il, et la concertation permettra d’évaluer “les avantages et inconvénients” des deux options. Mais quoi qu’il arrive, “il faudra travailler plus longtemps”.

11h45 : Le projet de réforme des retraites fera l’objet d’un vote “d’ici l’été prochain”, promet Edouard Philippe.

11h44 : Le gouvernement va “inscrire” dans le projet de loi le principe selon lequel le nouveau système ne sera pas appliqué aux professions bénéficiant aujourd’hui de régimes spéciaux tant qu’une solution satisfaisante ne sera pas trouvée pour leur faire rejoindre le nouveau régime universel.

11h44 : Il promet aux enseignants, aux chercheurs et aux aides-soignants de “repenser leur carrière et leur système de rémunération”.

11h44 : Edouard Philippe assure être conscient des “effets considérables” et des “injustices individuelles” que pourrait avoir le nouveau système pour certaines catégories, et promet des solutions. Ils dit envisager d’allonger la période de transition pour les indépendants, notamment, et “d’adapter l’assiette de leurs cotisations sociales”.

11h44 : “La mise en place du système universel ne concerne ni les retraités actuels ni les actifs proches de la retraite. (…) Les droits qui ont été acquis seront conservés à 100%. (…) Le nouveau système ne s’appliquerait entièrement qu’à partir de 2040.”

Edouard Philippe rappelle plusieurs principes déjà établis par le rapport Delevoye, dont le fait que la réforme ne concernera que les personnes nées après 1963, et qu’une longue période de transition est prévue.

11h34 : Edouard Philippe dit “entendre” les inquiétudes sur l’évolution future de la valeur des points cotisés dans le nouveau système, et promet des “garanties” sur le sujet. Il promet également une prise en compte de la pénibilité, et du fait que certains travailleurs commencent leur carrière très jeunes. Il explique, enfin, compter sur la “mobilisation des employeurs” pour développer le travail des séniors.

11h30 : “Un système qui conduira donc à la disparition des régimes spéciaux et de multiples dérogations qui, à quelques exceptions près, n’ont plus lieu d’être”.

Edouard Philippe développe son projet d’un système “universel”, mais reconnaît entre les lignes que certaines dérogations ont encore une raison d’être, sans dire lesquelles ni si elles seront conservées par la réforme.

11h27 : Edouard Philippe explique s’inquiéter du manque de “confiance” des jeunes dans le fait qu’ils bénéficieront un jour d’une retraite, ce qui pourrait les dissuader de contribuer à celle de leurs aînés, assure le chef du gouvernement.

11h29 : “Travailler plus longtemps n’est plus tabou pour la gauche ni pour la droite”, assure le Premier ministre, “et encore moins pour les Français” : il voit dans le fait que l’âge moyen de départ à la retraite soit supérieur à l’âge légal un signe que les retraités ont “eux-mêmes, d’une certaine façon, tranché le débat”.

11h26 : “Le système, pour l’heure, n’est pas très loin de l’équilibre. Faut-il en déduire qu’il ne faut rien faire ? Je ne le crois pas. (…) Tout porte à croire que le déficit va fortement se dégrader”.

Edouard Philippe insiste sur l’idée que la réforme vise à prévoir des difficultés futures du régime actuel de retraites, qui ne s’est pas complètement adapté au changement démographique”.

11h22 : “Les parcours sont beaucoup plus fragmentés” et marqués par des changements de métiers, ajoute Edouard Philippe, ce qui justifie à ses yeux d’aller vers une plus grande “universalité” du traitement des différentes professions.

11h20 : Edouard Philippe détaille les problèmes auxquels fait face le système actuel, notamment sa “logique de statuts”, différents selon les professions, “qui ne correspond plus tout à fait à la réalité d’aujourd’hui”. “Certains régimes n’ont plus assez d’actifs pour honorer le montant des pensions”, note le Premier ministre, qui avertit que d’autres, aujourd’hui en bonne santé, “ne sont pas à l’abri” de difficultés futures.

11h17 : Sans surprise, Edouard Philippe promet “plus d’écoute, plus de dialogue” dans l’élaboration de ce projet de réforme des retraites. “La réforme n’est pas écrite”, promet-il, “et nous prendrons le temps qu’il faudra” : “On ne réforme pas un système vieux de 70 ans en quelques semaines”.

11h14 : “La retraite par répartition est un trésor national”, que le monde nous envie, explique Edouard Philippe en préambule. Mais il fait face à des “défis majeurs” qui dont “planer une incertitude majeure sur son avenir”. Il s’exprime devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

11h11 : Edouard Philippe s’exprime au sujet de la méthode et du calendrier de la réforme des retraites. Regardez-le en direct.

10h31 : Dans la foulée de l’intervention d’Edouard Philippe au sujet de la réforme des retraites, nous organisons dans ce direct un “chat” avec Magali Boissin, journaliste au service économique France 2. Elle répondra à toutes vos questions sur le projet à partir de 15 heures. Vous pouvez déjà envoyer vos questions, avec le mot-clé #RETRAITES.

10h05 : Dans une heure, Edouard Philippe doit présenter le calendrier et la méthode d’élaboration de la future réforme des retraites. Une prise de parole que vous pourrez suivre dans ce direct. En attendant, nous vous expliquons ce qu’il faut attendre de son discours.

Leave a Reply