Advertisements

DIRECT. Jean-Luc Mélenchon arrive au tribunal pour le deuxième jour d’un procès sous tension – Franceinfo

Spread the love

Ce qu’il faut savoir

Près d’un an après la perquisition au siège de La France insoumise en octobre 2018, le procès de Jean-Luc Mélenchon et de cinq de ses proches du mouvement s’est ouvert, jeudi 19 septembre, au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Le procès, prévu sur deux jours, continue avec les réquisitions et les plaidoiries ce vendredi. Suivez l’audience dans notre direct.

Reprise de l’audience avec les réquisitions et plaidoiries. La deuxième journée du procès reprend à 9h30 ce vendredi au tribunal correctionnel de Bobigny. Commenceront par plaider les avocats des 12 parties civiles – policiers et magistrats qui ont mené les perquisitions. Ces derniers seront notamment représentés par Me François Saint-Pierre et Eric Dupond-Moretti. Les réquisitions du ministère public suivront, avant les pladoiries de la défense dans l’après-midi. Le jugement sera ensuite mis en délibéré.

 Un procès qui fait suite à une perquisition houleuse. Ce procès fait suite à l’opposition, avec force, de Jean-Luc Mélenchon à la perquisition du siège de son parti à Paris le 16 octobre 2018. Le leader des Insoumis avait filmé en direct sur Facebook cette perquisition et celle de son domicile, opérées dans le cadre de deux enquêtes distinctes du parquet de Paris – sur les comptes de campagne de la présidentielle de 2017 et sur les assistants d’eurodéputés de LFI. Lors de la confrontation avec les forces de l’ordre, Jean-Luc Mélenchon avait notamment lancé : “La République, c’est moi !”  Le chef de file de LFI voit dans son procès une “instrumentalisation” de la justice et dénonce un “procès politique” jusque dans un livre publié pour l’occasion. Cinq autres de ses proches sont également concernés : les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud, l’eurodéputé Manuel Bompard, le conseiller d’Etat Bernard Pignerol et l’attachée de presse Muriel Rozenfeld. 

 Une première journée mouvementée.  La journée a été émaillée de rebondissements, entre problème de clé USB et confrontation entre Me Eric Dupond-Moretti et Jean-Luc Mélenchon. L’audience se déroule dans la salle des assises, plus grande, en raison de l’intérêt suscité par le procès. La France insoumise a par ailleurs lancé un appel à s’y rendre en nombre et Jean-Luc Mélenchon, dénonçant une “exécution politique”, a relayé un appel à manifester devant le tribunal, jeudi dès 7h30. “Ici, on est dans une enceinte judiciaire, pas devant le tribunal avec des pancartes”, a tonné Me Dupond-Moretti.

 Jusqu’à dix ans de prison. Jean-Luc Mélenchon et ses cinq coprévenus comparaissent au tribunal de Bobigny pour les chefs d’accusation d’actes d’intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l’autorité publique, rébellion et provocation.” L’affaire a été dépaysée à Bobigny “dans un souci d’impartialité”, selon le parquet général de Paris. Ils encourent jusqu’à dix ans de prison, une amende de 150 000 euros et cinq ans d’inéligibilité.

Advertisements

Leave a Reply