DIRECT – Incendie de Rouen : de nouvelles analyses à venir, ce que l’on sait – Linternaute.com

Spread the love

DIRECT - Incendie de Rouen : de nouvelles analyses à venir, ce que l'on sait ROUEN – La ministre de l’Ecologie Elisabeth Borne s’est montrée rassurante pour les habitants de Rouen, cinq jours après l’incendie de l’usine Lubrizol. Elle a annoncé que de nouvelles analyses étaient attendues.

17:15 – “On ne peut pas exclure qu’il y ait des maladies chroniques” après l’incendie

Après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, qui fabriquait notamment des produits chimiques, les habitants sont inquiets pour leur état de santé. L’association de défense de l’environnement Générations Futures a demandé à l’Etat de mettre en place un suivi de l’état de santé des habitants exposés aux fumées de l’incendie. “Une grande partie de la population de l’agglomération rouennaise a été exposée pendant plusieurs heures aux panaches de fumée, combustion d’hydrocarbure… On sait qu’il y a des composés très dangereux qui sont dégagés dans ces cas-là”, a expliqué à LCI François Veillerette, co-fondateur et porte-parole de Générations futures. “Il n’y a heureusement pas eu de décès dans les premières heures et on s’en félicite, mais maintenant on ne peut pas exclure qu’il y ait des maladies chroniques, que certains cancers soient plus présents dans les années à venir”, a-t-il ajouté.

16:33 – Des rassemblements à Rouen ce mardi

Plusieurs rassemblements devraient avoir lieu ce mardi 1er octobre à Rouen. Que ce soit de la part de syndicats, d’associations, de partis politiques ou d’ONG, des appels à manifester devant le palais de justice de la ville pour réclamer la vérité après l’incendie de l’usine Lubrizol.

15:53 – Le maire de Rouen invite à la “confiance”

Même s’il dit comprendre “les doutes” des habitants de sa ville, le maire de Rouen a invité les Rouennais ce lundi à faire “confiance” aux signes positifs envoyés par les autorités. “Il me semble extrêmement normal que les uns et les autres respectent les compétences que l’on a réciproquement”, a lancé Yvon Robert sur franceinfo. L’édile assure que la réouverture des établissements scolaires ce lundi s’est fait sans danger. “Je fais confiance à l’agence régionale de santé qui nous dit qu’on peut rouvrir les établissements scolaires”, a-t-il dit.

15:29 – Les pompiers de Rouen sont “inquiets”

Des dizaines de pompiers ont travaillé pour vaincre les flammes qui ont ravagé l’usine Lubrizol de Rouen, dans la nuit de mercredi à jeudi dernier. Au micro de France 3, l’un d’eux a fait part de son inquiétudes quant aux potentielles conséquences sanitaires. “L’odeur était effroyable. On pataugeait dans une flaque de 10 centimètres d’hydrocarbures. On ne ressent pas d’effets secondaires pour le moment, hormis la toux. Je suis intervenu jeudi matin à partir de 8 heures sur l’incendie à l’usine Lubrizol et aujourd’hui je tousse, comme mes collègues”, explique ce pompier de Seine-Maritime. “On est tous inquiets, car on sait qu’on a respiré quelque chose de pas propre”, alerte-t-il.

15:09 – Des vidéos d’eau noire coulant des robinets ?

Depuis l’incendie qui a ravagé une usine Lubrizol de Rouen, plusieurs internautes ont partagé des vidéos où l’on peut voir de l’eau noircie couler des robinets. Si ces vidéos sont inquiétantes, il n’y a pas de possibilité, pour l’instant, de les identifier comme ayant bien été tournées à Rouen. Quand bien même ce serait le cas, le compte Twitter “Fake investigation” assure que cela pourrait être la conséquence de l’intervention des pompiers. “Lorsque les pompiers utilisent (massivement) les bornes incendie, le débit augmente fortement dans les canalisations. L’eau étant naturellement chargée en micro-particules (fer ou manganèse par exemple), celles-ci se déposent petit à petit sur les parois des conduites d’eau. Mais lorsque le débit/pression augmente fortement, ce dépôt peut se retrouver dans l’eau, et ainsi lui donner une couleur marron/noire pendant quelques temps”, peut-on lire.

14:56 – L’eau est potable, réassure la métropole de Rouen

La métropole de Rouen Normandie a assuré de nouveau ce lundi que les habitants des 71 communes de l’agglomération pouvaient boire l’eau du robinet sans aucun danger. Des mesures ont été relevées immédiatement après l’incendie puis des vérifications quotidiennes ont été réalisées conjointement avec l’Agence régionale de santé (ARS), indique-t-on dans un communiqué.

14:25 – Rouen : la prise de parole du PDG de Lubrizol

Frédéric Henry est le PDG de Lubrizol, dont l’usine de Rouen a brûlé la semaine dernière. Pour Paris-Normandie, il s’est exprimé sur les circonstances de cet incendie qui n’a pas fait de victime mais dont les potentielles conséquences sanitaires sont pointées du doigt, notamment à cause de la propagation de produits toxiques. “J’ai entendu parler du benzène, mais je ne sais pas d’où ça vient. Je préfère ne pas faire de commentaires sur le sujet car je ne vois pas pourquoi il y aurait du benzène chez nous. Il ne faut pas oublier une chose : l’entrepôt de Lubrizol a brûlé, mais également un entrepôt voisin de l’entreprise, SCMT. En tout cas, chez nous, nous n’avons pas de fûts de benzène”, a-t-il expliqué.

13:59 – L’usine Lubrizol, déjà impactée par un incident en 2013

Créée en 1954 sur les bords de Seine, l’usine Lubrizol, classée seuil haut Seveso, où travaillent environ 400 employés, fabrique et commercialise des additifs qui servent à enrichir les huiles, les carburants ou les peintures industrielles. L’usine appartient au groupe de chimie américain Lubrizol Corporation, lui-même propriété de Berkshire Hathaway, la holding du milliardaire et célèbre investisseur américain Warren Buffett. Un grave incident s’y était déjà produit en 2013. Après une fuite de gaz malodorant, Lubrizol France avait été condamné à une amende de 4 000 euros en 2014. 

13:37 – Certaines écoles toujours fermées

Alors qu’officiellement les établissements scolaires de la métropole de Rouen ont rouvert ce lundi, ce n’est pas le cas de tous. Des enseignants ont fait valoir leur droit de retrait, notamment au collège Fontenelle de Rouen. “Ca sentait mauvais dans le hall et dans les salles. Des collègues et des enfants avaient des maux de tête ce matin”, explique un professeur cité par Ouest France. Les élèves ont quitté l’établissement à la mi-journée.

13:12 – Après les Hauts-de-France, le nuage est aux Pays-Bas

On se souviendra longtemps de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, qui a provoqué une énorme fumée noire, se transformant en un nuage de plusieurs kilomètres et une pluie de suie. Quatre jours après le drame, le nuage est encore présent. Après s’être déplacé de la Normandie vers le nord, il a continué sa route vers la Belgique : “D’après les modèles météorologiques de l’IRM, le nuage aurait déjà atteint notre pays 5 à 6 heures après le début du dégagement des fumées, soit dans la matinée du 26 septembre”, a expliqué le centre de crise de Wallonie. Après avoir traversé la Belgique, le nuage se trouve maintenant au-dessus des Pays-Bas.

LIRE PLUS

L’usine Lubrizol est une usine de produits chimiques classée Seveso, autrement dit présentant des risques d’accident majeur selon la réglementation européenne. Le classement Seveso distingue un “seuil haut” et un “seuil bas”. L’usine Lubrizol de Rouen est classée en seuil haut. Cette usine, appartenant à un groupe américain (relié à une holding Warren Buffett), est installée sur les bords de Seine, le long du Quai de France, à l’ouest de Rouen. Elle fabrique principalement des additifs pour lubrifiants et carburants.

Une mesure de confinement a été décidé ce jeudi 26 septembre par la préfecture de Seine-Maritime. Les habitants de treize communes, dont Rouen, ont été invités à rester chez eux. Le préfet a déclenché le plan particulier d’intervention (PPI) et a ouvert un centre opérationnel départemental, “où l’ensemble des services de l’État sont regroupés pour gérer l’événement”. Un périmètre de 500 mètres autour de l’usine a été évacué, avant d’être levé en milieu d’après-midi. Le Pont Flaubert, qui traverse la Seine au niveau de la presqu’île Rollet a été bloqué pendant presque toute la journée. Alors que la fumée a laissé place à de “nombreuses retombées de suie constatées sur une vaste zone au nord-est de Rouen”, la préfecture conseille depuis vendredi de ne pas toucher ces retombées et de se laver les mains en cas de contact. Les agriculteurs et les jardiniers ne doivent pas récolter leurs productions ou essayer des les nettoyer avant plus de consignes. Les bêtes doivent être mises à l’abri et leur alimentation doit être sécurisée.

Leave a Reply