DIRECT. Guerre en Ukraine : l’armée russe dément avoir commis des “actions violentes” à Boutcha – franceinfo

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #UKRAINE

17h16 : La Russie affirme aussi que les images de civils tués à Boutcha sont une fabrication de l’Ukraine. “Toutes les photos et vidéos publiées par le régime de Kiev qui témoigneraient de certains crimes de militaires russes dans la ville de Boutcha sont une autre provocation, affirme le ministre de la Défense russe. Quand les militaires russes étaient à Boutcha, aucun résident civil n’a subi d’actions violentes.”

17h30 : L’armée russe dément avoir tué des civils à Boutcha, où près de 300 cadavres de civils ont été retrouvés.

17h30 : Plus de 500 000 personnes sont retournées en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, annonce le ministère ukrainien de l’Intérieur. Voilà le chiffre exact donné dans le communiqué : “Au cours de la semaine écoulée, 144 000 personnes ont quitté l’Ukraine et 88 000 y sont arrivées. (…) Environ 537 000 de nos compatriotes sont rentrés en Ukraine.”

16h26 : “Oui, c’est un génocide. L’élimination de toute la nation et des gens, nous sommes citoyens d’Ukraine. Nous avons plus de 100 nationalités. Il s’agit de la destruction et de l’extermination de toutes ces nationalités.”

Le président ukrainien accuse la Russie de commettre un “génocide” en Ukraine pour éliminer “toute la nation”, au lendemain de la découverte de nombreux corps dans les rues de la ville de Boutcha, près de Kiev, après le retrait des forces russes.

16h00 : Le président de la République, dans un tweet, évoque “des centaines de civils lâchement assassinés”, reprenant le décompte donné par le maire de cette ville proche de Kiev reprise par les Ukrainiens hier.

15h58 : “Les autorités russes devront répondre de ces crimes”, clame Emmanuel Macron après les images “insoutenables” de civils tués à Boutcha.

15h40 : Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, parle lui d’un “coup de poing à l’estomac” après la découverte de ces corps de civils laissés en pleine rue. “Nous ne pouvons pas normaliser cela”, “cela doit s’arrêter”, clame-t-il, également sur CNN.

15h51 : “Il est absolument inacceptable que des civils soient pris pour cibles et tués, et cela souligne l’importance de mettre fin à cette guerre.”

Le numéro 1 de l’Otan réagit, sur la chaîne américaine CNN, aux images de Boutcha, qui témoignent selon lui d’une “brutalité inédite en Europe depuis des décennies”. “Nous ne devons pas être trop optimistes” au sujet du retrait de l’armée russe sur certains fronts, prévient-il, car “nous redoutons une potentielle augmentation des attaques”.

15h51 : A Boutcha, le chef des secours locaux, Serhii Kaplytchny, dit avoir découvert une fosse commune creusée par les soldats russes. “Ici, dans cette longue tombe, 57 personnes sont enterrées”, a-t-il déclaré au journaliste de l’AFP sur place.

15h33 : L’Ukraine revendiquait hier avoir libéré la région de Kiev des troupes russes, qui se redéploient sur le front de l’est. Leur départ permet de découvrir ce qui s’est passé pendant un mois dans les villes qu’ils occupaient, en particulier à Boutcha, aux portes de la capitale : des dizaines de cadavres de civils jonchaient les rues hier. Je vous raconte les terribles images qui ont émergé ces derniers jours.

15h55 : Comme nous vous le disions un peu plus tôt dans ce direct, une équipe de France 2 a pu entrer pour la première fois à Marioupol, ville stratégique pour l’armée russe. En avançant le long des blindés calcinés, ils ont découvert un centre-ville détruit par les combats et des habitants éreintés. Voici leur reportage.

14h47 : “J’ai pris connaissance des informations faisant état d’exactions massives commises par les forces russes dans des villes ukrainiennes qu’elles occupaient ces dernières semaines, en particulier dans la localité de Boutcha”, souligne le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian dans un communiqué. “Je condamne avec la plus grande fermeté de tels actes constitutifs, s’ils sont confirmés, de crimes de guerre”, ajoute-t-il.

14h10 : Le magazine “13h15 le dimanche” est retourné à Odessa, le grand port au bord de la mer Noire, dont la population s’est mobilisée pour résister à l’armée russe, entrée en Ukraine le 24 février 2022 à l’aube. Des frappes, ce matin, sur un dépôt de carburant ont fait voler éclat cette relative quiétude depuis. A voir ici.

13h51 : Le négociateur en chef russe dans les pourparlers de paix avec l’Ukraine, Vladimir Medinski, a fait l’éloge aujourd’hui d’une position “plus réaliste” de Kiev prêt, sous conditions, à accepter un statut neutre du pays, réclamé par Moscou. Il a toutefois précisé qu’un projet d’accord approprié n’était pas encore prêt à être soumis aux présidents des deux pays.

13h27 : Depuis l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, le 24 février 2022 à l’aube, des milliers de photos et de vidéos défilent sur les réseaux sociaux, qui sont devenus un nouveau champ de bataille sur lequel s’est penché le magazine “13h15 le dimanche“. A regarder ici.

13h24 : Les envoyés spéciaux de France Télévisions, Arnaud Comte et Stéphane Guillemot, sont à l’entrée de Boutcha, une ville près de Kiev où l’armée russe est accusée par le gouvernement ukrainien d’avoir commis “un massacre délibéré”.

13h19 : “On en est à la cinquième tentative d’évacuation de Marioupol”, affirme le Comité international de la Croix-Rouge dont une équipe “s’échine” à tenter d’accéder à la ville. L’interview de son porte-parole, Frédéric Joli, est à lire ici.

Un volontaire aide un enfant à descendre d'un bus de la Croix-Rouge, le 1er avril à Zaporijié, en Ukraine. Une équipe du CICR tente toujours d'accéder à Marioupol pour évacuer les civils bombardés par l'armée russe. (EMRE CAYLAK / AFP)

13h13 : Le maire d’Odessa, Guennadiy Trukhanov, affirme sur BFMTV que “personne n’a été blessé ou tué” dans les bombardements qui ont visé un dépôt de carburant ce matin. “La ville se prépare au pire”, souligne-t-il pour autant, rappelant “la présence de bateaux militaires” russes au large de ce port stratégique. “C’est la porte sud de l’Ukraine”, dit Guennadiy Trukhanov, dont le “seul espoir est que le peuple russe dise ‘non’ à cette guerre”.

12h39 : Son dernier film Mariupolis racontait l’histoire d’une ville assiégée, c’est au même endroit qu’il a perdu la vie. Le réalisateur lituanien Mantas Kvedaravicius a été tué, hier, dans la ville ukrainienne de Marioupol.

“Notre ami et participant à Artdocfest, le documentariste lituanien Mantas Kvedaravicius, a été assassiné aujourd’hui à Marioupol, une caméra à la main, dans cette guerre de merde du Mal contre le monde entier”, a écrit sur Facebook le réalisateur russe Vitaly Mansky, fondateur du festival de films documentaires Artdocfest.

13h14 : Le Royaume-Uni pourrait construire jusqu’à sept centrales nucléaires d’ici à 2050 tout en misant sur l’éolien en mer dans le cadre d’une nouvelle stratégie pour accroître son indépendance énergétique après l’invasion russe de l’Ukraine, a annoncé dimanche le ministre de l’Energie. “Vu ce que Poutine est en train de faire, nous ne voulons pas vivre dans un monde où nous dépendons des hydrocarbures russes”, a déclaré Kwasi Kwarteng dans le Sunday Telegraph.

12h30 : Il est midi, voici un nouveau point sur l’actualité :

Après la découverte de cadavres à Boutcha, une ville proche de Kiev libérée, l’Ukraine dénonce “un massacre délibéré” commis par l’armée russe. A Odessa, ville du sud de l’Ukraine, des explosions ont retenti ce matin. Suivez notre direct.

C’est le sprint final à une semaine du premier tour. Après Emmanuel Macron, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, rassemble aujourd’hui ses troupes à Toulouse et la candidate des Républicains Valérie Pécresse les siennes à Paris.

L’épreuve a enregistré de belles performances sur tous les tableaux. La Kényane Judith Jeptum s’est imposée en 2h19 min 48s, laissant loin derrière ses concurrentes. Chez les hommes, la victoire revient à Deso Gelmisa. Le Français Morhad Amdouni, 3e, signe le record de France en 2h05 min 22 s.

• Plus aucun département n’est placé en vigilance orange neige-verglas aujourd’hui, selon le bulletin de 10 heures de Météo France. La Loire, la Haute-Loire et et Puy-de-Dôme repassent en niveau jaune.

12h01 : De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba dénonce un “massacre délibéré” à Boutcha.

11h42 : L’Union européenne aide l’Ukraine et les ONG à rassembler les preuves nécessaires pour les poursuivre devant les tribunaux internationaux”, ajoute Charles Michel sur Twitter, affirmant que “d‘autres sanctions et aides de l’UE sont en cours”.

12h31 : Le président du conseil européen Charles Michel se dit “choqué” par les images “des atrocités commises par l’armée russe dans la région libérée de Kiev”.

11h36 : Autre paysage de dévastation, cette fois-ci dans la région de Soumy, dans le nord-est du pays. Ce journaliste pour Libération et RFI montre l’ampleur des destructions dans Trostyanets, ville libérée du joug de l’armée russe.

11h08 : Bonjour @Sarah. Des dizaines de cadavres, dont certains avec les mains liées, ont en effet été découverts dans les rues de Boutcha, une localité proche de Kiev et libérée par les soldats ukrainiens. La cause de leur mort n’est pas encore déterminée. Selon le maire de la ville, près de 300 personnes ont dû être enterrées “dans des fosses communes”. L’ambassadrice britannique en Ukraine a condamné des “crimes monstrueux”.

11h06 : Pouvez-vous nous confirmer le massacre qui a eu lieu à Boutcha et quelles sont les réactions des différents pays ? Merci et bon dimanche.

10h51 : Des images nous parviennent d’Odessa, ville du sud de l’Ukraine, où des explosions ont retenti ce matin. Un dépôt de carburant a été bombardé, rapporte Marc de Chalvron, envoyé spécial de France Télévisions, photo à l’appui.

11h21 : “Les cas que nous avons documentés représentent une cruauté et une violence indicibles et délibérées contre des civils ukrainiens”, a pointé Hugh Williamson, de l’ONG Human Rights Watch, appelant à ce que ces crimes fassent l’objet d’une enquête.

11h21 : Human Rights Watch dénoncé ce matin des “crimes de guerre” en Ukraine. Dans un communiqué, l’ONG dit avoir “documenté plusieurs cas où les forces militaires russes ont commis des violations du droit de la guerre contre des civils dans les zones occupées des régions de Tchernihiv, Kharkiv et Kiev en Ukraine”.

11h24 : “Vous ne pouvez même pas imaginer combien de civils sont morts. Les corps sont dans les rues. Nous n’arrivons même plus à les compter.”

Selon l’aumônier de Boutcha, “il y a beaucoup plus” que 300 morts. Comme sa voisine Irpin, la ville a été le théâtre de féroces combats et est méconnaissable. Il lance un appel à l’aide : “J’ai besoin de sacs mortuaires, de respirateurs et de gants en caoutchouc épais. Les sacs doivent pouvoir supporter un poids de 70 à 150 kg.”

09h59 : Toute la région de Kiev est libérée, selon les autorités ukrainiennes. Mais au fur et à mesure de la reconquête de ces territoires, les exactions et les crimes de guerre des soldats russes sont de plus en plus évidents. À Boutcha, au nord-ouest de Kiev, les autorités, dépassées par le nombre de victimes, ont été contraintes de les enterrer dans des fosses communes. Le reportage de Thibault Lefèvre et Benjamin Thuau est à lire ici.

Les soldats ukrainiens patrouillent dans les rues de Boutcha au nord-ouest de Kiev, libérée de l'invasion russe mais dévastée, le 2 avril 2022. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

09h22 : Une équipe de France 2 a pu accéder au centre de Marioupol et rapporte, images à l’appui, à quel point la ville est dévastée. “Les habitants encore sur place sont désespérés. Ils enterrent leurs proches ou leurs voisins au pied de leur immeuble. Les enfants disent qu’ils ont pris l’habitude des tirs incessants”, rapporte sur Twitter la journaliste Alexandra Dalsbaek.

11h31 : Thomas Pellerin-Carlin, chercheur à l’Institut Delors, estime qu’accélérer la transition énergétique est “fondamental pour l’économie”. “Il est plus logique de rénover les maisons plutôt que de financer les achats de gaz pendant cinq ans. Tant qu’on dépend du gaz, on dépend de plein de choses que l’on ne contrôle pas.” L’article est à retrouver ici.

11h32 : Il faudra donc accélérer la transition énergétique, les pays européens n’ont pas le choix, selon Nicolas Goldberg, spécialiste du gaz : “De gré ou de force, nous allons devoir faire des économies d’énergie et développer massivement les énergies renouvelables pour être indépendants de la Russie.”

09h08 : Si la question de la dépendance aux hydrocarbures russes se fait si pressante, c’est que Moscou est de loin le premier fournisseur de gaz de l’Union européenne, à hauteur de 44%, mais aussi de pétrole, à 25%. Une proportion pas simple a couper d’un coup.

11h32 : Alors que l’Union européenne (UE) est dépendante à 44% du gaz russe, la crise sera-t-elle l’occasion de revoir l’avenir énergétique des pays européens et d’investir dans les énergies renouvelables pour les pays de l’UE dépendants de la Russie ? Des chercheurs que j’ai interrogé dans cet article veulent y croire

Près de 40% du gaz importé de l'Union européenne vient de Russie. Jusqu'à quand ? (ELLEN LOZON / FRANCEINFO)
(ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

08h32 : Une série d’explosions a été entendue ce matin à Odessa, principal port de l’Ukraine, sur la mer Noire, dans le sud-ouest du pays, a constaté un journaliste de l’AFP. Les explosions, survenues vers 6 heures du matin, ont envoyé au moins trois colonnes de fumée noire et des flammes visibles, apparemment dans une zone industrielle.

08h18 : Le négociateur a également déclaré que si une rencontre entre les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et russe Vladimir Poutine devait finalement avoir lieu, celle-ci se déroulerait “très probablement” en Turquie. “Nous ne connaissons ni la date ni le lieu, mais nous pensons que le lieu sera très probablement Ankara ou Istanbul”, a noté David Arakhamia.

08h17 : Le négociateur en chef ukrainien dans les pourparlers de paix avec la Russie, David Arakhamia, a donc affirmé que Moscou avait accepté “oralement” les principales propositions ukrainiennes. “La Fédération de Russie a donné une réponse officielle à toutes les positions [ukrainiennes], à savoir qu’elle les accepte, sauf en ce qui concerne la question de la Crimée”, annexée par Moscou en 2014, a assuré l’intéressé. Il a ajouté que s’il n’y avait “aucune confirmation officielle par écrit”, la partie russe l’ayant accepté “oralement”.

<

p id=”lmsg-624938e18256bf67d5f681be” class=”message custom”>08h07 : Commençons par un point sur l’actualité :

Le négociateur en chef ukrainien dans les pourparlers de paix avec la Russie affirme que Moscou a accepté “oralement” les principales propositions de son pays. Une rencontre entre les présidents Zelensky et Poutine en Turquie est même évoquée.

Sur le terrain, les forces russes se retirent de villes-clés situées près de la capitale et de Tcherniguiv, dans le nord de l’Ukraine, pour se redéployer vers l’est et le sud. Une série d’explosions ont été entendues ce matin à Odessa, principal port de l’Ukraine.

C’est le pprint final à une semaine du premier tour. Après Emmanuel Macron, le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon, rassemble aujourd’hui ses troupes à Toulouse et la candidate de droite Valérie Pécresse les siennes à Paris.

Trois départements, la Loire, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, sont toujours placés en vigilance orange à la neige et au verglas par Météo France.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *