DIRECT Coronavirus : “Il va falloir tenir”, prévient Philippe – La Tribune

Spread the love
  • 10h07 – Macron réunit les partenaires sociaux

Emmanuel Macron réunit à partir de 11h, et en audioconférence, l’ensemble des partenaires sociaux pour faire le point sur les mesures prises pour lutter contre l’épidémie sur fond d’inquiétudes grandissantes des syndicats sur les dérogations temporaires au droit du travail.

Lire aussi : La durée du travail portée jusque 60 heures par semaine dans certains secteurs

  • 10h01 – GB : la production automobile va tomber au plus bas depuis 2009

La production automobile au Royaume-Uni va chuter en 2020 et tomber à son plus bas depuis la dernière crise financière, prévient le secteur.

L’association des professionnels de l’automobile, la SMMT, estime dans un communiqué que la production va plonger de 18% cette année pour passer sous 1,1 million de véhicules.

Et cela pourrait même être pire, avertit-elle, si le confinement devait durer des mois et non pas des semaines.

  • 9h53 – Philippe met en garde contre “la vague extrêmement élevée” qui “déferle sur la France”

Édouard Philippe a mis en garde contre “la vague extrêmement élevée” de l’épidémie de coronavirus qui “déferle sur la France”, prédisant que “la situation va être difficile pendant les jours qui viennent”.

“Nous nous installons dans une crise qui va durer, dans une situation sanitaire qui ne va pas s’améliorer rapidement. Il va falloir tenir”, a exhorté le Premier ministre après une visioconférence avec l’ensemble du gouvernement à la Cellule interministérielle de crise installée au ministère de l’Intérieur.

  • 9h22 – L’État actionnaire va demander qu’on ne verse pas de dividende

L’État va demander aux entreprises dont il est actionnaire de ne pas verser de dividende cette année “par solidarité”, a indiqué la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

“Dans les entreprises où l’État est actionnaire, on va demander de ne pas verser des dividendes […], c’est la solidarité”, a déclaré Mme Pénicaud sur Cnews.

  • 9h14 – Martinez a “l’impression que l’économie prime avant la santé”

Le secrétaire général de la CGT, Phlippe Martinez, a dit son “impression que l’économie prime avant la santé” pour le gouvernement et l’a accusé de nourrir une polémique “odieuse” après le dépôt d’un préavis de grève dans des services publics.

“Nous avons de nombreux témoignages de salariés qui n’ont pas encore les protections indispensables pour continuer à travailler”, a déploré sur RFI le dirigeant syndical, disant “saluer” l’engagement de “tous [ceux] qui travaillent parce qu’ils sont utiles à aider” à faire face à la crise sanitaire.

“Mais il y en a toute une partie qui sont encore au travail et ne devraient pas l’être”, notamment dans “l’industrie”. “Il n’y a pas besoin de fabriquer des bateaux, des avions, des voitures […], nous ne voyons pas l’utilité de ce genre de produits en ce moment”, a relevé Philippe Martinez.

  • 9h10 – La Bourse de Paris ouvre en baisse

La Bourse de Paris a débuté en recul (-2,41%), renouant avec la prudence après trois séances de rebond, face à un nombre de cas du coronavirus désormais plus important aux États-Unis qu’en Chine.

À 09h00 (07h00 GMT), l’indice CAC 40 perdait 109,63 points à 4.433,95 points. La veille, il avait pris 2,51%.

  • 8h59 – Faurecia abandonne ses objectifs financiers pour 2020

L’équipementier automobile Faurecia a abandonné ses prévisions financières pour 2020.

“En raison de cette crise mondiale et de l’absence de visibilité pour l’industrie automobile qui en découle, les objectifs financiers annuels 2020 tels qu’annoncés le 17 février par Faurecia ne sont plus valides”, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Lire aussi : Industrie automobile: après l’hécatombe, les constructeurs peuvent-ils rebondir ?

  • 8h53 – EssilorLuxottica a géolocalisé ses salariés en Chine pour éviter la contamination

Le leader mondial de l’optique EssilorLuxottica a recouru à la géolocalisation de ses salariés en Chine pour faire “un tri” entre ceux qui pouvaient continuer à travailler et ceux qui risquaient de propager le coronavirus, a détaillé son PDG Hubert Sagnières.

“En Chine, le pic de la crise est arrivé à un moment où les Chinois étaient en congé dans le cadre du nouvel an chinois, et 80% de nos effectifs étaient partis dans leur famille”, a-t-il expliqué vendredi sur BFM Business.

Face au risque de contamination, “on a instauré grâce à WeChat une géolocalisation de l’ensemble de nos salariés, on a su où ils étaient, on a pu les rapatrier chez eux dans leur ville et on a fait un tri entre ceux qui pouvaient aller au travail et ceux qui ne pouvaient pas” parce qu’ils s’étaient trouvé dans une zone à risque, a-t-il expliqué.

  • 8h43 – LafargeHolcim réduit ses investissements et suspend ses prévisions

Le géant des matériaux de construction LafargeHolcim a annoncé une série de mesures, prévoyant notamment une coupe dans les dépenses d’investissement, et a suspendu ses prévisions pour 2020.

Le groupe va réduire ses dépenses d’investissement de 400 millions de francs suisses (376 millions d’euros) par rapport à l’exercice 2019, a-t-il quantifié dans un communiqué.

Il compte également réduire ses coûts fixes “d’au moins” 300 millions de francs suisses.

  • 8h41 – Publicis renonce à fournir des objectifs financiers

Publicis, le numéro trois mondial de la publicité, a annoncé qu’il ne fournirait aucune prévision financière jusqu’à nouvel ordre.

“Comme indiqué par les entreprises du secteur, il est aujourd’hui difficile de prévoir l’évolution des investissements marketing des annonceurs de manière fiable”, a-t-il souligné dans un communiqué.

  • 8h34 – Chômage partiel : 150.000 entreprises et 1,6 million de salariés

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué jeudi soir que 150.000 entreprises étaient entrées dans le dispositif de chômage partiel, pour 1,6 million de salariés, depuis le début de la crise.

En 24 heures, ce chiffre est en hausse de 50% pour les entreprises et 30% pour les salariés, a-t-elle souligné.

  • 8h22 – L’agence Fitch confirme le triple “A” des États-Unis

L’agence Fitch a confirmé la note “AAA” assignée à la dette des États-Unis – la meilleure possible – en dépit de la pandémie, mais elle se montre circonspecte sur la notation à court terme.

Pour l’heure, elle a assorti cette note d’une perspective stable. Mais elle relève que “le risque d’une évaluation négative à court terme a augmenté compte tenu de l’ampleur du choc sur l’économie et les finances publiques du coronavirus”.

Fitch note en outre que les mesures budgétaires ont été prises “en l’absence d’un plan d’assainissement […] des finances publiques et de la dette publique”.

Lire aussi : “Helicopter money”: vers un plan de relance de 2.000 milliards de dollars aux Etats-Unis

  • 8h11 – L‘Australie veut tester un vaccin contre la tuberculose

Une équipe de chercheurs australiens a annoncé avoir entrepris de tester à une large échelle un vaccin utilisé depuis des décennies contre la tuberculose pour vérifier s’il est en mesure de protéger le personnel soignant du coronavirus.

Le test de ce vaccin, le BCG, concernera un total de quelque 4.000 personnels soignants dans les hôpitaux australiens, ont précisé les chercheurs de l’institut Murdoch à Melbourne.

  • 8h08 – La banque centrale d’Inde baisse son principal taux directeur de 75 points de base, à 4,4%

La banque centrale indienne a annoncé une baisse de 75 points de base de son principal taux directeur, désormais établi à 4,4%. Ce taux était jusqu’ici de 5,15%, son plus bas depuis neuf ans.

  • 8h05 – Pétrole : ça déborde !

Malgré la pandémie qui terrasse l’économie mondiale et la demande de pétrole, la production de brut continue à tout va, notamment en Arabie saoudite et aux États-Unis, poussant les capacités de stockage à leurs limites.

“Nous savions que la poussée de la production de la part des membres de l’Opep allait mettre la pression sur les stocks de pétrole brut”, a expliqué à l’AFP Olivier Jakob, de Petromatrix, “mais ce phénomène s’est clairement accéléré la semaine dernière avec la demande qui s’écroule“.

Résultat: les stocks actuels de pétrole brut à terre et dans les navires “dépassent le précédent pic atteint début 2017”, ont constaté les analystes de Kpler dans une note, “et ces stocks continuent de croître”.

  • 8h – Chine : ces masques anti-virus qui rapportent de l’or

“C’est comme fabriquer de l’argent” : avec la pandémie qui frappe tous les continents, de nombreux industriels chinois se sont lancés dans la lucrative production de masques pour satisfaire une demande exponentielle.

Durant les deux premiers mois de 2020, le pays a en effet enregistré… 8.950 nouveaux producteurs de masques, selon le site d’information sur les entreprises Tianyancha.

(Avec AFP, Reuters et les journalistes de La Tribune)

Leave a Reply