Advertisements

DIRECT. Agriculteurs en colère contre les prix bas : des manifestations de tracteurs à Paris et dans toute la France – Le Parisien

Spread the love
  • La manifestation initiée par la FNSEA et le syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA) vise à mettre la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution.
  • Un millier de tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Ile-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté sont attendus sur l’avenue Foch à Paris.
  • En Rhône-Alpes, des agriculteurs de toute la région ont prévu de bloquer les accès autoroutiers de Lyon en trois points: au nord (Limonest), au sud (Ternay) et à l’est (Beynost).

>>> Suivez en direct les événements de la journée :

7h30. Sur l’A4, 90 tracteurs arrivent à Bussy-Saint-Georges. « Nous sommes sur deux voies, encadrés par les forces de l’ordre, qui ouvrent et ferment le convoi », précise Olivier Georges, agriculteur de Seine-et-Marne, responsable du convoi. Une fois arrivés à la capitale, les tracteurs doivent emprunter le périphérique intérieur, via la porte d’Italie, pour se rendre avenue Foch. A 30km/h, ils consomment une quinzaine de litres pour cent kilomètres. « On n’a pas notre vignette Crit’Air », plaisante Laurence Fournier, agricultrice de Seine-et-Marne.

7h15. Une action secrète dans Paris.Les agriculteurs, bien que très calmes dans leur cabine, sont remontés. « On vient dire notre inquiétude face au projet de loi qui veut nous imposer des zones de non-traitement près des habitations, explique Guillaume Lefort, vice-président de la FDSEA 77. On veut aussi dénoncer l’absence de retombées pour nous de la loi Egalim, sensée améliorer les équilibres commerciaux. Le panier du consommateur a augmenté, mais pas notre revenu. On nous a vendu du rêve ». Une action secrète, à pied, est aussi prévue, dans la capitale. « Le mot d’ordre, c’est de communiquer dans Paris.

7 heures. Le convoi de l’A4 quitte Coutevroult en Seine-et-Marne. Sur l’A6, à 30km/h, les tracteurs sont déjà à Evry. « Il y a de la circulation, mais c’est fluide encore, assure Laurence Fournier, agricultrice dans son tracteur. On va vers les bouchons, c’est sûr. On pense être à Paris vers 9 heures ».

DR
DR  

6h50. Les agriculteurs se retrouvent à Cergy-Pontoise (Val d’Oise). Dans le Val-d’Oise, ils sont sur le point d’arriver à Cergy. Ils roulent sur la file de gauche pour ne pas bloquer les entrées et sorties sur la D14 et l’A15 mais compte tenu de la forte fréquentation de ces routes en heure de pointe, « rien ne dit que ça ne bloquera pas ».

6h45. Les tracteurs encadrés par les forces de l’ordre. A Mitry-Mory (Seine-et-Marne), comme à chaque point de départ, les tracteurs sont encadrés par les forces de l’ordre. « L’ambiance est bonne enfant », assure Jean-Baptiste Benoît, un agriculteur du nord de la Seine-et-Marne. « Nous attendons le feu vert pour partir pour se coordonner avec le convoi que l’on doit rejoindre en provenance de l’A1. Ils sont une centaine ».

6h40. 85 tracteurs au péage de Buchelay (Yvelines). 85 tracteurs quittent le péage de Buchelay (Yvelines) à 6 h 10 avant de s’engager sur la À 13 en direction de Paris. Ces agriculteurs des Yvelines et de l’Eure ont prévu de rouler à 30 km/h. Le nombre d’engins devrait augmenter le long du trajet vers la capitale puisque d’autres tracteurs vont venir s’ajouter au convoi au niveau des échangeurs d’Epone et d’Ecquevilly-Les Mureaux.

6h37. 240 tracteurs partent de l’Oise. Le cortège des 240 tracteurs de l’Oise est prêt à quitter Senlis pour Paris. De nombreux automobilistes klaxonnent pour montrer leur soutien aux agriculteurs.

6h35. Les tracteurs partent les uns derrière les autres en Seine-et-Marne. « Je suis en train de faire partir tout le monde en file indienne, les uns derrière les autres », explique Olivier Georges, un des agriculteurs chargé de la coordination à Coutevroult (Seine-et-Marne). « On attend encore nos collègues de la Marne, qui ont déjà roulé une partie de la nuit pour arriver jusque là » poursuit Olivier Georges.

6h25. Près de 300 tracteurs au rendez-vous en Seine-et-Marne. En Seine-et-Marne, aux différents points de rendez-vous, près de 300 tracteurs du département mais aussi de l’Oise, l’Aisne, la Marne, l’Aube, l’Yonne et le Loiret, sont rassemblés pour s’engager sur les autoroutes et voies rapides qui mènent à la capitale. On en compte une cinquantaine au péage de Saint-Germain-Laxis sur l’A5, près de Melun, quatre-vingt à l’entrée de l’A6 à Ury, quatre-vingt à Mitry-Mory près de la N2. A Coutevroult, quatre-vingt-dix tracteurs attendent encore leurs collègues de la Marne.

6h10. 85 tracteurs au péage de Buchelay (Yvelines). 85 tracteurs quittent le péage de Buchelay (Yvelines) avant de s’engager sur la À 13 en direction de Paris. Ces agriculteurs des Yvelines et de l’Eure prévoient de rouler à 30 km/h. Le nombre d’engins devrait augmenter le long du trajet vers la capitale puisque d’autres tracteurs vont venir s’ajouter au convoi au niveau des échangeurs d’Epone et d’Ecquevilly-Les Mureaux.

LP/ Yves Fossey
LP/ Yves Fossey  
Advertisements

Leave a Reply