Dîners clandestins : Franck Riester “dément fermement” y avoir participé et dénonce “des rumeurs choquantes” – LCI

Spread the love

Quel est ce mystérieux membre du gouvernement qui aurait participé au dîner clandestin organisé au Palais Vivienne ? Après la polémique déclenchée par un reportage de M6, les rumeurs ne cessent d’enfler sur son identité supposée. L’un des serveurs de la soirée était invité de Cyril Hanouna dans “Touche pas à mon poste” sur C8, ce mercredi. Il a affirmé qu’“un homme politique en activité avec des cheveux gris” était présent ce soir-là. Pour beaucoup, il s’agit de Franck Riester.

Face au déferlement en ligne, le ministre délégué auprès du Commerce extérieur a fermement démenti ces rumeurs sur son compte Twitter. “Je vois mon nom associé ici et là à la polémique qui entoure la tenue de dîners clandestins. Ces rumeurs sont totalement fausses et choquantes. Je les démens formellement. Restons mobilisés pour combattre ensemble le virus”, a-t-il écrit le 7 avril.

En diffusant son reportage sur les fêtes illégales en période de pandémie de coronavirus et de confinement, M6 a mis le feu aux poudres. Sur les images diffusées le 2 avril, on voit une réunion d’au moins une dizaine de personnes, à Paris, dans une fête clandestine où, entre caviar, champagne et menus de grand chef, des convives se réunissent sans masque pour profiter des agapes. Une fête illégale en ces temps de restrictions sanitaires, où l’un des organisateurs affirme même à une journaliste avoir déjà vu “des ministres” participer à de telles réunions. De lourdes accusations qui ont entraîné, dès dimanche, l’ouverture d’une enquête pénale pour “des chefs de mise en danger d’autrui et de travail dissimulé”.

Une soirée qui aurait été organisée par le collectionneur Pierre-Jean Chalençon. Ce dernier avait admis être l’organisateur de dîners clandestins à Paris et assuré que des ministres participaient à de tels dîners, avant de faire marche arrière, prétextant “un poisson d’avril”.  La SDJ de M6 a réagi à ces accusations dans un communiqué paru le 6 avril dans lequel elle défendait ses équipes : “Comme c’est toujours le cas, le travail de nos journalistes a été effectué avec rigueur et dans le parfait respect des règles déontologiques.”

Leave a Reply