Développeurs et langages de programmation : voici ce qui vient

Développeurs et langages de programmation : voici ce qui vient

Le rôle du développeur de logiciels est aujourd’hui aussi essentiel à la réussite d’une entreprise que celui des cadres. Même s’ils ne participent pas aux décisions de l’entreprise, les développeurs jouent un rôle crucial dans le pilotage de la croissance de l’entreprise, sur un marché où la maîtrise des logiciels est de plus en plus un critère de réussite commerciale.

La gestion de la technologie dans une entreprise est devenue une activité en soi. Alors que le commerce se numérise et que les clients passent plus de temps à travailler, à faire des achats et à gérer leur vie depuis leur domicile, les entreprises dépensent des milliards de dollars pour mettre en valeur leur technologie et conserver une avance sur leurs concurrents. En conséquence, les créateurs de logiciels sont très demandés.

publicité

Langages de programmation

Selon le rapport de CompTIA sur les emplois technologiques de février 2022, les développeurs de logiciels sont le principal moteur de l’activité d’embauche technologique au sein des entreprises. Outre-Atlantique, le salaire moyen des travailleurs de la tech a augmenté de 43 % entre 2018 et 2022.

Le fait que certains des emplois les mieux rémunérés se trouvent dans le secteur de la technologie témoigne de la valeur que ces professionnels apportent aux entreprises et, à ce titre, le fait d’avoir un ou plusieurs langages de programmation à son actif vous rendra extrêmement attrayant aux yeux des recruteurs. Les entreprises s’efforcent actuellement de trouver les talents dont elles ont besoin pour évoluer avec le temps, ce qui fait des emplois dans le secteur des logiciels un domaine d’emploi sûr et lucratif dans un climat économique incertain.

Selon O’Reilly’s 2021 Data and AI Salary Survey, les développeurs qui travaillent aux Etats-Unis avec des langages de programmation de niche sont susceptibles de percevoir des salaires moyens plus élevés que leurs homologues plus courants, en grande partie parce qu’ils sont si rares.

oreilly-salary-by-programming-language.jpg

Salaire par langage de programmation aux Etats-Unis – Enquête O’Reilly 2021 Data/AI Salary. Image : O’Reilly.

Son enquête révèle que les langages de programmation les plus utilisés et les plus populaires se situent au milieu de la fourchette salariale. Il s’agit de Python (150 000 dollars), SQL (144 000 dollars), Java (155 000 dollars) et JavaScript (146 000 dollars). Les langages web, comme HTML, PHP et CSS, se situent au bas de la fourchette, à environ 135 000 dollars. Inversement, des langages moins courants sont associés à des salaires élevés, le plus élevé étant Rust (plus de 180 000 dollars), suivi de Go (179 000 dollars) et de Scala (178 000 dollars). Les autres langages plus spécialisés associés à des salaires élevés sont Erlang, Julia, Swift et f#.

Il est difficile de déterminer avec exactitude la relation entre les salaires et les langages de programmation : la plupart du temps, les développeurs qui travaillent dans des langages de niche ont déjà une solide expérience dans des langages plus anciens et plus traditionnels, ce qui signifie qu’ils apportent déjà des compétences et une expérience essentielles qui les rendent plus précieux pour les employeurs.

Malgré cela, il existe manifestement un lien entre l’expertise logicielle difficile à trouver et la capacité à obtenir un salaire plus élevé. L’enquête “2021 Developer Survey by Stack Overflow” a interrogé 80 000 développeurs dans le monde entier et révélé que les codeurs Clojure percevaient le salaire médian le plus élevé, soit 95 000 dollars par an. Ils sont suivis des codeurs de f# (81 037 dollars), Elixir (80 077 dollars), Erlang (80 077 dollars), Perl (80 000 dollars) et Ruby (80 000 dollars).

Là encore, les langages de programmation les plus courants sont associés à des salaires médians plus faibles. Les développeurs JavaScript, par exemple, gagnent en moyenne 54 049 dollars par an, tandis que Java (51 888 dollars), HTML/CSS (52 980 dollars), C++ (54 049 dollars) et C (53 184 dollars) se situent également dans le bas de l’échelle des salaires de l’enquête de Stack Overflow.

« Dans le domaine de la technologie, certaines compétences sont extraordinairement bien rémunérées par rapport à d’autres, et ce pour une bonne raison. Ces compétences sont hautement spécialisées, ne sont maîtrisées que par un nombre relativement restreint de personnes (du moins par rapport aux millions de personnes qui apprennent certains langages de programmation) et s’appliquent souvent à des systèmes extraordinairement compliqués dont l’apprentissage peut prendre des années. » – Rapport Dice Tech sur les salaires 2021.

La corrélation entre les langages de programmation et les salaires peut également être liée au type de métiers qui sont actuellement très demandés dans le secteur de la technologie. Selon le “Tech Recruiting Benchmark Report” 2021 de HackerRank, les initiatives dans le domaine du big data et de l’analytique ont le plus fort impact sur la demande de talents tech, avec un peu plus de 50 % des 5 297 répondants interrogés qui affirment que c’est leur plus gros objectif en termes de recrutement.

Clojure, f# et Go sont couramment utilisés dans les applications de data science et d’intelligence artificielle (IA) ; ces deux domaines font l’objet d’investissements accrus de la part des organisations en cours de transformation numérique et, par conséquent, davantage d’entreprises recherchent des candidats ayant des compétences en analyse et une compréhension approfondie des données.

Prenez par exemple le rapport sur les compétences informatiques 2021 de DevSkiller, qui a enregistré une augmentation de 295 % d’une année sur l’autre de la demande de compétences en data science parmi les recruteurs de sa plateforme. La demande de Python – un autre langage de programmation très utilisé en science des données, bien qu’il soit beaucoup plus courant que Clojure, f# et Go – a également connu une forte hausse, de 154 %.

Pourtant, la demande de data scientists dépasse actuellement l’offre. Une enquête menée en janvier par CodinGame et CoderPad auprès de près de 14 000 développeurs et recruteurs a révélé que les spécialistes de la science des données et de l’apprentissage automatique figuraient parmi les fonctions que les entreprises avaient le plus de mal à recruter, en raison du faible nombre de développeurs expérimentés possédant les compétences nécessaires. Un rapport de la Royal Society britannique de 2019 a averti que la demande de scientifiques et d’ingénieurs en données avait plus que triplé en cinq ans.

La demande de data scientists étant en hausse, il va de soi que la connaissance des langages de programmation hautement spécialisés utilisés dans ces domaines est associée à des salaires plus élevés. Il en va de même pour Rust : ce langage de programmation multiparadigme est devenu le favori des développeurs depuis sa conception en 2010, mais il n’est pas encore largement utilisé dans les milieux commerciaux. O’Reilly note que, malgré sa moindre demande sur le marché, « les employeurs interprètent la connaissance de Rust et de Go comme un signe de compétence et de volonté d’apprendre, ce qui augmente la valeur des candidats ».

Web dev

Si les scientifiques des données et les spécialistes de l’apprentissage automatique sont peut-être le nouvel objet de convoitise des recruteurs, on ne peut sous-estimer l’importance des développeurs d’applications mobiles et web traditionnels.

Les ingénieurs “full-stack” restent particulièrement importants dans les programmes d’embauche des entreprises, en grande partie parce que ces professionnels sont capables de gérer le code côté client et côté serveur et réduisent la nécessité pour les organisations d’embaucher des développeurs front-end et back-end séparément.

codingame-coderpad-difficult-hires.jpg

Les postes actuels des développeurs par rapport aux postes pour lesquels les recruteurs auront du mal à embaucher – CodinGame/CoderPad Tech Hiring Survey 2022. Image : CodinGame/CoderPad.

L’enquête 2021 de Stack Overflow sur les développeurs a révélé que les développeurs full-stack, les développeurs front-end et les développeurs back-end continuent de représenter la majorité de la main-d’œuvre mondiale des développeurs. Et pourtant, selon l’enquête CodinGame/CoderPad, les ingénieurs full-stack et les ingénieurs back-end restent les professionnels techniques les plus demandés par les responsables du recrutement. De toute évidence, le rythme auquel les entreprises développent leurs opérations informatiques et déploient de nouvelles applications numériques a entraîné une concurrence intense qui fait que les employeurs ont du mal à recruter le nombre de développeurs dont ils ont besoin.

Il pourrait y avoir une autre raison pour laquelle les développeurs full-stack sont si difficiles à trouver, probablement liée à l’ambiguïté du rôle. Le développeur “full-stack” est un rôle notoirement difficile à définir. La difficulté de définir le rôle, combinée au mélange unique de compétences requises, en fait « un rôle particulièrement difficile à pourvoir », note HackerRank.

La demande de développeurs web peut également être attribuée à la raison pour laquelle JavaScript continue de régner en tant que langage de programmation le plus largement utilisé et le plus demandé au niveau mondial. Lors de l’enquête menée par Stack Overflow en 2021, JavaScript a été couronné langage le plus utilisé pour la neuvième année consécutive. « Pour la plupart des développeurs, la programmation est une programmation web », indiquent les auteurs de l’enquête.

stack-overflow-popular-programming-languages-2021.jpg

Langages de programmation les plus populaires – Enquête 2021 Stack Overflow auprès des développeurs. Image : Stack Overflow.

Les langages de balisage et d’interrogation figurent également en bonne place dans la liste, avec HTML/CSS en deuxième position et SQL en quatrième. L’association étroite de JavaScript avec CSS et HTML dans le cadre du développement d’applications web explique pourquoi ils restent si largement utilisés. SQL, quant à lui, est toujours utilisé par les entreprises pour gérer les ensembles de données qu’elles détiennent dans diverses unités commerciales – comme les ventes, la paie et les RH, par exemple – et permet aux programmeurs de travailler avec de grands ensembles de données organisationnelles. Selon le rapport “Dice’s 2022 Tech Jobs”, la demande de SQL au troisième trimestre 2021 a augmenté de 5 % par rapport au trimestre précédent.

« Les compétences en programmation comme Ruby, JavaScript et Python n’offrent peut-être pas les mêmes salaires que certaines plateformes et outils liés au cloud computing et aux données, mais elles sont tout aussi essentielles aux opérations des entreprises, grandes et petites, qu’il s’agisse de maintenir le code existant ou de créer de nouvelles applications et de nouveaux services. L’apprentissage de ces langages peut se traduire par un flux de travail régulier (et varié), même si les technologues doivent veiller à maintenir leurs connaissances de ces langages individuels (comme toute compétence) aussi à jour que possible. » – Rapport Dice Tech sur les salaires 2021.

L’appétit des entreprises pour les portes d’entrée numériques et les applications en contact avec la clientèle n’a fait qu’augmenter grâce à l’adoption accélérée du cloud provoquée par la Covid-19. JavaScript restant le langage de référence pour le développement web, la demande pour ces langages de programmation n’est pas prête de disparaître. Cela dit, Python les talonne de près. Python a échangé sa place avec SQL pour devenir le troisième langage le plus populaire dans l’enquête de Stack Overflow, tandis que l’enquête de CodinGame/CoderPad suggère que JavaScript, Java et Python seront les trois principaux langages recherchés par les recruteurs en 2022.

L’essor du DevOps

Tout comme la popularité de certains langages de programmation, frameworks et disciplines techniques a évolué avec le temps, le rôle du développeur lui-même a également évolué.

Le DevOps a suscité un intérêt et des investissements accrus de la part des entreprises dans le contexte du passage au cloud et à l’automatisation, ce qui l’a fait passer d’un mot technique à la mode à un rôle que les entreprises cherchent soudain désespérément à remplir. Selon le “Puppet State of DevOps Report 2021”, « aujourd’hui, 83 % des décideurs informatiques déclarent que leur organisation met en œuvre des pratiques DevOps ».

Etiqueter le DevOps comme un “rôle” est en quelque sorte une erreur : en réalité, le DevOps est un ensemble émergent de pratiques adoptées par les organisations qui souhaitent accélérer leur cycle de développement en intégrant les fonctions de développement logiciel (Dev) et d’opérations informatiques (Ops). « DevOps, c’est tout ce que vous faites pour réduire les frictions créées par les silos, et tout le reste, c’est de l’ingénierie », explique Puppet.

Quel que soit le nom qu’on lui donne, le DevOps exige un large éventail de compétences techniques couvrant les logiciels, le cloud, l’automatisation et la sécurité, pour n’en citer que quelques-unes, ainsi qu’une connaissance des cycles de création de logiciels et des principes de développement agile. Il n’est pas étonnant que DevSkiller ait constaté que les professionnels qui s’identifiaient comme ayant des compétences DevOps étaient parmi les mieux payés de son enquête. Le rapport 2021 de Dice sur les salaires dans le secteur de la technologie place l’ingénieur DevOps à une onzième place moins spectaculaire : toutefois, il s’agissait d’un total de 30 rôles, et avec un salaire moyen de 119 201 dollars – en hausse de 3,5 % par rapport à 2020 – ce salaire est loin d’être médiocre.

« Quelle que soit leur définition de “DevOps”, des milliers d’équipes ont désormais la capacité de déployer des logiciels de manière plus sûre et plus rapide. Elles sont passées de la possibilité de déployer des logiciels seulement quelques fois par an à la livraison à la demande, avec des temps de remédiation plus rapides et une collaboration significativement améliorée entre les fonctions. » – Rapport Puppet State of DevOps 2021.

Là encore, il existe un déficit notable lorsqu’il s’agit de trouver des technologues DevOps hautement compétents. Selon le rapport de référence sur le recrutement dans le domaine de la technologie de HackerRank, l’ingénieur DevOps est le troisième poste le plus difficile à pourvoir, après les développeurs complets et les ingénieurs en apprentissage automatique. De même, l’enquête de CodinGame/CoderPad est arrivée à une conclusion similaire, 28,2 % des recruteurs déclarant qu’ils auraient du mal à trouver suffisamment de spécialistes DevOps pour répondre à la demande en 2022.

hackerrank-tech-recruiting-survey-hiring.jpg

Les rôles techniques les plus difficiles à pourvoir – Rapport HackerRank Tech Recruiting Benchmark 2021. Image : HackerRank.

Les développeurs eux-mêmes sont conscients des opportunités qu’offre le DevOps : aux côtés de l’apprentissage automatique, il figure parmi les principales compétences que les développeurs souhaitent apprendre en 2022, selon CodinGame/CoderPad. « Le DevOps permet de maintenir des activités commerciales à distance sans compromettre la vitesse ou l’efficacité opérationnelle », explique Frédéric Desmoulins, cofondateur et PDG de CodinGame.

Inspiré par le monde de la fabrication en flux tendu et largement pratiqué dans les organisations informatiques “greenfield” telles que les entreprises du web et les start-up, le DevOps fait maintenant des incursions sur le marché des entreprises “brownfield”.

« Le DevOps englobe un ensemble de compétences et de pratiques (contrôle de version, intégration continue, conteneurs/Docker, surveillance et analyse du cloud, automatisation du déploiement, protocoles réseau), mais il y a une pénurie de développeurs possédant cet ensemble de compétences pour répondre à la demande, qui a explosé au cours des 18 derniers mois. »

Qu’est-ce qui arrive ?

Avec des salaires qui n’ont jamais été aussi élevés, une demande insatiable de la part des employeurs et la possibilité de travailler à peu près partout dans le monde, les entreprises s’ouvrant au télétravail, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour être développeur. De plus en plus, les employeurs renoncent à exiger des qualifications et des certifications formelles, et vont même jusqu’à repenser entièrement leurs processus de recrutement, car les chefs d’entreprise commencent à comprendre la valeur que les professionnels de la technologie de tous horizons peuvent apporter à leur organisation.

En effet, la demande de développeurs de logiciels dépassant l’offre et augmentant chaque jour, il appartiendra aux entreprises et à l’industrie technologique au sens large de trouver comment continuer à répondre à la demande de talents technologiques dans un monde où la priorité numérique n’est pas seulement attendue, mais devient de plus en plus la norme.

« Les initiatives technologiques des entreprises évoluent, tout comme les équipes techniques qui les mettent en place. Et cela nécessite des équipes de recrutement agiles et adaptables pour répondre aux demandes de recrutement de personnel technique. En gardant un œil attentif sur les repères clés – tels que l’investissement en temps d’évaluation, le délai d’embauche, etc. – votre équipe est assurée de gérer les transitions en douceur. » – Rapport HackerRank Tech Recruiting Benchmark 2021.

Reste à savoir exactement comment les organisations y parviendront. L’accélération des outils low code/no code et de l’automatisation dans l’industrie présente un moyen par lequel les entreprises peuvent numériser certaines des facettes clés de leurs opérations sans avoir besoin de développeurs internes dédiés. Cependant, la complexité croissante du paysage informatique des entreprises et les initiatives de transformation numérique de plus en plus ambitieuses dans lesquelles elles se lancent laissent penser que les développeurs continueront de soutenir la stratégie technologique des organisations pendant de nombreuses années encore.

Quoi qu’il en soit, le rôle du développeur continue d’évoluer. Les nouveaux besoins des entreprises, stimulés par la Covid-19, ont remis la numérisation en tête de l’ordre du jour, et tandis que les organisations tentent de comprendre ce qui va suivre, il appartiendra aux développeurs de les guider vers une nouvelle ère d’innovation numérique.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *