Deux-Sèvres : apparition d’un cluster du même variant que celui détecté à Bordeaux – Le Parisien

Spread the love

Des dizaines de cas détectés dans la même zone. Les opérations de dépistage et de vaccination vont être renforcées dans les Deux-Sèvres après l’apparition, principalement à Niort, d’une trentaine de cas positifs au même variant très rare qui a touché la semaine dernière un quartier de Bordeaux, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires.

Après la découverte mercredi de trois cas positifs à ce variant E484Q, « un contact-tracing et des dépistages » avaient permis de détecter à la date de jeudi « 37 cas positifs dont 35 résidant en Deux-Sèvres », ont annoncé l’Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine et la préfecture des Deux-Sèvres dans un communiqué.

Il s’agit du variant de souche anglaise, avec une mutation, « identique à celui à l’origine du cluster de Bacalan à Bordeaux » mais « sans que des liens aient été identifiés entre ces deux situations à ce stade », ont-elles précisé.

Sur les 37 cas relevés, 5 ont moins de 20 ans et 6 ont plus de 65 ans, et 21 résident à Niort. Selon les autorités, ces cas sont issus « de plusieurs chaînes de contamination dans le département dont une chaîne principale de transmission » de 30 cas.

Des doses de vaccin supplémentaires

« Afin de casser les chaînes de transmission » autour de ce cluster, l’ARS et la préfecture ont annoncé le renforcement à partir de samedi et pour deux semaines des opérations de dépistage par tests antigéniques sur le territoire des agglomérations du Niortais et de la Gâtine.

Parallèlement, pour la semaine du 1er au 6 juin, « un complément exceptionnel de doses de vaccin » sera acheminé vers les centres de vaccination de Niort (2 700 doses Pfizer BioNTech) et vers les médecins/pharmaciens de ville (1 500 doses Moderna) du département. Sur le mois de juin, le nombre de doses Pfizer sera augmenté de 8 000 doses supplémentaires, pour atteindre 21 800 doses/semaine en juin contre 12 300 doses/semaine en mai.

Selon un point publié vendredi par l’ARS, le taux d’incidence est de 121,3 pour 100 000 habitants dans les Deux-Sèvres, en légère diminution mais toujours le plus élevé des douze départements de Nouvelle-Aquitaine où le taux moyen de 77,6 pour 100 000 habitants et où « la circulation virale est relativement stable ».

Ce département est également celui où la couverture vaccinale à une dose est la moins importante de la région, après la Gironde, avec 37,2 % de la population de primo-vaccinés (contre 39,5 % en moyenne en Nouvelle-Aquitaine).

Classé comme « préoccupant » par Santé Publique France, ce variant très rare baptisé VOC 20I/484Q, a touché le quartier de Bacalan à Bordeaux dans une ampleur inédite, avec des dizaines de cas positifs, poussant les autorités à renforcer le dépistage et ouvrir un nouveau de centre de vaccination.

Leave a Reply