Deux policiers agressés à Cannes, la piste terroriste « envisagée » – Le Monde

Deux fonctionnaires d’un équipage de police-secours ont été agressés lundi 8 novembre au matin, vers 6 h 30, devant le commissariat de Cannes (Alpes-Maritimes) alors qu’ils se trouvaient à bord de leur véhicule de service en compagnie de deux de leurs collègues. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’équipage s’apprêtait à partir en patrouille lorsqu’un individu s’est approché de la fenêtre côté arrière gauche en prétextant une demande de renseignement. C’est au moment où le policier a baissé la vitre qu’il a porté à celui-ci plusieurs coups de couteau au thorax. Protégé par son gilet pare-balles, le fonctionnaire n’a pas été blessé. L’homme, constatant son échec, a contourné la voiture de police pour s’en prendre, dans les mêmes conditions, au chef de bord et conducteur. Lui aussi porteur d’un gilet pare-balles, il a pu réchapper à l’attaque. Deux policiers ont alors riposté et l’individu porteur du couteau a été touché par deux tirs. Evacué dans un centre hospitalier, son pronostic vital est engagé.

L’assaillant, âgé de 37 ans et détenteur d’un passeport algérien, apparaît, de source policière, « inconnu à tous les fichiers ». Mais le mode opératoire, la détermination dont il a fait preuve en s’en prenant successivement à deux policiers et les déclarations des témoins faisant état de mentions du « prophète » au moment où il a porté les coups de couteau conduisent, d’après la même source, les enquêteurs de la police judiciaire de Nice, saisie des investigations, à « envisager une attaque terroriste ». A ce stade, le Parquet national antiterroriste ne s’est pas saisi de l’incident, lundi matin, mais une telle possibilité n’était pas écartée selon la suite des investigations. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé sur Twitter se rendre « sur place immédiatement » et dit apporter « tout [son] soutien à la police nationale et à la ville de Cannes ».

« Dégradation de la situation »

Si les circonstances précises de l’attaque comme les motivations de l’agresseur doivent encore être précisées, cette nouvelle agression au couteau fait suite à plusieurs incidents qualifiés de « signaux faibles » par les services de police et enregistrés au cours des jours précédents. Dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 novembre, à Villeurbanne (Rhône), un homme muni d’un couteau a hurlé « Allah akbar » après avoir tenté de voler le véhicule de policiers en civil du groupe de sécurité de proximité, avant d’être interpellé.

Dans la même ville, la veille, un adolescent de 15 ans exhibant une machette et circulant aux abords d’une école israélite en proférant des insultes antisémites avait été appréhendé par les policiers. « Ces deux affaires n’ont pas grand-chose à voir avec des attaques terroristes mais elles témoignent d’une dégradation de la situation et d’un passage à l’acte de plus en plus fréquent à l’arme blanche », notait lundi matin un responsable policier.

Il vous reste 39.29% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *