“Désolé, Arthur”: Nordahl Lelandais raconte devant les juges sa version de la nuit du crime – BFMTV

Spread the love

Au deuxième jour du procès, Nordahl Lelandais maintient sa version selon laquelle une dispute a éclaté entre lui et Arthur Noyer. Il affirme que les coups mortels n’ont pas été portés intentionnellement.

Devant la cour d’assises de Chambéry, Nordahl Lelandais a exprimé des regrets, mais n’a pas changé de version. La mort d’Arthur Noyer est accidentelle, a-t-il affirmé devant les magistrats et le jury populaire. C’est la première fois depuis l’ouverture du procès, lundi 3 mai, qu’il revient sur cette nuit du 11 au 12 avril 2017, au cours de laquelle Arthur Noyer a été tué.

Comme devant les enquêteurs, l’ancien maître-chien a expliqué qu’il avait récupéré Arthur Noyer alors qu’il faisait du stop sur le bord de la route, après une soirée bien arrosée en boîte de nuit. Dans la voiture, le jeune homme lui explique avoir failli se faire voler son téléphone. 

Un quiproquo et une dispute

Quelques minutes plus tard, ils arrivent à Saint-Baldoph – destination demandée par Arthur Noyer – mais le passager, éméché, oublie son smartphone sur le siège. Lelandais sort alors pour le lui rendre, mais est finalement accusé de lui avoir volé. Ce quiproquo aurait déclenché une dispute et un affrontement physique, toujours selon la version de l’accusé.

Nordahl Lelandais raconte qu’il a donné un coup violent au jeune homme, qui s’est retrouvé au sol, inanimé. Il aurait alors tenté de lui faire un massage cardiaque, en vain. C’est ensuite pris de panique qu’il aurait décidé de mettre le corps dans son coffre et de rouler à la recherche d’un chemin isolé, avant de l’abandonner au bord d’une route de forêt.

“Désolé, Arthur. Désolé pour ta famille qui est très peinée d’entendre ce que j’ai à dire, mais je dis la vérité”, a-t-il déclamé pour conclure. 

Après les témoignages entendus durant cette première partie de journée, Didier Noyer, le père de la victime, a exprimé ses doutes quant à l’éclosion de la vérité sur la mort de son fils.  

“On connaît les manipulateurs, on sait comment ils fonctionnent. On peut espérer que la vérité sera à la hauteur au bout de ces quelques jours, mais j’ai un doute, on n’attend rien de l’accusé”, a-t-il déclaré à la presse. 

Mélanie Bertrand avec Ambre Lepoivre

Leave a Reply