Des bonbons ou des corps ?

Zapping décrypté ne serait pas à la hauteur de sa réputation si on ne vous proposait pas quelques séries pour la nuit d’Halloween et cette année, on fait la part belle aux plateformes de streaming. Cauchemars garantis.

Marianne : le blockbuster français de Netflix

C’est peu dire que la série d’horreur Marianne a bénéficié d’une sortie en grandes pompes. Campagne publicitaire en France mais également outre-Atlantique, tous les aficionados des films d’horreur attendaient avec impatience la nouvelle pépite française. Parfaitement adapté pour un public peu familier du film d’horreur ou peu exigeant, il est conçu pour être accessible au plus grand nombre.

Une auteure à succès revient dans le village de son enfance, hantée par une sorcière, qui laisse sur son sillage des cadavres. La photographie ne sera pas sans rappeler Trapped, la série islandaise, au point où on a une impression de plagiat. Si les autres personnages sont très stéréotypés, on notera la performance parfaite de Mireille Herbstmeyer dans le rôle de Mme Daugeron, même si cela ne suffit pas à sauver la série, pour les plus exigeants d’entre nous.

Le point le plus intéressant dans la série est le mélange entre la sorcière et les esprits. Figure quelque peu abandonnée ces derniers temps, la sorcière n’a rien perdu de son potentiel horrifique. On l’avait déjà vu dans Salem ainsi que The Lords of Salem, mais il manquait une sorte de retour aux sources pour ce qui est souvent la première confrontation d’une personne à l’épouvante, notamment dans les contes pour enfants. La série comporte huit épisodes, largement de quoi vous tenir en haleine cette nuit.

Channel Zero : le règne de la creepy-pasta

Nous avions déjà parlé de cette série absolument hors normes, qui rend hommage aux creepy-pasta. Cette nouvelle tendance du cinéma d’horreur prend la relève des légendes urbaines, en laissant une grande place à l’imaginaire de chacun. Contrairement à certains films, ce n’est pas seulement le scénariste ou le réalisateur qui est à la manœuvre, mais bien le spectateur. Chacun d’entre nous peut trouver un élément qui va le terrifier, mais qui ne sera pas nécessairement le même que son voisin.

Ainsi, dans la première saison, on va exploiter les terreurs enfantines mais également l’enfant meurtrier. Dans la deuxième saison, on tourne en rond dans des maisons, dont chacune représente un cauchemar particulier et dans la troisième saison, on explore les méandres de la maladie mentale et du cannibalisme.

Néanmoins, Channel Zero ne s’adresse pas à tout le monde. La terreur met du temps à s’instiller et cette série s’adresse en priorité à des personnes pour lesquelles, le film d’horreur n’a presque plus de secret. Les trois premières saisons sont disponibles en DVD, la quatrième sortira en décembre.

The Haunting of Hill House : la maison assassine sur Netflix

Vous aimez Mike Flanagan, réalisateur d’Oculus – The Mirror, de OuiJa les origines, de Jessie ou de Docteur Sleep ? Vous serez enchanté par The Haunting of Hill House, la série qu’il a réalisée pour Netflix. Si vous avez vu Oculus – The Mirror, vous trouverez quelques clins d’œil dans The Haunting et on voit à quel point Flanagan est attaché à la thématique de la maison.

Dans cette série, elle est un personnage à part entière, animé par ses propres émotions et ses propres névroses. On reste sur quelque chose de très classique, tant sur l’histoire que sur l’image, la bande-sonore et les personnages, mais on peut voir cela comme un hommage au cinéma d’horreur américain. A rebours de l’image traditionnelle du foyer protecteur et sécurisant, les réalisateurs aiment mettre en scène des maisons qui veulent votre mort.

L’avantage de The Haunting est qu’il est adapté à un public peu familier du film d’horreur, avec un réalisateur de qualité, une photographie impeccable et une histoire qui tient la route. Pour les fans, elle risque d’être vue comme gentillette et on déplorera quelques longueurs.

The Purge : une série ressuscitée sur Amazon Prime

La tétralogie The Purge – American Nightmare en français – continue avec la série The Purge. Soyons clairs : cette série est parfaite. On reste dans la même histoire que les films – une nuit par an, tous les crimes y compris celui d’homicide est autorisé – et on suit tranquillement différents personnages, qui vont, soit essayer de survivre, soit accomplir leur vengeance.

Nouvelle stylisation du slasher, on explore aussi la thématique de l’endoctrinement sectaire, mais surtout, car The Purge reste un divertissement comportement un message politique très fort, le déclassement. Ainsi, on suit un homme, bien sous tous rapports, qui profite de la purge annuelle pour essayer de regagner en dignité, sous la houlette virtuelle d’un groupe radical, qui incite les individus à être violents, pour retrouver leur place « naturelle » dans la société.

The Purge est de très bonne facture, il n’y a pas de temps mort, il est parfaitement rythmé et si vous n’avez pas de compte Amazon Prime, vous pourrez acheter la première saison en DVD, sortie début  octobre. La saison 2 est en cours de diffusion sur la plateforme.

Into The Dark : Macabres jours de fête sur Amazon Prime

Nous avions parlé de cette pépite expérimentale, The Holidays, qui mettait en scène des petites histoires courtes d’horreur, se déroulant pendant des jours de fête. Into The Dark reprend cette idée, mais en la développant beaucoup plus. Chaque épisode dure 1h30 environ, chaque action ayant lieu pendant des jours de fête.

Le premier épisode a lieu pendant une soirée d’Halloween. Un tueur à gages doit exécuter une célébrité, dont l’identité n’est jamais dévoilée. Sa voiture est immobilisée et il se retrouve embarqué dans une soirée. Une femme s’intéresse particulièrement à lui et avant qu’il ne comprenne ce qu’il lui arrive, il fait équipe avec elle et profite de ses compétences en informatique. Si vous avez déjà été faire un tour sur le « Dark Net », vous avez peut-être vu des sites proposant des services de tueurs à gages, avec paiement en crypto-monnaie. Le premier épisode d’Into The Dark exploite cette faculté, avec un certain brio et beaucoup d’ironie.

Même si elle souffre de quelques longueurs, la série est prometteuse. Vous êtes paré pour passer une nuit d’Halloween terrifiante.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply