Depuis la Californie en flammes, Donald Trump balaye le changement climatique : « Cela finira par se refroidir » – Le Monde

Spread the love
Le président américain à l’aéroport de Sacramento, lundi 14 septembre, où il échange avec les responsables des secours qui luttent contre les flammes en Californie.

Donald Trump a balayé lundi 14 septembre les inquiétudes de responsables californiens sur le réchauffement climatique, peu de temps après son arrivée dans cet Etat en proie à des incendies historiques aggravés par la sécheresse.

Face au gouverneur de Californie, Gavin Newsom, qui lui a soutenu que le changement climatique était « réel » et qu’il « aggravait » les incendies, le président américain a assuré que « cela finirait par se refroidir ». « Je ne pense pas que la science sache réellement », a ajouté Donald Trump. Il a insisté sur le rôle de « la gestion des forêts » pour expliquer l’importance de ces incendies. Les dizaines de brasiers qui dévastent la côte depuis des jours ont déjà fait au moins 35 morts depuis le début de l’été dans les Etats de Washington, de l’Oregon et de la Californie.

Pour comprendre le contexte : Le changement climatique s’insinue dans la campagne américaine

Le président américain est arrivé à Sacramento, la capitale de Californie, mais il ne doit y rester que quelques heures avant de repartir pour une étape en Arizona, un des Etats-clés pour l’élection présidentielle du 3 novembre.

Joe Biden critique un « pyromane du climat »

Dans le même temps, son rival Joe Biden s’est déchaîné contre le président, qui nie selon lui la réalité du changement climatique, en partie responsable des incendies qui ravagent l’Ouest américain. « Si on donne à un pyromane du climat quatre années de plus à la Maison Blanche, comment pourrait-on s’étonner que l’Amérique s’embrase encore davantage ? », a déclaré l’ancien vice-président, lors d’un discours en plein air à Wilmington, dans l’Etat du Delaware, où il habite. Kamala Harris, colistière de Joe Biden, se rendra aussi lundi en Californie, Etat qu’elle représente au Sénat, pour évaluer les dégâts et rencontrer le lendemain les responsables des services d’urgence.

En Californie, le bilan de la semaine est passé à 16 victimes, dont 14 dans le seul comté de Butte, encore traumatisé par le souvenir des incendies de novembre 2018, qui avaient réduit en cendres la ville de Paradise. Les fumées âcres dégagées par les flammes affectent des zones immenses. Les villes de Portland, Seattle et San Francisco figuraient parmi les plus polluées du monde lundi, selon le classement de la société IQAir.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sous un ciel d’apocalypse, la Californie se bat contre des dizaines d’incendies géants

Les incendies ont d’ores et déjà consumé plus de 2 millions d’hectares sur la côte ouest, alors que la saison des feux ne s’achève en théorie qu’en novembre.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply