Départ des troupes américaines d’Afghanistan : « Le taux d’approbation de Joe Biden a chuté sous les 50% » – Le Monde

Spread the love

Ce que vous appelez les « autres puissances », ce sont les Européens. Qu’ils soient dans l’UE ou à l’extérieur, je pense ici aux Britanniques. Sous Donald Trump, adepte des propos brutaux et des gestes inamicaux contre les alliés, une réflexion inédite s’était engagée en Europe sur l’« autonomie stratégique », une expression-valise où chacun met ce qu’il veut. Emmanuel Macron avait, à juste titre sur le fond, bousculé les Européens sur ce point, afin qu’ils cessent de sous-traiter les questions de sécurité dans leur propre voisinage au grand partenaire américain. Ces premiers mois de la présidence Biden montrent que, derrière la chaleur première des retrouvailles transatlantiques, les termes du débat se posent avec la même acuité. Les Américains ont d’autres priorités : d’abord intérieures (la lutte contre le Covid-19, le plan d’infrastructures, la compétitivité), puis sur le plan international, une focalisation sans précédent sur la compétition avec la Chine, dans tous les domaines. Les Européens doivent donc tirer les leçons de cet électrochoc afghan, arrêter d’attendre toutes les réponses de Washington et développer encore davantage leurs propres capacités de réflexion, de planification, d’intervention. Tout en sachant que la puissance militaire américaine demeurera irremplaçable.

Leave a Reply