“D’autres enfants vont mourir”: la colère de la grand-mère de l’ado tué à Marseille – BFMTV

Spread the love

Mercredi, Rayanne, 14 ans, est tombé sous les balles d’un fusil d’assaut dans la Cité des Marronniers, sise en plein 14e arrondissement de Marseille. Sa grand-mère a accepté de laisser nos caméras visiter le domicile de l’adolescent. Elle a laissé libre cours à sa fureur après la mort de son petit-fils.

Marseille a encore connu deux fusillades dans la nuit de samedi à dimanche. Mais d’autres coups de feu avaient déjà glacé la ville mercredi. Ce soir-là, Rayanne, 14 ans, a été fauché par les balles d’un fusil d’assaut dans sa Cité des Marronniers du 14e arrondissement marseillais. Sa grand-mère, Marie, s’est exprimée devant nos caméras, livrant un témoignage poignant. Et elle en est sûre:

“Il y a encore d’autres enfants qui vont mourir, c’est pas fini.”

La voix de Marie est étranglée tandis qu’elle parle de Rayanne au présent. “C’est sa place, son endroit à lui… Voilà ses jeux, tous les jours il est là, à jouer avec ça. Il y a rien d’autre ici. Il y a même ses cahiers”, détaille la grand-mère devant l’objectif. Elle enchaîne:

“Il devait rentrer en CAP pour s’occuper des motos cette année et ensuite continuer pour faire son métier de garagiste. Parce que lui, c’est son dada, les voitures et les motos.”

“Les parents ont peur”

Selon Marie, si la mort de son petit-fils remonte à mercredi, elle vient de loin. “Il est resté des jours ici sans sortir à cause de ça, là… On ne veut pas qu’il sorte. Parce qu’on sait ce qu’il se passe. Il y a trop de tiraillades… La plupart des parents qui sont ici, ils ont peur. Ils ont peur”, écrit ainsi Marie. Celle-ci fait ensuite le récit des circonstances qui ont amené Rayanne à descendre dans la rue mercredi:

“Quand il est mort le petit, il y a quelqu’un qui l’a appelé, un de ses petits collègues d’école, qui lui a dit : ‘Viens, Rayanne, on sort’. Rayanne, il lui a dit : ‘Non, il y a la police, j’ai pas envie d’aller dehors, Mamie ne veut pas’. Il a rappelé encore une fois, ce jeune, il a dit : ‘Non, ça y est, la police est partie’. Rayanne a dit : ‘Oui mais j’ai pas envie’, il a dit : ‘Viens Rayanne’. J’ai dit : ‘Non, on ne sait jamais’…”.

C’est alors que la grand-mère endeuillée achève: “Il y a encore d’autres enfants qui vont mourir, c’est pas fini. Tant que la police n’aura pas nettoyé ici…”

Mickaël Florès et Laura Cadeau avec R.V.

Leave a Reply