Darmanin se rend à Bayonne : « La solution, c’est de réaffirmer l’autorité » – Le Parisien

Spread the love

Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin enchaîne les déplacements. Après un hommage mardi à la gendarme tué dans le Lot et Garonne et une virée porte de la Chapelle mercredi, le locataire de la place Beauveau s’est rendu ce samedi après-midi à Bayonne. Avant de rallier Calais dimanche.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, l’actualité a évidemment tourné autour de la mort du conducteur de bus Philippe Monguillot, décédé ce vendredi après avoir été frappé par des individus pendant son travail dimanche dernier.

« La solution c’est de réaffirmer l’autorité », a affirmé le ministre devant la presse. Ce n’est pas un simple fait divers (…) Il y a plein de conducteurs de bus qui se lèvent le matin la boule au ventre et qui ne savent pas, au moment où je vous parle, s’il vont revoir leur femme, leur mari ou leurs enfants. »

Le rôle des parents plutôt qu’une « hausse des effectifs »

« Trop souvent dans notre société, l’autorité n’est pas respecté », a-t-il ensuite asséné en insistant sur le rôle des parents et de l’éducation et en louant le travail de Jean-Michel Blanquer. Selon lui, c’est là que se trouve la solution « pour résoudre le problème intrinsèque de la société française » plutôt que dans « une augmentation de budget ou une augmentation d’effectifs ».

Le ministre, qui a commencé son déplacement en se rendant au domicile de la famille du chauffeur à Bayonne, a annoncé que des mesures seraient prises, « pour les chauffeurs d’ici, mais aussi de toute la France », a rapporté la plus jeune fille du conducteur, Marie, 18 ans. « Il nous à dit qu’il était désolé de la situation, que le gouvernement nous avait entendu », a poursuivi Marie Monguillot, en évoquant cet entretien qui a duré 30 à 45 minutes, « un soutien supplémentaire, une force en plus », selon elle.

VIDEO. Chauffeur de bus agressé à Bayonne : « Je suis furieuse », déclare sa femme lors de la marche blanche

Dans la matinée, quelque 60 militantes féministes avaient manifesté devant la mairie pour protester contre la nomination au gouvernement de M. Darmanin, visé par une plainte pour viol, selon une correspondante de l’AFP.

Castex assure que « la justice punira les auteurs de ce crime abject »

La famille de Philippe Monguillot a annoncé vendredi soir le décès du chauffeur de 59 ans, en état de mort cérébrale depuis son agression. « Nous avons décidé de le laisser partir. Les médecins étaient pour et nous aussi », avait annoncé sa fille Marie. Ce père de deux autres filles de 21 et 24 ans a été victime d’une agression « d’une extrême violence », roué de coups et grièvement blessé à la tête, alors qu’il voulait contrôler le ticket d’une personne et exigeait le port du masque pour trois autres passagers, selon le parquet de Bayonne.

A l’annonce de son décès, les appels à des sanctions plus sévères se sont succédé dans les rangs de la droite, le député LR Eric Ciotti réclamant « de lourdes sanctions envers (les) meurtriers » tout comme le maire LR de Nice, Christian Estrosi, pour qui « cet acte barbare appelle les sanctions les plus sévères ». En réponse, le gouvernement a promis la fermeté par la voix de son Premier ministre : « La justice punira les auteurs de ce crime abject », a assuré Jean Castex vendredi sur Twitter.

Âgés de 22 et 23 ans et connus des services de police, deux hommes se trouvent en détention provisoire, mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire », une incrimination qui doit être requalifiée en « homicide volontaire sur un agent de réseau de transports publics » à la demande du parquet. Deux complices trentenaires ont également été écroués cette semaine pour « non assistance à personne en danger ».

Leave a Reply